Evenements

Les Romanès

Tous en piste!

C’est toute une famille qui a repris ses quartiers d’hiver dans le chapiteau douillet de la Porte de Champerret à Paris. Désolidarisé de la famille Bouglione, Alexandre Romanès a fondé son propre cirque sur les valeurs de la poésie et de la générosité. Il mène son équipe sur les routes aussi longtemps que le temps le permet. Pour le grand plaisir des parisiens, la famille revient en hiver offrir son florilège de numéros inédits qui unit équilibristes talentueux et animaux pas si bêtes avec une harmonie qui nous enchante. Du plus âgé au dernier né, les Romanès sont les vedettes de cette époustouflante parade mise en scène par Délia la danseuse.

Texte intégral

Anouk Grinberg

La sensibilité à fleur de peau

Quelque chose d’indéfinissable interpelle le visiteur, qu’il soit éclairé ou non, dans l’œuvre de cette artiste soutenue par l’excellente expertise du galeriste Gilles Naudin. Un regard, une force qui répond à la sensibilité de la plasticienne en un contraste saisissant. Un peu comme si les yeux de l’âme s’accrochaient à notre peau intérieure pour exprimer une quête…

Texte intégral

Manhattan Transfer

Son imaginaire exalté par une richesse intérieure lui permet de répondre à d’exigeantes commandes de commissaires d’expositions en Europe (Bruxelles, Madrid, Varsovie …).

Texte intégral

Dans le Freezer, à droite

Nous avons tous notre madeleine de Proust 

John Waters racontait : « Il y a longtemps j’ai eu un petit ami qui faisait partie d’un gang. Un gang qui faisait du trafic de viande. Il n’avait pas d’argent pour me faire des cadeaux, mais une fois, le jour de mon anniversaire, il est arrivé avec un steak de bœuf. Je pense que c’est le cadeau qui m’a le plus ému. Je n’ai pas mangé le steak, je l’ai mis dans le freezer de mon réfrigérateur. Il y a des années que j’ai perdu ce garçon de vue mais j’ai toujours le steak. Aujourd’hui encore, quand j’ai un coup de cafard, j’ouvre la porte du freezer et je reste là un moment à regarder le steak. Ça me fait du bien. » - cité par Grégoire Motte comme une inspiration pour son œuvre Le steak congelé dans le freezer.

Texte intégral