Lettres

Soirée blanche de Saisons de Culture

Notre réunion de comité d’automne donnait le coup d’envoi de la 11ème Nuit Blanche de Paris. Impossible de résister à la tentation d’évoquer devant une trentaine de membres et journalistes de notre association, la toute première du nom, dont nous fûmes les pionniers,  le 5 octobre 2002 au Théâtre Lucernaire. Notre hommage à Philippe Léotard était donc renouvelé à cette occasion, au Salon de Thé des Ecrivains.

Nous avons  été étonnés de ne pas être reçus par Damien, envolé depuis la veille, avec  une amie de cœur, la célèbre romancière Jakuta Alikavazovic, accueillie à la Villa Médicis. Saisons de Culture a immédiatement acquis sa dernière parution : La blonde et le bunker. Editions Points.

Texte intégral

L’air du temps IV 

Par Jean-Paul Guedj

Les sanglots longs
Des violons
Ne blessent plus
Mon cœur
D’une langueur
Monotone

En ces bons jours
D’automne
Je pleure mais de joie
Lorsque je vois
Les feuilles mortes
Que le bon vent emporte


Jean-Paul Guedj vient de publier « Une poussière dans l’âme » aux Editions
 « Le Temps des Cerises », collection « Le merle Moqueur »

La rentrée littéraire de Saisons de Culture

Jean-Louis Costes Guerriers amoureux

Bizuté et racketté, reclus dans son HLM de Bobigny en compagnie d’une mère dépressive, Patou vend la drogue fournie par son ami et amant occasionnel Momo, un jeune beur. Amoureux de sa voisine Darlène, une adolescente haïtienne, fille de prostituée, Patou se voit doubler par Momo, qui prend plaisir à l’humilier publiquement, avant d’être arrêté et incarcéré. Menacés, agressés dans leur cité, Darlène et Momo fuient : l’une à New-York, en compagnie d’un pasteur évangéliste, l’autre en Guyane, où il se fait orpailleur. Devenu jihadiste en prison, Momo retrouvera par la suite Patou en Amérique du Sud, dans des conditions un peu particulières, et Patou retrouvera lui-même Darlène, dans des circonstances là aussi particulières…
  

Texte intégral

L’air du temps III

Par Jean-Paul Guedj

C’est l’été
Tout explose
Les effets et les causes

C’est l’été
C’est la pause
Et le ciel qui s’impose

C’est l’été
Et l’on ose
Toute métamorphose

C’est l’été
Tout s’expose
Et ta peau fait la pose

C’est l’été
Plus de dose
Pour l’esprit ou la chose

C’est l’été
Tout s’arrose
Notre amour et les roses


Jean-Paul GUEDJ vient de publier aux Editions Le Merle Moqueur, (groupe Le Temps des cerises) « Une poussière dans l’âme ».

La rentrée littéraire de Saisons de Culture

Etienne Ruhaud Disparaître – Roman

Admirablement préfacé par Dominique NOGUEZ, ce roman paru cet été 2013 aux Editions Unicité m’a surpris par la justesse de sa situation dans notre espace contemporain.

C’est pleinement un roman…mais c’est aussi une histoire de vie. Une de ces histoires qui pourraient arriver à notre voisin, mais l’apprendrions-nous un jour ? Probablement  pas; ce qui ne serait alors qu'un épiphénomène!

Texte intégral

L’anachronique du flâneur N° 9

Par Marc Albert-Levin

Chère lectrice, cher lecteur

J’ai bien peur que pour cette chronique, très tardive, puisqu’à la mi-mai, c’est la première de 2014, votre « anachronique du flâneur » ne se change en « anachronique du pleureur » tant l’année 2013 a été pour moi lourde en départs d’amis très chers, vers cet autre plan d’existence que, par ignorance, nous appelons la mort.

Le mardi 26 novembre, je reçois un coup de téléphone de Michel Tyszblat, un ami peintre sur qui j’ai beaucoup écrit. Il me dit qu’il a fait toute une série de laques qu’il voudrait me montrer et nous prenons rendez-vous pour le mardi suivant. Mais deux jours plus tard, je reçois un coup de fil de René B., un grand ami commun, qui m’apprend que Michel est mort la veille, dans son sommeil, à l’âge de 77 ans. J’ai beau savoir que c’est le genre de départ serein que nous nous souhaitons tous, la perte de ce frère dans l’art, quatre mois après celle de mon frère dans la vie, disparu lui aussi, en juillet 2013, de l’autre côté du rideau de l’air… cette perte supplémentaire, s’ajoutant à tant d’autres, me désespère.

Texte intégral

L’air du temps

Par Jean-Paul Guedj

C’est l’hiver
Il fait froid
Sans doute moins qu’on ne le croit

La frilosité est une crainte
Qui n’abolit pas le froid

Et loin de vous réchauffer
Etre frileux vous glace
Et vous rend immobile

Accueillons donc l’hiver
Sans en avoir peur
Et même disons-le
Avec force chaleur

Texte intégral