L’Anachronique du flâneur N° 15

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous ne pouvez imaginer à quel point j’ai regretté de ne pouvoir vous écrire plus tôt. D’autant que j’ai quelques nouvelles importantes à partager avec vous.
La première : une remarquable exposition d’un futur Musée de la Palestine à l’IMA (Institut du monde arabe) à Paris. Elle avait été précédée d’une exposition à l’Espace Gonzalès à Arcueil dont j’avais déjà rendu compte dans mon anachronique du flâneur N°3 en 2012, il y a cinq ans déjà, alors que mon frère Ilan Halevi était encore de ce monde.

Texte intégral

L’anachronique du flâneur N° 13-14

Par Marc Albert-Levin

Marc Albert-Levin

Il paraît que dans certains hôtels en Inde, il n’y a pas de 13e étage et que l’on passe directement du 12e au 14e. Par peur de perdre quelque lecteur ou lectrice superstitieux (se), j’ai décidé de faire de cet article une anachronique double, même si cela la rend deux fois plus longue et du même coup deux fois plus illisible. D’ailleurs on me dit qu’on chercherait en vain un siège N° 13 sur un avion d’Air France. Est-ce vrai ? En tout cas, de cette malchance qui consiste à voyager dans le métro sur la ligne 13, moi qui la prends stoïquement presque chaque jour, je peux témoigner abondamment.

Texte intégral

Christiane Simoneau - à l'ombre où je suis

Poète, photographe et graveur

Aujourd'hui, plus que jamais, Christiane Simoneau se livre pour nous offrir les délices de subtilité de la langue de son pays, le Québec, riche de tant de cultures croisées. Une plume trempée dans l'encre de ses voluptés et nourrie par son amour inconditionnel des mots et des êtres, étire le temps profane vers l'immatérialité du sacré.

Texte intégral

Eric Dubois

Chaque pas est une Séquence

Dans ce recueil autant philosophique que poétique, l’auteur développe pas à pas, au rythme de son souffle une symphonie de signes harmoniques qui se transforment en mots.

 

Michel Cosem, dans la préface qu’il lui dédie, explique que «ce qui marque en premier dans l’écriture d’Eric Dubois c’est l’économie de mots, des choix mais aussi la pluralité des situations : le monde entier est là et il lui suffit de s’y plonger pour que les signes de la poésie soient là. En toute humilité ».

Texte intégral

Le Grand Prix de littérature américaine 2015

Par Sergiusz Chadzynski

Laird Hunt<br>Photo: Woytek Konarzewski

Dans un décors new yorkais du restaurant Joe Allen , géré de la main de velours de Graeme Bent, en plein quartier des Halles à Paris, le lundi 7 décembre, a eu lieu la cérémonie de la première remise du Grand Prix de littérature américaine 2015.

 

Francis Geffard le fondateur du « Festival d’America » est le père spirituel du prix. Il l'a créé dans un objectif de :"couronner un roman américain, paru depuis le 1er janvier, qui se distingue par ses qualités littéraires de premier plan afin d’offrir un repère aux lecteurs qui apprécient en nombre cette littérature et les écrivains qui l’animent".

Texte intégral

A l’ombre des pages, deuxième roman de Mylène Vignon

Par Cybèle Air

A l’ombre des pages, Tara Baumane se fait évanescente, ou plutôt réceptacle des signes. Les rencontres, les personnalités et les lieux entrent en résonance, subtile et dévastatrice, subtile et révélatrice.

Texte intégral

Psychose - autopsie du film

Par Daniel Le Bras

L'ouvrage est une étude très documentée et éclairante sur le célèbre film d'Alfred Hitchcock. En effet, il existe des films qui ont révolutionné le cinéma et "Psycho" en fait partie. 

Ce livre met en lumière l'élaboration du film, son contexte historique, l'analyse séquence par séquence et démontre que rien n'a été laissé au hasard : de la genèse à la stratégie de communication. On se rend compte pour paraphraser Flaubert que « Psycho, c'est Hitchcock ! » 

Texte intégral

Le secret de Cracovie

Pour cette nouvelle année, j'aimerais vous conseiller une lecture qui pourra accompagner vos soirées au coin du feu. Par chance, ils viennent d'être ré autorisés en Ile De France.

Le secret de Cracovie est en vente dans toute bonne librairie et aura une particularité qui séduira les lecteurs de Saisons de Culture : il est écrit par le couple d'écrivains polonais Malgorzata et Michal Kuzminski.

 

L'histoire nous emmène dans les ruelles et places de Cracovie à la fin des années 30, peu avant l’invasion allemande. Un chasseur de trésor se retrouve poursuivi par de dangereux ennemis envoyés par les commanditaires les plus inattendus. Course poursuite, intrigues, légendes et rebondissements, le tout sur un fond de romance et d'élégance. Le rythme est entrainant et les détails historiques renforcent le récit. La complémentarité des auteurs se ressent dans ce roman qui allie habilement différents genres de littérature, et nous retransmet certaines mœurs de l’époque.

Texte intégral

Entre Regard et Sourire

Un récit de Damien Perrier et Annie Joly

Damien a choisi de vivre malgré une trachéotomie qui le condamne à l’aphasie. Il est âgé seulement de quarante ans et exerçait le métier de scientifique. Son corps immobilisé ne lui permet plus d’effectuer le moindre geste, mais ses yeux brillent d’une énergie insensée. Quand à son sourire, il enchante l’âme de tous ceux qui l’approchent.

Texte intégral

La saga Maeght

L’essence de la mémoire

Yoyo Maeght et Mylène Vignon à l'Arbre à lettres - Daguerre

C’est  au Café de Flore, dans son univers germanopratin, devant du thé et des brioches, que j’ai recueilli les confidences de la petite fille du célèbre marchand d’art, collectionneur et mécène ; Aimé Maeght, le grand-père tant aimé de Yoyo.

Dès l’enfance, elle a ressenti la nécessité de sauvegarder, tel un bien précieux, chaque moment, chaque rencontre ; autant de pépites qu’elle pressentaient déjà comme exceptionnelles. Son quotidien, elle le partageait avec Miro, Picasso, Prévert, Braque, Giacometti, Malraux, Calder, Chagall, Tapiès…

Texte intégral

Edgar Faure...secrets d'Etat, secrets de famille

Rodolphe Oppenheimer

J'ai un soir rencontré un jeune homme assez réservé, qui interprétait de très belles chansons en s'accompagnant à la guitare. C'était dans le jardin du peintre et acteur Jean Dolande. Je me souviens que les camélias étaient en fleurs. J'étais assise devant une fontaine et tous, nous reprenions les refrains à l'unisson. Après avoir remercié et salué, le chanteur qui nous avait  mis en joie nous a annoncé qu'il venait de nous faire partager quelques compositions de son grand-père Edgar Faure. C'est ainsi que nous avons tous appris que le grand Homme d'état aux treize Présidences était aussi un artiste, auteur de nombreux romans et nouvelles.

Texte intégral

Trophées du stylographe 2013

Invitation au voyage

Jean-Pierre Guéno et Macha Méril

La cérémonie se déroulait dans les décors somptueux de l’Hôtel de Salle à Paris, désormais investi par l'Institut des Lettres et Manuscrits, présidé par Gérard Lhéritier. Ces 11ème trophées du stylographe organisés par Jean-Claude Arrata était parrainés par Macha Méril, actrice et romancière, accompagnée d'Irène Frain, auteure et d' Adrien Perreau, en charge de l'inventaire du Patrimoine de l'Opéra 

Texte intégral

Une garance pour le violoncelle

J’ai écrit ces lignes sous forme de poèmes, pour exprimer les couleurs de mes émotions face aux œuvres contemplées, avant analyses.

Car nos émotions correspondent aux couleurs : vert de rage, rose de confusion, rouge de honte, idées noires, blanc de douleur, rire jaune, bleu à l'âme, bleu comme une orange…*

J’ai pensé que le Testament de Maria Elena Vieira Da Silva était le meilleur cadeau à offrir à mes lecteurs et j’ai souhaité qu’il soit publié, en avant-propos de mon livre.

Ce recueil est destiné à ceux qui partagent des émotions artistiques et aiment une certaine forme de poésie libre et sans détours.

La sculpture de la couverture, je l’ai choisie avec soin, dans l’atelier silencieux  de mon amie plasticienne Adrienne Jalbert et Woytek Konarzewski fidèlement, l’a photographiée avec ce  talent qu’on lui connait. C'est alors que la musique est apparue.

Texte intégral

Henri-Hugues Lejeune: Essai

Henri-Hugues LEJEUNE: Essai

Dans ce livre, l’auteur nous amène à des réflexions audacieuses sur les      arts et leurs évolutions au cours des siècles. Avec un souci de vérité et d’intelligence, Henri-Hugues Lejeune prend en compte et analyse les mouvements de l’Histoire et de la pensée qui ont influencé nos modes de ressenti.

L’auteur est sans concession ou alors, s’il en accorde, c’est comme pour mieux les décrier ou les déconstruire car la critique de l’art ne supporte pas l’immobilisme, mais se nourrit de fait de tous les courants philosophiques qui ont émaillé les siècles depuis l’Antiquité.
Mais l’auteur, et c’est là sa puissance, nous met alors en garde contre les trouvailles et les concepts qui enferment l’artiste dans sa vérité du moment, quitte parfois à rester insaisissable dans un but salvateur et à contourner les idéaux  pour ne pas s’y appesantir. L’auteur, en proie à ses propres démons, nous décrit avec force tous les pièges des conformismes et des courants qui ont façonné les arts et qui se sont comme approprié nos goûts.

Texte intégral

L’artiste Arnaud Kasper à l’honneur au Sénat

Le sculpteur KASPER, créateur du trophée, remet sa sculpture au lauréat du Prix Edgar FAURE, face à une assemblée prestigieuse dans les salons du Sénat.

Le prix du meilleur écrit Politique 2012, a été attribué à Samir TOUNSI, journaliste international à l’Agence France Presse pour son livre «  Les solitaires de la République - Quand le pouvoir vous lâche  » JC Lattès

Le prix d’Honneur a été attribué à Henry KISSINGER pour : «  De la Chine  » éd Fayard.

C’est à l’initiative de Rodolphe OPPENHEIMER, petit fils du Président Edgar FAURE, que ce trophée couronne chaque année un travail littéraire en amont duquel se réunit un jury d’exception.

MV

www.prixedgarfaure.com

Dentelles rouges et Les Immortelles

Mylène Vignon

Dentelles rouges est une forme d'analyse poétique de l'intime de la femme, dans un lieu ou le féminin sacré franchit les limiites du jardin secret de l'auteure. Des murmures, des cris, des confidences et des questionnements ponctuent des textes courts- mises en évidence de toute la complexité du statut physiologique de la femme. Dans ces lignes, Mylène VIGNON confirme que le sort des femmes est loin d'être " règlé ". Dans ce paysage, les hommes ne sont jamais très loin.

Texte intégral

Les Saisons de la sans soucis

Florence Ride

C'est peut-être la conséquence de notre première rencontre, qui nous rapproche elle et moi dans une trajectoire littéraire partagée.
Je fus la première personne à l'accueillir, j'ai envie de dire, à lui venir en aide. C'était lors d'une séance de dédicaces de l'un de mes livres devant la fameuse librairie PIPA, dans le cadre de l'événement - Paris en toutes lettres.
Elle m'est apparue très gênée, s'adressant à moi avec frénésie comme on saisit une bouée pour ne pas sombrer. J'ai immédiatement ressenti en ce personnage la faille, la blessure, la dimension métaphysique qui déclenche l'empathie.

Texte intégral

Parution du livre
« Témoignage » de Christiane Peugeot

PARUTION DU LIVRE TEMOIGNAGE DE CHRISTIANE PEUGEOT

On a retrouvé le journal d'une cocotte de la Belle Epoque, Madame STEINHEIL, ma grand - tante
éditions Unicité
 
Une écriture d'une liberté qui nous enchante et nous ramène à l'histoire de notre pays sous le gouvernement du " célèbre " Président Félix FAURE
à lire sans faute!

POÈME DE SAISON

Par Jean-Paul GUEDJ

L’ÉTÉ

Où étais-tu l’été ?
Où étais-tu ?
Tu t’étais tu l’été
Tu t’étais tu
Et nous entêtés qu’on était
Têtus même
on te guettait
On guettait ta gaieté
(Et puis aussi ta lumière bleutée)
Toi qui as été
mille fois
avant d’avoir été
Toi qui seras toujours
après qu’on a été

LE PRINTEMPS

Par Jean-Paul GUEDJ

Par Jean-Paul GUEDJ

Celui des thyrses de lilas en fleurs
Celui consacré par Stravinsky
Celui de Marcel Hanoun au cinéma (1970)
Celui dont Rohmer fit un conte (1990)
Celui du boulevard Haussmann (au 64)
Celui de la Commune de Prague et de Tunis
Celui de la plage sous les pavés
Celui bleu du Luxembourg et jaune du Parc Montsouris
Celui virginal de Botticelli et florescent de Giuseppe Arcimboldo
Celui des passantes plus légèrement vêtues
que l’on eût aimées et qui le savaient
Celui de l’ivresse
Celui du rire qui vient après la peine
Celui de ta soudaine joie de vivre
Celui qui te provoque des allergies au pollen
Celui qui fera élire
l’homme ou la femme
qui
pendant cinq printemps
fera la pluie et le beau temps.

Alexane Bernard

Poèmes sur ma misérable vie

Alexane Bernard nous confie à travers ses rimes, ses angoisses amoureuses et ses espoirs taris. Elle brosse une vision sombre de l'amour et s'interroge sur le devenir des sentiments, entre plaisir et souffrance.

Texte intégral

MONSIEUR L'HIVER

Par Jean-Paul Guedj

C’est le patron !

Il a du maintien

Et le recul de la fonction

Pour mieux recadrer il gèle les sentiments

Il nous demande de nous concentrer sur l’essentiel

Et de produire le meilleur de nous-même

A l’instar de cette bruyère qui orne son bureau

Il est très attentif aux résultats

Et préfère l’intérieur aux affaires étrangères

Il se méfie de la surchauffe

Et en appelle aux économies d’énergie

Et à qui veut l’entendre

Il annonce le printemps

 

Poème de saison XII

L’automne

Par Jean-Paul Guedj

Par Jean-Paul Guedj

Après les cris et les douleurs
Les larmes et les frayeurs
Après l’été de canicule
Et les passions qui ont sué
La demi-saison
Moins hautaine et
Plus rousse
Qui rend les arbres nus
Et les feuilles caduques
Génère des demi-humeurs
Ni trop chaudes
Ni trop froides
Ni trop âpres
Ni trop doctes
Tempérées
Tempérantes

Poème de saison XI

Texte intégral

Rebecca Gruel

Hommage à Maria Callas

Dans ce recueil, Rebecca Gruel, artiste peintre et poète, rend Hommage à Maria Callas aux Editions Voix Tissées. Une Maria Callas immortelle, griffée dans le temps liquide, incandescente et symphonique, exhumée par le style écorché et volontaire de l'auteure. Rebecca Gruel peint des toiles monochromes en noir et en bleu de vitrail. Son tracé souvent acerbe n'est jamais anodin. Son art, bien que plaisant, n'est jamais complaisant.

Texte intégral

L’été

Par Jean-Paul Guedj

Par Jean-Paul Guedj

— L’était… L’était… L’était…

— Ah non, ça suffit !

— Alors quoi ?

— L’été… L’été devant nous !

 

Le dernier recueil de poèmes de Jean-Paul Guedj « Une poussière dans l’âme » est publié aux Editions « Le Temps des Cerises », Collection « Le Merle Moqueur Poésie ».

Le printemps

Par Jean-Paul GUEDJ

Jean-Paul GUEDJ est poète. Il a publié aux Editions de Janus « Tout et Rien » (2008). Son prochain recueil « Une poussière dans l’âme » est à paraître en mars 2014 aux Editions « Le Merle Moqueur ».

Le garnement

Il a même fait sourire l’hiver

A maintes reprises

subrepticement

il était déjà là

Plusieurs fois il fit des apparitions

Souvenez-vous

Vivace dans ce regard échangé

Caché l’espiègle dans les recoins de la bonne surprise

Jouant sans vergogne de l’inattendu

S’insinuant farceur dans la mélancolie

S’affichant allégrement sur la scène du monde

Portant un message de joie

Musical en diable

Eclat parmi les éclats

de verre de lumière ou de rire

tel un ciel apodictique

qui se serait dégagé de toute brume inutile

foncièrement bleu

comme le vrai

 

 

Le dernier recueil de poèmes de Jean-Paul Guedj « Une poussière dans l’âme » est publié aux Editions « Le Temps des Cerises », Collection « Le Merle Moqueur Poésie ».

Danse avec Charcot

Une pépite littéraire de Jean-Pierre Millet

C’est avec une très grande émotion que j’ai ouvert ce livre arrivé le matin-même dans ma boîte à lettres. Connaissant bien l’auteur, je me réjouissais à l’avance de cette lecture.

 

Jean-Pierre Millet danse avec les mots, swing entre les lignes et surtout, repousse avec frénésie et en poésie, les limites de sa maladie. Une forme de SLA, qu’il n’hésite pas à nommer sa «salope » et il en a bien le droit, car elle se colle à lui depuis plus de treize ans.

Texte intégral

L’air du temps : L’hiver

Par Jean-Paul GUEDJ

Jean-Paul GUEDJ est poète. Il a publié aux Editions de Janus « Tout et Rien » (2008). Son prochain recueil « Une poussière dans l’âme » est à paraître en mars 2014 aux Editions « Le Merle Moqueur ».

Il glace les émotions
Pour mieux les penser
Il cautérise les plaies
Invite au recueillement

 

Il veut quitter l’automne
Cette saison du rouge
Pour aller vers le blanc
Qui calme la douleur

Texte intégral

L’Air du temps : L’automne

Par Jean-Paul Guedj

La vie

 

Est automnale

 

Ni trop chaude ni trop froide

 

Ni trop brune ni trop blonde

 

Mais plutôt rousse

 

Et avec des nuages

 

De merveilleux nuages

 

21 Septembre 2015

 

 

Le dernier recueil de poèmes de Jean-Paul Guedj « Une poussière dans l’âme » est publié aux Editions « Le Temps des Cerises », Collection « Le Merle Moqueur Poésie ».

La première femme nue

Par Cybèle Air

Le livre de Christophe Bouquerel nous offre un étourdissant voyage au IVème siècle, du temps de Platon vieillissant jusqu’à la mort du bel Alexandre. Cette traversée de mille deux cents pages à la première personne, est portée par Phrynê, muse de Praxitèle, hétaïre, future égérie au XIXème siècle d’artistes de renom.

Texte intégral

Chroniques américaines

Par Henri- Hugues Lejeune

L’auteur dans ce nouveau livre, brosse le portrait des milieux intellectuels de l’Amérique des années 1970 à 1980. Le ton est donné d’entrée de jeu, dans une langue bien française au charme voltairien.

Henri-Hugues Lejeune, dans ce journal, puise dans la magie du souvenir, les effluves de la vie de l’exilé qu’il fût durant ces années très riches en secrets d’alcôves. Quelle est la part d’introspection, dans ce livre ? Qui étaient ces mystérieux amis qui s’installèrent sur les pas des existentialistes à Saint-Germain-Des -Prés avant de revenir en Amérique ?

Texte intégral

Ruthy Février

Naissance du mouvement Pétillantiste

Le pétillantisme de Ruthy Février n'est pas un leurre, à Paris, je l'ai rencontré et le constat est sans appel. Enfant des Trente Glorieuses, l'artiste regarde le monde de l'intérieur, vers une intériorité plurielle, faite de lignes et de vallons célestes. Sa poésie, surréaliste, se mêle à la douceur d'une palette à la saveur acidulée.

Texte intégral

Ode à l'hiver

Par Mylène Vignon

Rêve d'hiver
Trêve à quatre feuilles
Prendre le temps
De respirer le vent
Givré
Sur les ailes des elfes et des elles
Nous nous envolerons
Amazones, Pégase et Obsidiens
Que le goût du savoir
Unit
Pour Célébrer ensemble
la ronde des saisons
La vie

L’Ombre de Saint-Cado, premier roman de Mylène Vignon

Par Cybèle Air

C’est son premier roman, et il lui ressemble furieusement. Mylène Vignon nous offre son regard poétique sur les êtres et les choses, son attention vagabonde et délicate, sa disponibilité à l’imprévisible et à l’ailleurs. L’héroïne de L’Ombre de Saint-Cado,Tara, a le sérieux de l’universitaire_ elle est archéologue _ , et l’attirance fantasque d’un poète.
Nous plongeons dans les racines d’un lieu mystérieux du Morbihan ; nous brûlons de connaître le Marché aux Enfants Rouges à Paris ; et nous voudrions comprendre pourquoi la verveine est un « excellent breuvage pour la maïeutique » ! Fulgurance de l’espace et des sens, une rencontre peut arrêter le temps ; continuité du goût pour l’ambiguïté, cette zone où tous les chats sont gris, jeu du chat et de la souris…Le pont au Chat de l’île de Saint-Cado, tout est là !
C’est dans cet intervalle de l’incertitude que prospère l’imagination. «  Seuls les artistes voient la couleur du silence. Ils nous invitent à leur banquet. » écrit Mylène Vignon. Suivons-la. Et nous attendons déjà Tara, nous ouvrir un jour prochain, d’autres lieux.
                                                            
L’Ombre de Saint-Cado, Mylène Vignon
aux éditions unicité

Préface par Christiane Peugeot

A propos du Contre Annuaire

63 créateurs & artistes

Sacha Guitry disait : «  Je ne suis pas contre les femmes, je suis tout contre ! ». L’équipe du CONTRE ANNUAIRE n’est pas contre l’art contemporain, mais tout contre; selon la formulation latine: contre-en face de.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Albert LEFRANC de 11-13 éditions, lors de la présentation du premier numéro du CONTRE ANNUAIRE, au Salon Thé des écrivains, dans le Marais parisien. J’ai écouté et entendu son discours et je me suis émue du regard qu’il portait sur les artistes issus de sa sélection. Ses valeurs m’ont immédiatement convenu et je me suis peu à peu, pas à pas, investie à ses côtés dans cette aventure.

Texte intégral

Beaux textes

A l’occasion des fêtes de fin d’année Saisons de Culture partage sa bibliothèque.

Saisons de Culture en dédicace

Mylène Vignon

Mylène Vignon, Pascal Aubier, Henri-Hugues Lejeune et Stéphane Ruhaud  seront auteurs en dédicaces sous la bannière des Editions Unicité, lors du 11ème Salon international des éditeurs; l'Autre livre du 15 au 17 novembre 2013.
Espace Blancs Manteaux: 48 rue Vieille du Temple Paris 4ème. Entrée gratuite.

Prix Edgar Faure 2013

De gauche à droite: Arnaud Kasper, Isabelle Debré, Mylène Vignon et Jacques-Marie Ponthiaux

La cérémonie de remise des trophées se déroulait le 16 octobre 2013 au Conseil Economique et Social, place d’Iéna, devant un public qui rassemblait Ministres et amis de Rodolphe Oppenheimer, le digne petit fils du Président Edgar Faure et auteur de cette initiative.

Le jury, composé de personnalités du monde politique et de journalistes, présidé par la Sénatrice Isabelle Debré,  a voté à bulletins secrets :
Le prix Edgar Faure a été attribué à Gilles Verdez et Jacques Hennen pour : Manuel Valls «Le secret d’un destin » Editions du moment. Une biographie autorisée.


Texte intégral

Soirée blanche de Saisons de Culture

Musée Carnavalet : Nuit Blanche 2013

Notre réunion de comité d’automne donnait le coup d’envoi de la 11ème Nuit Blanche de Paris. Impossible de résister à la tentation d’évoquer devant une trentaine de membres et journalistes de notre association, la toute première du nom, dont nous fûmes les pionniers,  le 5 octobre 2002 au Théâtre Lucernaire. Notre hommage à Philippe Léotard était donc renouvelé à cette occasion, au Salon de Thé des Ecrivains.

Nous avons  été étonnés de ne pas être reçus par Damien, envolé depuis la veille, avec  une amie de cœur, la célèbre romancière Jakuta Alikavazovic, accueillie à la Villa Médicis. Saisons de Culture a immédiatement acquis sa dernière parution : La blonde et le bunker. Editions Points.

Texte intégral

La rentrée littéraire de Saisons de Culture

Jean-Louis Costes
Guerriers amoureux

Bizuté et racketté, reclus dans son HLM de Bobigny en compagnie d’une mère dépressive, Patou vend la drogue fournie par son ami et amant occasionnel Momo, un jeune beur. Amoureux de sa voisine Darlène, une adolescente haïtienne, fille de prostituée, Patou se voit doubler par Momo, qui prend plaisir à l’humilier publiquement, avant d’être arrêté et incarcéré. Menacés, agressés dans leur cité, Darlène et Momo fuient : l’une à New-York, en compagnie d’un pasteur évangéliste, l’autre en Guyane, où il se fait orpailleur. Devenu jihadiste en prison, Momo retrouvera par la suite Patou en Amérique du Sud, dans des conditions un peu particulières, et Patou retrouvera lui-même Darlène, dans des circonstances là aussi particulières…
  

Texte intégral

La rentrée littéraire de Saisons de Culture

Vénus Khoury-Ghata
La fiancée était à dos d’âne

J’avais lu ses Sept Pierres pour la femme adultère, j’en avais été bouleversée. Puis, Ou vont les arbres, récit empreint d’un très grand souffle poétique.

Récemment je me suis délectée du Facteur des Abruzzes. Et voici que ce mois de juin 2013, la librairie Gallimard et les éditions Mercure de France m’ont conviée à la dédicace de ce nouveau chef d’œuvre de la littérature contemporaine : La fiancée était à dos d’âne.

Texte intégral

La rentrée littéraire de Saisons de Culture

Etienne Ruhaud
Disparaître – Roman

Admirablement préfacé par Dominique NOGUEZ, ce roman paru cet été 2013 aux Editions Unicité m’a surpris par la justesse de sa situation dans notre espace contemporain.

C’est pleinement un roman…mais c’est aussi une histoire de vie. Une de ces histoires qui pourraient arriver à notre voisin, mais l’apprendrions-nous un jour ? Probablement  pas; ce qui ne serait alors qu'un épiphénomène!

Texte intégral

La rentrée littéraire de Saisons de Culture

Ibrahim Sorel Keita
Au cœur de la cité rose

Ibrahim Sorel Keita, parrain du film La Cité Rose donne la parole aux habitants.

Ambassadeur du vivre ensemble et fervent défenseur de la diversité, Ibrahim est aussi l’auteur d’un premier recueil de poésie urbaine ; Banlieue Rhapsodie, qui fut vendu à plus de 10000 exemplaire.

Texte intégral

Le Vol d'Icare

Performance d'inspiration Butô d'Anaïs Bourquin

Performance d'inspiration Butô d'Anaïs Bourquin
Galerie Christian Berst le 20 avril 2013
lors du finissage de l'exposition de Davood Koochaki « Un conte persan »
et de la dédicace de l'essai d'Henri-Hugues Lejeune paru aux éditions Unicité

La chute de l’Ange

Le Vol d'Icare

Dédicace du livre d' Henri-Hugues Lejeune
le 20 avril 2013 de 17h00 à 19h00 Galerie Christian Berst
Chorégraphie d'Anaïs Bourquin

Texte intégral

Printemps des poètes

Notre sélection 2013

Printemps

Ô mélodie de la sève
qui dans les instruments
de tous ces arbres s'élève
accompagne le chant
de notre voix trop brève.


C'est pendant quelques mesures
seulement que nous suivons
les multiples figures
de ton long abandon
ô abondante nature.


Quand il faudra nous taire
d'autres continueront...

Mais à présent comment faire
pour te rendre mon
grand coeur complémentaire ?



[...]

Rainer Maria RILKE
  (1875-1926)

Texte intégral

Ode à la Femme

La Lucarne des écrivains
115 rue de l'Ourcq 75019 M° Crimée

EXPOSITION-VENTE SCULPTURE PEINTURE EDITION
du lundi 4 au samedi 16 mars 2013

Nathalie-Noëlle RIMLINGER

VERNISSAGE : MERCREDI 6 MARS à partir de 18 heures.
suivi d'un débat sur  L'ANARCHISME autour du livre
« Henri Fabre et le combat anarchiste des Hommes du Jour (1908 – 1919) »
Nathalie-Noëlle Rimlinger, avec la collaboration de François Gaudin, aux
Éditions de Champtin)

Texte intégral

Une soirée littéraire et un récital de chansons à la Lucarne des Ecrivains

115 rue de l'Ourcq 75019 M° Crimée

MERCREDI 13 FEVRIER à 19h30 :
LES LIBRAIRES ONT-ILS UNE AME  ?
avec Chantal le Bobinnec pour Mon ami le libraire
et Stéphane Rubin pour Capitaine Françoise

Texte intégral

Des Fleurs à l’Encre Violette

Nouveau roman de Gilles LAPORTE
Presses de la Cité – Collection Terre de France

Il est des auteurs qui nous rendent plus intelligents.
Plus que des auteurs, des conteurs.
C’est le cas de Gilles LAPORTE qui ; je le site : «  plus qu’un pays, habite une langue… ».
Et qu’elle est belle, la langue de ses belle Histoires, de sa belle région !

Texte intégral

'I am free' au 104 Chuis lib’

Et quand la liberty se conjugue en anglais : « I am free ».
Libre comme l’air . Et quand on est libraire, libre comme l’air, on a un slogan qui sonne mieux que « libre hère », hein ?
Sauf que, « libre comme l’air », vous l’êtes quand vous roulez en bagnole, au milieu des embouteillages parisiens, en Autolib’ plus exactement. Le pendant du Vélib’, tout est dans l’apostroph’ ! Chuis lib’ en V’lib’, chuis bell’ et r’bell’, chuis lib’ et r’lib’ en Autolib’.

Texte intégral

Jean - Pierre Millet Le Métier d'homme est difficile

Le témoignage bouleversant d'un Homme debout malgré tout!

La résistance contre la maladie est source d'énergie. L'écriture - parfaitement maîtrisée - est manifestement la meilleure des thérapies.


Jean - Pierre Millet dans une autre vie était chirurgien dentiste. Aujourd'hui, il anesthésie nos douleurs à l'encre de ses espérances. Oui le  Métier d'homme est difficile,  mais " Vingt fois sur le métier remettons notre ouvrage".
C'est ce que nous confie l'auteur, en digne héritier de la philosophie des Lumières de Nicolas Boileau.

Mylène VIGNON

Trophée de la stylographie Présidé par Gonzague Saint Bris

Mylène Vignon et Gonzague Saint Bris

C'est dans la bibliothèque de l'Automobile Club de Paris, que Gonzague Saint Bris invitait Mylène Vignon à dédicacer son livre témoignage " Rencontre avec Olivier Debré " - qui vient d'être réédité chez Unicité - à la Forêt des livres qui aura lieu comme chaque année le dernier week-end du mois d'août en Touraine. Le journaliste et écrivain nous faisait part de la publication d'un projet de livre sur la vie de Marie Vetsera.

Un hymne à la beauté

Par Jean-Paul GUEDJ

Photo: Woytek Konarzewski

Mon ami Wojtek à qui je posai la question de la ligne éditoriale ou philosophique de l’Association Saisons de culture me répondit sans hésiter que le seul étendard de cette dernière demeurait le beau, la préoccupation du beau, l’impératif du beau. Affirmation sans appel et sans hésitation. C’est bien, ce chant, cette aspiration, cet hymne qui désormais, sachons-le, nous réunit. Que cela se sache ! Soldats au service du beau, en place !

Texte intégral

Aloïs Manro

Sibyl

Photo: Woytek Konarzewski

J’ai rencontré l’auteur en arpentant les allées du salon du livre de Paris. Aloïs Manro m’a présenté son roman, avec ces mots sublimés par l’acmé. Des mots qui nous touchent au plus profond de l’âme. Parcourant ce livre écrit dans une si belle langue, j’y ai entendu des paroles d’espoir, situées à la frontière du monde réel et de l’irrationnel. L’humanité contenue dans cette histoire d’amour, nous ramène à l’enfance et aux sentiments éprouvés dans cet interstice si éloigné encore de l’univers des adultes. Mais l’enfance nous lâche-t-elle vraiment un jour, dans ce lieu ou dans l’autre?

 

Aloïs Manro Sibyl

Editions Chaops

 

Préface de Bernard Pinet, societaire de la société des gens de lettres

Mylène Vignon

Le temps des classiques et la Beauté de vivre *

Les connaissons-nous tous, ces auteurs classiques de littérature européenne dont la lecture nous tient en haleine et nous rend insomniaques, et dont ils nous arrivent de dire, en soupirant, « oh, ils savaient écrire » ? Les connaissons-nous donc tous, ces écrivains majeurs venus d’ailleurs qui manient parfaitement l’intrigue, entremêlent le destin des hommes et la grande histoire, qui font vibrer notre intelligence et nos émotions ? Et bien, non, cela reste étonnant pour les uns, rassurant pour d’autres : nous avons encore des grands noms de lettres à découvrir et leurs romans à lire, ces fresques épiques qui sont à goûter lentement, avec délice, avec passion et qui marquent souvent le début d’une nouvelle aventure littéraire et intellectuelle.

Texte intégral

Urban Sax

Les musiciens de l'infini

Urban Sax

Les Editions Unicité, conduites par François Mocaër, publient Urban Sax de Marc-Louis Questin, dans un ouvrage luxueux, qui fait référence à la dimension esthétique, philosophique et poétique du groupe mythique Urban Sax.
L'auteur joue sur plusieurs niveaux de sens, à la manière des poupées russes du romancier cubain José Lezama Lima. Urban Sax demeure une référence majeure en matière de musique vivante et performante. Ses incessantes dérives urbaines psycho-géographiques enchantent et nous évoquent une méditation intense sur le pouvoir subtil des sons, le silence et le vide, l'espace et l'infini, la présence à soi-même et l'éternel retour.

Texte intégral

L’anachronique du flâneur
N° 12

Marc Albert-Levin

Chère lectrice, cher lecteur,

Je voudrais revenir sur quelques impressions martiniquaises qui ont accompagné la conférence partagée avec vous dans l’anachronique N° 11.

Texte intégral

Mots voyageurs

Poèmes de Christiane Simoneau

Mot à mot, entre ici et ailleurs, avec des mots de braise, avec des mots d'amour, des mots de parole, des mots de papier, des mots en attente, des mots bleus, des mots de désir, de fantaisie et d'espoir, Christiane Simoneau, en virtuose joue avec les mots. Il faut dire que dans sa ville à elle, à Québec, les mots prennent une toute autre saveur. Elle aligne les mots nomades, peuplés de langue française au rythme d'un souffle très personnel accentué par de fréquentes répétitions – si nécessaire à la mélodie – et nous subjugue par sa très grande liberté.

 

Extrait : Entre ici et ailleurs

Les mots, les mots, les mots aiment jouer

Entre les rires, les pleurs, la soumission, la rébellion

La décence, l'indécence, la conscience, l'inconscience

Entre l'amour, la haine

Les mots, les mots, les mots (...)

 

Christiane Simoneau scande une poésie qui joue avec des mots voyageurs, qui prennent la parole et s'alignent sur le papier, pour le plus grand plaisir du lecteur.

 

Editions Unicité

 

Collection poètes planétaires

 

Mylène Vignon

L'Anachronique du flâneur N° 11

Par Marc Albert-Levin

Marc Albert-Levin

Un historien des religions américain dont je viens de traduire un livre, début 2015,1 du nom de Clark Strand, fait collection d’objets rituels, de talismans et bibelots religieux du monde entier. Il a été frappé par le fait que ces objets empruntaient des formes extrêmement variées. Mais il fait remarquer en même temps que les chapelets, par exemple, dans toutes les traditions – catholique, orthodoxe, musulmane ou bouddhiste,– se ressemblaient beaucoup. C’est pourquoi, rencontrant une paléoanthropologue qui avait passé beaucoup de temps à faire des fouilles dans le Sud de la France, il lui a demandé à quel moment on avait vu apparaître des chapelets, dans les annales de l’archéologie. Il voulait élaborer une théorie sur les origines de la méditation et de la prière.

Texte intégral

L’amoureux scintillant, Martin Melkonian

Par Cybèle Air

Le régal de lire les textes de Martin Melkonian se trouve condensé dans son dernier opus L’amoureux scintillant, un recueil de propos qui présente et éclaire toute son œuvre.

 

Ce régal consiste en des retrouvailles avec le temps, avec les mots, avec soi-même. L’écriture de Melkonian évide, crée l’espace d’une respiration intérieure, pour lui-même sans doute, mais aussi avant tout pour le lecteur. L’acte poétique nous remet en présence de notre patrie ou de notre mère nourricière : les mots, la langue. Il tisse la lenteur du temps, la saveur du verbe, l’irruption de l’autre.

Texte intégral

L’anachronique du flâneur N° 10

Par Marc Albert-Levin

Marc Albert-Levin

Que l’on me permette tout d’abord de remercier le peintre Michio Takahashi, qui m’a permis de rencontrer Mac 3 et ses organisatrices. C’est à lui que je dois la possibilité de prononcer devant vous ces quelques mots qui je l’espère, ne seront pas trop soporifiques. Le titre de cette conférence est à vrai dire, ce qu’elle a de mieux «L’art de la nature et la nature de l’art». Parce que c’est un titre extrêmement ambitieux, la façon dont je le traiterai risque d’être au mieux superficielle, au pire, décevante. Mais il m’a été directement inspiré par le thème donné à cette exposition «De natura rerum» (Dela nature des choses).

Texte intégral

L’Air du temps : L’été II

Par Jean-Paul GUEDJ

Jean-Paul GUEDJ est poète. Il a publié aux Editions de Janus « Tout et Rien » (2008). Son prochain recueil « Une poussière dans l’âme » est à paraître en mars 2014 aux Editions « Le Merle Moqueur ».

L’été s’ennuie un peu

Il déteste les vacances

Alors il enfile un imperméable

Et se fait passer pour l’automne

Il convoque même la pluie

(toujours prompte à brouiller les cartes)

Cela fait dire aux gens

Qu’il n’y a plus de saisons

(vous connaissez les gens)

Et alors là l’été se vexe

Il revendique haut et fort son existence

Et celle de ses collègues

Tous les quatre font même une manif saisonnière

Ils défilent en maillot de bain

Et pour se rafraîchir les idées

(et aussi pour calmer le jeu)

Ils piquent une tête dans la piscine

 

21/06/2015

 

Le dernier recueil de poèmes de Jean-Paul Guedj « Une poussière dans l’âme » est publié aux Editions « Le Temps des Cerises », Collection « Le Merle Moqueur Poésie ». 

L’Air du temps :
Le printemps II

Par Jean-Paul Guedj

C’est le printemps

À Orsay c’est Bonnard qui l’annonce

C’est un avion qui tombe

C’est Velázquez au Grand Palais

C’est l’énergie de ta vie

Et des jonquilles sur les tombes

Et tes projets et tes voyages

Du flamenco dans ton regard

Et c’est l’hiver dans le mien

Qui se dévêt de plus en plus

 

28/03/15

 

Le dernier recueil de poèmes de Jean-Paul Guedj « Une poussière dans l’âme » est publié aux Editions « Le Temps des Cerises », Collection « Le Merle Moqueur Poésie ».

La nouvelle dame aux camélias

Par Véronique Grange-Spahis

Depuis la publication de La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas en 1848, nombreuses sont les adaptations qui lui ont donné vie, que ce soit par l’opéra la Traviata de Giuseppe Verdi, au théâtre par l’auteur lui-même, puis par d’autres metteurs en scènes, au cinéma par d’abondantes interprétations tout au long du vingtième siècle, ainsi que dans des ballets et même en bande dessinée par Gotlib !

Texte intégral

Frédérique Lombard - Morel

Le livre espoir

Ce n'est pas la première fois que je suis marraine d'édition chez Unicité, mais ce journal d'une patiente courageuse et battante, m'a donné envie. Je connaissais Frédérique artiste Peintre, mais j'avoue que comme auteure, elle m'épate.
Son livre est une sorte de cri intérieur, qui se perd dans un humour décapant et nécessaire.

Texte intégral

L’air du temps IV 

Par Jean-Paul Guedj

Les sanglots longs
Des violons
Ne blessent plus
Mon cœur
D’une langueur
Monotone

En ces bons jours
D’automne
Je pleure mais de joie
Lorsque je vois
Les feuilles mortes
Que le bon vent emporte


Jean-Paul Guedj vient de publier « Une poussière dans l’âme » aux Editions
 « Le Temps des Cerises », collection « Le merle Moqueur »

L’air du temps III

Par Jean-Paul Guedj

C’est l’été
Tout explose
Les effets et les causes

C’est l’été
C’est la pause
Et le ciel qui s’impose

C’est l’été
Et l’on ose
Toute métamorphose

C’est l’été
Tout s’expose
Et ta peau fait la pose

C’est l’été
Plus de dose
Pour l’esprit ou la chose

C’est l’été
Tout s’arrose
Notre amour et les roses


Jean-Paul GUEDJ vient de publier aux Editions Le Merle Moqueur, (groupe Le Temps des cerises) « Une poussière dans l’âme ».

L’anachronique du flâneur N° 9

Par Marc Albert-Levin

Marc Albert-Levin

Chère lectrice, cher lecteur

J’ai bien peur que pour cette chronique, très tardive, puisqu’à la mi-mai, c’est la première de 2014, votre « anachronique du flâneur » ne se change en « anachronique du pleureur » tant l’année 2013 a été pour moi lourde en départs d’amis très chers, vers cet autre plan d’existence que, par ignorance, nous appelons la mort.

Le mardi 26 novembre, je reçois un coup de téléphone de Michel Tyszblat, un ami peintre sur qui j’ai beaucoup écrit. Il me dit qu’il a fait toute une série de laques qu’il voudrait me montrer et nous prenons rendez-vous pour le mardi suivant. Mais deux jours plus tard, je reçois un coup de fil de René B., un grand ami commun, qui m’apprend que Michel est mort la veille, dans son sommeil, à l’âge de 77 ans. J’ai beau savoir que c’est le genre de départ serein que nous nous souhaitons tous, la perte de ce frère dans l’art, quatre mois après celle de mon frère dans la vie, disparu lui aussi, en juillet 2013, de l’autre côté du rideau de l’air… cette perte supplémentaire, s’ajoutant à tant d’autres, me désespère.

Texte intégral

L’air du temps II

Par Jean-Paul Guedj

Jean-Paul GUEDJ est poète. Il a publié aux Editions de Janus « Tout et Rien » (2008). Son prochain recueil « Une poussière dans l’âme » est à paraître en mars 2014 aux Editions « Le Merle Moqueur ».

Le printemps est là

Il est une saison d’être
Où l’on ouvre les fenêtres
Où l’on s’accorde avec son ombre
Et où l’herbe reverdit

L’amour éclôt là
La la la
Parmi les magnolias

Le printemps est un état d’esprit
Il nous montre le monde tel qu’il devrait être
Lumineux et modifié

Et le soleil nous éclaire sans nous brûler
Comme un phare

L’air du temps

Par Jean-Paul Guedj

Jean-Paul GUEDJ est poète. Il a publié aux Editions de Janus « Tout et Rien » (2008).  Son prochain recueil « Une poussière dans l’âme » est à paraître en mars 2014 aux Editions « Le Merle Moqueur ».

C’est l’hiver
Il fait froid
Sans doute moins qu’on ne le croit

La frilosité est une crainte
Qui n’abolit pas le froid

Et loin de vous réchauffer
Etre frileux vous glace
Et vous rend immobile

Accueillons donc l’hiver
Sans en avoir peur
Et même disons-le
Avec force chaleur

Texte intégral

L’anachronique du flâneur
N° 8

Par Marc Albert-Levin

Marc Albert-Levin

 Sous la belle verrière du Grand Palais Chère lectrice, cher lecteur Impossible d’écrire ma chronique du flâneur de la fin 2013 sans avoir dit un seul mot de la FIAC, du 23 au 26 octobre, trois jours qui pèsent sur ma mémoire comme un insupportable remords !
J’aurais aimé simplement dire, parce que je n’y retrouvais aucun des artistes amis que je soutiens, que cette 40e foire internationale n’était pas celle de l’art contemporain mais celle de l’art catastrophique, de l’art chaotique ou cataclysmique. Mais cela passerait pour pure jalousie de ma part et ne rendrait certainement pas compte des efforts de 154 galeries venues planter leurs cimaises sous la verrière du Grand Palais de Paris, en provenance de 58 villes différentes ! Sans parler des efforts des 3195 artistes représentés, morts ou vivants, qu’un simple flâneur aurait l’outrecuidance de juger en trois mots !

 

Texte intégral

L’avant-chronique du flâneur
N° 7

Par Marc Albert Levin

Chronique anachronique ou d’avant-garde, je ne sais plus depuis qu’un vieil ami m’a demandé si ce n’était pas plutôt la chronique d’un planeur ! Quel mal y aurait-il, d’ailleurs, à ce qu’un auteur prenne un peu de hauteur ? En tout cas, ce mois-ci, la réalité est belle comme un roman. Votre flâneur  vous offrira un voyage à Avallon, à mi-chemin entre Paris et Lyon. Avec escale à l’Hostellerie de la Poste (où dormit Napoléon à son retour de l’île d’Elbe au début de cette équipée des cent jours pendant lesquels il rêva de reprendre le pouvoir).

Texte integral

L’anachronique du flâneur
N°6

Par Marc Albert Levin

J’aimerais aujourd’hui aller flâner du côté de « La Lucarne des Ecrivains », une librairie chère à mon cœur parce que c’est là que j’ai rencontré Mylène Vignon, sans qui je n’aurais jamais eu le plaisir d’écrire dans « Saisons de Cultures ». Le regretté Claude Duneton (1935-2012), romancier, acteur et longtemps chroniqueur de la langue française au « Figaro », en compagnie d’un autre écrivain, Jacques Cassabois, et d’un libraire-auteur, Armel Louis, avait été à l’origine de la création de cette librairie indépendante, 115 rue de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement de Paris.

Texte integral

A propos de Chateaubriand

Le Conseil général des Hauts-de-Seine a le plaisir de vous adresser le programme du mois de septembre de la Maison de Chateaubriand.

Texte integral

L’anachronique du flâneur
N° 5

Par Marc Albert-Levin

Aujourd’hui, comme toujours, je voudrais bien commencer par la fin, par ce qu’il y a de plus neuf, de plus nouveau. Par exemple, par la présentation, hier soir, jeudi 20 juin, à La Lucarne des Ecrivains, d’un ouvrage de Régine Deforges, paru en avril 2013 aux Editions de la Différence : « Les Filles du Cahier volé ».  (Voir à la fin de cette Anachronique)
Mais je traine comme un boulet le désir de parler des grands disparus de l’année dernière, Sooky Maniquant en janvier 2012 et Oscar Niemeyer, en décembre de la même année. Sans oublier Stéphane Hessel, en février 2013. Les deux derniers, passés à très peu d’intervalle de l’autre côté du rideau de l’air, n’ont pas besoin que je batte du tambour pour eux. Ils sont mondialement connus, et laissent derrière eux des œuvres architecturales et littéraires qui assureront sans doute longtemps leur présence dans le souvenir des êtres humains. Le mystère serait plutôt : « quel lien votre flâneur inconnu pouvait-il bien avoir avec eux ? »

Texte intégral

Le Contre-Annuaire

Texte intégral

Kronos

Journal intime inédit de Witold Gombrowicz

Kronos<br/>Witold Gombrowicz

Quarante-quatre ans après sa disparition, la maison d'édition polonaise publie le journal très intime et inédit de Witold Gombrowicz, écrivain polonais, considéré comme l'un des plus grands auteurs du XXème siècle.

Machines à Ecrire

Exposition KASPER

KASPER<br/>'La Femme Plume'

Un univers artistique en lien avec la littérature

 

La Femme Plume
La femme est écriture
Avec ses pleins et ses déliés
La femme est une langue
Complexe et poétique
La femme est littérature
Son œuvre est sa vie
La femme est créative
Italique
Parfois gothique
Hiéroglyphe
A décrypter
Le sculpteur est créateur
Ecriture du temps parallèle
Champollion
Sa gouge est sa plume
Il creuse
Caresse
Au ventre de la femme
Lunaire
Poussière blanche
Divin amant
Et de lui donner
L’éternité

Poème de Mylène VIGNON

Exposition KASPER
Hôtel LUTETIA de PARIS   jusqu’au 11 juin 2013
www.kasper.fr

Arts et Lettres

Sophie Sainrapt, Rodolphe Oppenheimer et Mylène Vignon

Le 5 avril 2013, dans la salle des fêtes de la Mairie de Levallois Perret, Rodolphe Oppenheimer présidait l'association des Décorés des Arts et des Lettres entouré d'un bureau prestigieux.
Véronique Grange-Spahis, rédactrice  en chef présentait le premier exemplaire du magazine des décorés. En cette occasion, le sculpteur Arnaud Kasper inaugurait  la " Femme Plume "qui fera l'objet d'une exposition prochainement à l'hôtel Lutetia de Paris.
Merci de bien vouloir nous contacter, si vous avez connaissance d'amis décorés dans l'ordre des Arts et des Lettres, qui ne seraient pas informés de l'existence de cette association.
Rappelons que Rodolphe Oppenheimer est également Maire adjoint de la ville de Clichy la Garenne et Président du Prix Edgar Faure, qui récompense chaque année le meilleur écrit de littérature politique.

www.artsetlettres.net

Mylène Vignon

L’anachronique du flâneur
N° 4

Par Marc Albert-Levin

Le 27 février 2013 au soir, à la Galerie Fatiha Sélam, 58 rue Chapon, à Paris – une petite rue à cinq minutes du Centre Pompidou dans laquelle fleurissent plusieurs nouvelles galeries intéressantes – a eu lieu une  performance de Laurent Godard, dont j’aimerais dire qu’il est en train de se faire un prénom.
J’ouvrirai cette nouvelle flânerie par un petit paragraphe flatteur l’égard de Laurent Godard. Pourquoi ? Parce que je crois en son avenir et en celui de Fatiha Sélam. Il est l’inventeur de « Flateurville », un monde mi-figue mi-raisin dans lequel l’humour et le réalisme se marient assez bien et où chacun se retrouve parfaitement. Je crois que son travail n’aurait pas déplu à Jean Dubuffet et à Gaston Chaissac, ancêtres cet  art « autre » qui a toujours fait un pied de nez aux modes et aux conventions. Il offre aux regardeurs des tableaux-miroirs dans lesquels ils se reconnaissent et devant lesquels ils sourient.

Texte intégral

L’anachronique du flâneur
N° 3

Par Marc Albert-Levin

Cher lecteur, chère lectrice de Saisons de Culture …
Pardon d'avoir tant flâné sans trouver plus tôt le temps de vous écrire. J’aimerais vous faire croire que si j’ai fait ma chronique de novembre en décembre, c’est parce que novembre rime avec décembre, et que je les ai confondus. « C’est un peu tiré par les cheveubres », a dit mon frère Ilan, en levant un sourcil désapprobateur, quand je lui ai annoncé que j’avais l’intention de commencer mon anachronique avec cette rime pour seule excuse. « Tiré par les cheveubres  » ? Je n’avais encore  jamais entendu cette expression. Je connaissais « fier comme un petit banc », pour « fier comme Artaban » ; ne connaître quelqu’un « ni des lèvres ni des dents », pour « ni d’Eve ni d’Adam » – comme le titre du roman d’Amélie Nothomb dont je vous ai parlé en octobre, et dont je continue à me régaler par petites doses.

Texte intégral

La chronique du flâneur
N° 2

Octobre 2012
Par Marc Albert-Levin

On parle souvent de crise de la peinture, de remises en questions radicales, mais en réalité, à Paris, les rues bordées de galeries d’art n’ont jamais été si nombreuses. Aux lieux traditionnels d’expositions, Rive Droite et Rive Gauche, se sont ajoutés depuis plusieurs années déjà : Le Marais, les alentours du Centre Pompidou, La Bastille… Mais le saint des saints de l’art, celui qui vit l’éclosion de l’Ecole de Paris, puis de la JEP (jeune école de Paris) comme l’appelèrent les universitaires bien des années plus tard, reste Saint-Germain des Prés – ce quartier que hantèrent, avec tant d’anonymes, tant de piétons illustres : Man Ray, Tristan Tzara, Camille Bryen, Raymond Hains …

Texte intégral

La Chronique du flâneur
N° 1

par Marc Albert-Levin

Pour un Parisien, les quais, ce ne sont pas ceux de New York dans le film rendu célèbre par Marlon Brando jouant le rôle d’un ancien boxeur amoureux de la sœur d’un homme assassiné par son frère, un docker mafieux, (On the Waterfronts, Elia Kazan, 1954) ; ou bien encore les quais de Port-au Prince en Haïti tels que se les remémore Sarah, une petite fille qui a grandi sous la terreur de Papa Doc (L’homme sur les Quais, Raoul Peck, 1960). Pour un Parisien, les quais, ce sont inévitablement ceux de la Seine. Et pour le petit Parisien que j’étais, à seize ans, les quais n’étaient pas seulement la rive  gauche qui longe le fleuve, mais sa bordure de caisses peintes en vert sombre, les étalages des bouquinistes. C’était de véritables coffres aux trésors où des livres d’occasion, souvent recouverts de papier cellophane, proposaient mille lectures possibles à petits prix.

Texte intégral

La rage d'écrire

Quelques centaines de romans paraissent à cette rentrée littéraire. Beaucoup ?
Chaque année, en France, 70 000 livres sont publiés. Enorme ?
Malgré cela, 40 000 manuscrits, dont des milliers de romans, ne
trouvent pas preneurs chez les éditeurs submergés.
Des centaines de journaux et des milliers de magazines remplissent les
kiosques ou les boîtes à lettres. Pour finir souvent à la poubelle, à
l'instar des tracts publicitaires..
Comme les 100 millions d'exemplaires de bouquins qui sont pilonnés par
an, pour 500 millions de livres vendus remplissant à ras bord les bibliothèques.

Texte intégral
close


Voir l'article
Copyright @ 2012