Portraits

Guy Touvron

Portrait d’un trompettiste d’exception.

Nous avons rencontré Guy Touvron au Rostand, devant le Jardin du Luxembourg par un beau jour de printemps. Accompagné de sa trompette, il allait  donner une leçon de musique à la Schola Cantorum de Paris

Cet immense musicien né à Vichy, et qui a grandi dans la ville voisine de Saint-Yorre, nous a conté son parcours atypique avec humour et humilité. 

Enfant, il était fasciné par son grand – père qui jouait du cor, vêtu d’une veste d’un blanc immaculé, dans l’harmonie de Saint-Yorre. Il se pose toujours la question de savoir si c’est le costume ou l’instrument qui a déclenché sa vocation. 

Après une année de solfège, il commence à jouer avec un cornet à piston, après avoir refusé la flûte dans cette même harmonie. Nous sommes en 1966,  monsieur Garrec, trompette solo du Grand Casino de Vichy le présente à Maurice André et l’entrainera durant deux mois. Suite à cette rencontre, le jeune Guy boycotte sa terminale au grand dam de son père et sera admis au conservatoire de Paris l’année suivante. 

C’est en 1969, devenu professeur, qu’il intègre l’opéra de Lyon. En 1972,  il rejoint l’Orchestre Philarmonique de Radio France qu’il quitte trois ans plus tard pour entamer une carrière de concertiste. Il donnera plus de 1000 concerts en Allemagne où il a joué à la philharmonique de Berlin, ainsi qu’à Vienne, à Paris et en Pologne, à Varsovie où il joue souvent avec l’Orchestre Philharmonique, ainsi que dans d’autres nombreux pays.(11 tournées au Japon, en Chine , Usa , Amérique du sud etc…) 

Il utilise toutes les trompettes qui existent et lorsque je lui demande s’il s’entraîne à un rythme soutenu, il répond que chaque jour, il essaie de faire chanter sa trompette en rondeur, tout en l’embrassant. 

Il admire  Maurice André, Louis Armstrong, Miles Davis, Chet Becker, qu’il rencontre par hasard dans une boîte de jazz en fin de soirée; une petite voix, un son particulier, oui, c’est bien lui, il reconnaît sa sonorité, la signature. 

Depuis six ans, il dirige d’une main de maître  le festival de musique classique Grandes Heures de Cluny qui aura lieu cette année du 29 juillet au 11 août. Il s’y produira pour l’ouverture de la saison avec la pianiste Célia Orneto Bensaïd

Il sera présent au festival de SaintYriex avec la soprano  Magalie Léger, au festival de Meymac en Corrèze. Au festival du Vivarais à Tence, à Tarascon etc… Actuellement il se rend à Mayence avec le pianiste Yves Henri. 

Il se souvient avec émotion d’une tournée  en Allemagne avec la prestigieuse et très talentueuse  Martha Argerich, dans le premier concerto pour piano et trompette  de Chostakovitch, pianiste très exigeante et sans cesse à la recherche de la perfection.

En décembre, il enregistrera avec l’Orchestre de la Radio de Minsk en Biéloroussie,  avec le jeune pianiste Kiryl Keduk entre autres le même concerto.

Quand je lui demande ce qui le rend le plus heureux, il répond sans la moindre hésitation que quatre – vingt de ses élèves sont devenus des musiciens professionnels qui ont fait de brillantes carrières. 

Ce que j’ajouterai en conclusion, c’est que le nom de Guy Touvron se trouve cité parmi les 15 plus grands trompettistes de tous les temps. Classement international établi par ses pairs.

Bravo Monsieur et merci pour ces moments magiques, offerts avec générosité à Saisons de Culture. 

Mylène Vignon

Le 10 juin 2018