Portraits

Miranda Deliallisi

Lorsque j’ai rencontré Miranda, par une belle après-midi d’été, au neuvième étage du Centre Pompidou, il m’a semblé que le soleil brillait deux fois. Assises près d’une sculpture dorée de Jean-Pierre Raynaud, nous avons sans tarder, entamé une conversation de passionarias.

La souriante jeune femme qui souligne son regard par des lunettes au design particulier qui lui vont à ravir, s’est confiée à mon écoute attentive, sans aucune retenue. Née en Albanie en pleine période soviétique, elle est aujourd’hui consciente de l’extrême confort intellectuel derrière lequel ses parents l’ont abritée de leur bienveillance.

Un environnement composé de musiciens, l’éloignait des éléments potentiellement perturbateurs, propices à gêner l’avancée de ses progrès en matière de musique. Son professeur Vasilika Petrela ne souhaitait pas pour la future virtuose pressentie, une vie de petite fille apeurée et de surcroit exposée à la difficulté de cet « enfermement » que conférait le régime, dans une contrainte contre-productive pour la créativité. Très jeune, elle se voit récompensée dans de nombreux concours nationaux. A l’âge de huit ans, elle joue déjà sur scène et se produit à la RadioTélévision Albanaise, qui diffusera les enregistrements par la suite. Elle obtiendra un Prix spécial pour la meilleure interprétation de Rossini à San Gemini (Italie).
Suivra une série de concours internationaux : Naples, Sydney, Leipzig. Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts d’Albanie, puis du Conservatoire d’Aquila en Italie, sous la direction de Drahomira Biligova, elle sera admise dans la classe de piano du maestro Aquiles Delle Vigne à l’Ecole Normale de Musique Alfred Cortot à Paris où elle obtiendra les diplômes de piano et de musique de chambre. Sa sonorité est riche de ses enseignements rigoureux et son touché possède la couleur romantique et puissante de ses racines. Elle se produit dans un répertoire classique :  Bach, Liszt, Beethoven, Scriabine, Schönberg. Miranda Deliallisi vit actuellement à Paris et donne des concerts sous forme de récitals et en musique de chambre en Europe.

Ses projets… récital Tirana 30 Novembre 2014 Teatri i Operas dhe Baletit (TOB) Paris 14 Avril 2014 Salle Gaveau Orchestre Romantique Européen 15 Avril 2014 Atrium de Chaville Orchestre Romantique Européen direction: Lionel Stoléru

Avant de conclure l’entretien, elle me confie: je tiens à remercier Pierre Aussure pour la production de ce disque. Encore un sourire, quelques photos pour Saisons de Culture, on se donne rendez-vous Salle Gaveau au printemps 2015.

Mylène Vignon