Evenements

Józef Czapski en France. Œuvres des collections privées.

Par Sergiusz Chądzyński

Cette exposition virtuelle est, d’une part, une grande rétrospective de l’œuvre de Józef Czapski, peintre, dessinateur, écrivain, essayiste et critique, né à Prague en 1896, décédé en 1993 au Mesnil-le-Roi, d’autre part, c’est une source d’informations bien documentée sur sa vie.  Elżbieta Skoczek, le commissaire de cet événement, travaille depuis des années comme ambassadrice de l’artiste avec un dévouement titanesque.  Nous l’avons déjà mentionné dans les pages de « Saisons de culture ».  En cette période de privation, nous apprécierons davantage l’initiative.

Józef Czapski, Bistrot et rue, Huile sur toile 1985, photo © Fondation SUSEIA

« Dans les années 1924-1935, le peintre séjourna souvent à Paris. Après la 2e guerre mondiale, rescapé des camps soviétiques, ne pouvant pas revenir en Pologne, il resta en France et habita d’abord à Paris, puis à Maisons-Laffitte, pour se fixer définitivement en 1954 dans la maison du 91, avenue de Poissy au Mesnil-le-Roi – siège de l’Institut Littéraire Kultura. Il habitait une modeste pièce, qui lui servait de chambre à coucher et d’atelier. Il était fasciné par la peinture de Cézanne et adorait Bonnard. Il tenait pour modèles d’expression artistique Chaïm Soutine et Nicolas de Stäel. Observateur  assidu  de  la  vie  parisienne Czapski l’a dessinée et peint pendant plus de plus d’un demi-siècle ans. Sur ses tableaux, on voit la salle Pleyel, les théâtres (surtout l’Odéon), les acteurs qu’il connaissait et qui lui ont commandé des tableaux : Madeleine Renaud, Pierre Vial. Il y a aussi les dessins, sur lesquels figure par exemple Michael Lonsdale, qu’il a vu dans la pièce de Witkiewicz La Mère. Dans son journal intime, on retrouve les portraits d’Edith Piaf, du général Charles de Gaulle, de Valéry Giscard d’Estaing, d’André Malraux.
il a fait connaissance avec ce dernier dans les années 1930, dans le salon de Daniel Halévy. L’auteur de la Condition humaine a acheté des tableaux de Czapski lorsqu’il était ministre de la culture. Grâce à lui, le peintre polonais a connu de nombreux diplomates et hommes politique qui ont aidé les Polonais lorsque leur pays était sous le joug communiste après la 2e guerre mondiale. Les dessins et les tableaux de Czapski figurent dans de nombreuses collections privées de France. Il faut en particulier mentionner celle de Gilles de Boisgelin. Les tableaux de Czapski nous font entrer dans des bars, des cafés, des restaurants, des salles de concerts et nous permettent de découvrir la France à travers son regard. Sensible à la condition humaine, il fixait dans des cadres picturaux atypiques la vie des pauvres. Il adorait peindre les plages de France et la nature qui l’entourait : il s’y perdait, comme son maître Cézanne. »

(L’extrait du catalogue)

https://czapskifestival.pl/
Conception et commissaire d’exposition virtuelle : Elżbieta Skoczek, Pologne
Graphisme : Artur Majka, France
Communication : Małgorzata Dąbrowa – Kostka
Copyright : Fondation SUSEIA
Pour les oeuvres de Józef Czapski (Joseph Czapski) © succession Józef Czapski