Evenements

Le bruit des étoiles – Véronique Sablery

Par Mylène Vignon

A Galerie Des Sens présente une exposition personnelle de Véronique Sablery intitulée : Cosmos, le bruit des étoiles. Laure Julien, directrice de la galerie explique : Titre poétique, matière lointaine et mystérieuse, cet ensemble d’images travaillées soigneusement à travers la gravure, la photographie, le verre, la peinture et l’expression numérique, nous conduit vers des constellations variées, des ciels étoilés, des arcs de ciel, des voûtes célestes, des comètes de lumière. Véronique Sablery nous invite à caresser les étoiles, à épouser les astres, à écouter le bruit numérique de ses images poétiques. Texte intégral

Galerie Convergences : Roger Cosme Estève

Par Sergiusz Chądzyński

Un jour, lors d’un entretien avec Tadeusz Koralewski dans sa galerie, 92 Rue Quincampoix, 75 003 Paris, nous avons abordé le sujet de la peinture de deux artistes : Richard Laillier (voir dans nos pages l’entretien avec Mylène Vignon) et Stéphane Fromm. Tadeusz m’a conseillé de me rendre à la galerie Convergences, dans Le Marais, pour voir, en même temps, les œuvres de deux peintres. J’y suis allé tout de suite pour ne pas rater cette opportunité. Depuis, j’ai l’habitude de passer là-bas de temps à autre et chaque fois je suis étonné par le travail de Valérie Grais, qui gère cet endroit. Dans un petit espace, elle parvient à montrer pleinement ce qu’est un artiste. On peut dire que nous participons à une grande rétrospective, nous sommes convaincus par la sélection raisonnable et parfaite des toiles. Texte intégral

Galerie GNG : Gilles Naudin Invite Sophie Rambert

Par Sergiusz Chądzyński

Dans mes promenades autour de Saint-Germain-des-Prés, je quitte souvent la rue Bonaparte et marche le long du passage étroit de la rue Visconti en direction de la rue Dauphine. La raison de mon choix d’itinéraire est la galerie GNG au coin même de ces deux rues. Je salue Gilles Naudin, le galeriste, qui m’invite à une petite visite privée avec un commentaire sur l’exposition en cours. Je peux souvent admirer les œuvres d’artistes que je ne connais pas et chaque fois je sors enchanté par ce que j’ai vu. Texte intégral

Ye Xing Qian

Par Mylène Vignon

Temps retrouvé est le titre de cette exposition qui se déroule actuellement à Paris sur les cimaises de la galerie Area rue Volta.Né en Chine en 1963, Ye Xing Qian apprend à peindre dès l’âge de cinq ans, puis s’initie à la sculpture avec l’aide de son frère aîné. À seize ans, il décore déjà les temples lors de cérémonies. Un an plus tard, remarqué pour ses prestations, il expose à Leqing, sa ville natale, située près de Wenzhou. Texte intégral

Michal Batory – graphiste affichiste

Chevalier des Arts et des lettres

Chers amis de Saisons de CultureNous apprenons en ce début d’année via le journal officiel, la consécration de notre ami et parrain Michal Batory, auquel viennent d’être remises les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Un honneur bien mérité, eu égard à son parcours artistique prestigieux, autant en France qu’à l’international.Toute l’équipe de le rédaction se joint à moi pour lui adresser de sincères félicitations.Mylène Vignon Rédactrice en chef (Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres)

Anton Martineau

Par Théodore Blaise

En ces premiers jours de l’année, à Rouen où je me promenais, j’ai découvert à la galerie Duchose, qu’anime aujourd’hui René Réthoré, un artiste dont j’ignorais tout, Anton Martineau.

Devant ces œuvres, m’est venu ce mot que je n’utilise que rarement : hâbleur. Sans doute pour la valeur de sa sonorité et parce qu’au plus loin, ce Martineau m’évoque Franz Halls, pour la truculence de ses chairs traitées d’une touche qui impose le plaisir de peindre. Il est dans l’austère Hollande protestante, le seul qui sait poser un sourire sans qu’il ne devienne rictus. Texte intégral

Józef Czapski en France. Œuvres des collections privées.

Par Sergiusz Chądzyński

Cette exposition virtuelle est, d'une part, une grande rétrospective de l'œuvre de Józef Czapski, peintre, dessinateur, écrivain, essayiste et critique, né à Prague en 1896, décédé en 1993 au Mesnil-le-Roi, d'autre part, c'est une source d'informations bien documentée sur sa vie.  Elżbieta Skoczek, le commissaire de cet événement, travaille depuis des années comme ambassadrice de l'artiste avec un dévouement titanesque.  Nous l'avons déjà mentionné dans les pages de « Saisons de culture ».  En cette période de privation, nous apprécierons davantage l'initiative. Texte intégral

Perles de lumière : « Jaune, rouge, bleu »

Par Cyb, peintre

Dans l’enceinte de la Galerie Area, une chapelle baroque abstraite, en plein Marais, à Paris, s’apprête à disparaître après s’être allumée chaque jour en plein reconfinement : novembre 2020, rue Volta dans le troisième arrondissement. Honneur à toute l’équipe de la galerie qui a pour devise « l’art pense le monde ». Texte intégral

Ludwika Ogorzelec : Je recherche un moment d’équilibre

Par Sergiusz Chądzyński

Je rencontre Ludwika au Centre d’Art contemporain de Varsovie lors de la préparation de son exposition. Je traverse les salles déjà prêtes à recevoir le public, celles où un bric-à-brac de matériaux déposés attend l’intervention du maître, celles dont l’espace est déjà cristallisé. Je passe aussi par des pièces toutes vides. Elles seront bientôt remplies par des objets. Un fond de musique asiatique accompagne ma balade à travers le chantier. Texte intégral

Les arches du désir : Couffignal sculpteur de présence

Par Cyb, peintre

Guillaume Couffignal, artiste fondeur, transforme ses visions en bronze. Barques, escaliers, théâtres, jubés, ces thèmes élèvent la fusion du métal au questionnement métaphysique : la liberté, la mort, la contingence de l’existence. Les dernières œuvres de Couffignal, plus incarnées, rappellent les sculptures de Praxitèle : drapés mouillés, plissés, flots bouillonnants. Ils reposent sur des portants en forme d’arche. Le titre, Arcade, évoque un chemin mystérieux, alternance du vu et du caché. Quel chemin ? Texte intégral

L’été serti de Serge Plagnol

Par Cybèle Air

De la dimension de l’espace peint, personne ne parle. La peinture a perdu la troisième dimension, et se retrouve face au vide : manque une dimension, au mur, à la toile, au panneau de bois. Que fait-on avec le vide ?  Mies van der Rohe affirmait en son temps : « Less is more ». Texte intégral