Evenements

YAUME-C Artiste

Par Katy Sroussy

Une exposition exceptionnelle commence le 28 novembre au Sélect, qui présente un jeune artiste doué et singulier : Yaume-C. Au début, le petit Yaume a rencontré des difficultés de langage accompagnées de troubles autistiques qu’il a surmonté avec beaucoup de force et de courage, de bagarres contre l’éducation nationale, de volonté, d’énergie, de persévérance et de positivité, entouré et soutenu par sa maman dès le commencement. Après une formation diplômante, Yaume-C est devenu info-graphiste et artiste à part entière. -Comment avez-vous commencé à dessiner ? « En 2013, pendant des vacances chez une amie, professeur d’Arts Plastiques qui m’a encouragé, mes coloriages habituels se sont transformés en dessins plus personnels au pastel gras, sur papier canson. Mes émotions pouvaient alors s’exprimer, se retranscrire. Ma main, guidée par mes sentiments et mes pensées réussissait à créer, ma passion naissait ! » -Votre art est bien construit, organisé, il s’apparente un peu à de la géométrie ? « Ma réflexion très intuitive est attirée par les mathématiques et les formes géométriques mais pas   que.. .J’exprime mes souvenirs même lointains et mes émotions, ce que j’ai vécu ou ressenti, des situations autobiographiques ou des portraits, restitués par thème, en séries de tableaux, du cœur à la main, j’ai conscience de poursuivre un chemin d’amour vers la sérénité et l’épanouissement. Je me sens artiste depuis mon adolescence. Malgré un soupçon de distorsion dans la communication et parfois un brin de décalage dans le décodage de certaines situations sociales, une simple reformulation éclaire rapidement cet artiste talentueux. Yaume-C est un être particulièrement positif, qui ne juge jamais, qui donne amour et espoir et qui a la capacité d’aplanir les problèmes en trouvant toujours une solution simple et logique, ce que tout le monde devrait faire ! Il incarne vraiment un Exemple de Vie. Exposition au Sélect, 99 bd Montparnasse, 75006 Paris du 28 novembre au 18 décembre 2021.  

A Fleur de Peau – Exposition

Par Katy Sroussy

Anna Marchlewska et PhilipKa, photographes, ouvrent la nouvelle saison, avec leur exposition de photographies : A Fleur de Peau, organisée par S. une GALERIE. Après de nombreux et interminables mois de confinement sans culture, cette exposition tout en douceur, nous transporte  enfin vers un monde de beauté et de délicatesse. Texte intégral

Le peintre métaphysique : Stéphane Fromm

Par Sergiusz Chądzyński

Dès la première rencontre avec les tableaux de Stéphane Fromm, j'ai eu l'impression de communier avec l'un des poètes métaphysiques anglais, tel John Donne ou Georges Herbert , pourtant des siècles nous séparent d'eux, sans parler d'une autre discipline de l'art.  Néanmoins, dans la nature de ce que cette peinture exprime, j'ai ressenti des similitudes, une cadence, une sensualité.  Je l’ai perçu de cette manière il y a quelques années. À la lecture des textes  consacrés à Stéphane Fromm et au vu de certaines oeuvres  j'ai compris quelle importance ont pour lui  les  liens entre les mots et les images.  Sans chercher à définir ce qui s'exprime visuellement, j’ai senti que l'artiste distinguait les frontières entre ces deux univers.  Par conséquent, ses peintures ne sont pas des illustrations de la poésie  de Paul Celan ou de George Trakl, mais plutôt une continuité et une tentative d’instaurer un dialogue. Le peintre travaille sur des séries, comme en témoigne le même titre donné à de nombreux tableaux. Chacun raconte sa propre histoire, mais seule la série entière les noue dans une structure polyphonique. Certes, il faudrait acheter toute une collection pour lire l'œuvre entière, car elle n’est  jamais fermée , toujours prête à raconter une histoire ou juste donner un commentaire sur elle-même. Texte intégral

Un jeudi soir chez Elisabeth Czerczuk

Par Alain Pusel

« Abandonnez tout espoir vous qui entrez ici » Dante, La Divine comédie L’injonction qui est affichée par Dante, ensuite par Rodin, au-dessus des portes de l’enfer prend - il tout son sens, après avoir pénétré dans le théâtre rouge et noir de Elisabeth Czerczuk ? C’est une citation qui peut venir aux lèvres, tandis que l’on déambule au milieu de mannequins démantibulés, de chariots remplis de (faux) membres sanguinolents, après être passé devant de petits sièges tournés vers le mur en forme de crânes colorés. Les spectateurs, souvent couverts, traînent leur attente près du bar. Portent-ils le chapeau de quelque sinistre présage ? Les minutes s’égrènent. La porte de la «Direction» s’ouvre, une femme blonde, aimable, surgit et sourit, s’esquive. Faut-il être inconscient ou fort désirant pour (en) rester là alors que des rumeurs – cris, rires, hurlements bientôt serpentent depuis les bas-fonds. Tout à coup, une quinzaine de personnages, chacun très typé, tout droit sorti à tire d’(une) aile psychiatrique ou d’une succursale d’un cercle de l’enfer rejoint l’assemblée accrochée au comptoir. Sans doute à dessein, la rue Marsoulan possède en son sein, à quelques pas du théâtre une paroisse de l’Immaculée Conception : de quoi se raccrocher si la séance vire au soufre ? Quelles sont donc les âmes en danger ? Nous voici réunis dans la salle. Pendant de longues minutes, chaos, convulsions, délires et tout ceci parfaitement réparti et organisé par l’admirable troupe, se donnent à voir et à entendre : il faut bien que le corps s’exprime et paie. Nous sommes quinze dans les gradins : exactement le même nombre que la troupe. J’attends le moment imminent : la réunion entre le chaos organique des comédiens et l’attente inquiète des spectateurs ; un aliéné en couple avec chacun, pour épouser ensemble une catharsis singulière. Finalement, l’osmose n’aura pas lieu ; nous surplombons le défilé des processionnaires en accompagnant du regard leurs derniers rictus. La parade jette ses derniers feux. Il y aura eu quelques imprécations en russe, en allemand et en anglais, et une minute italienne avec une poitrine fellinienne et une lascivité outrée. Le tressautement hystérique du groupe sera resté discipliné, l’indivision aura tendu vers l’unité. Faut-il tout maîtriser de Witkiewicz pour joindre un seul sens à tous ces éclats ? Je ne sais. Il ne faut pas abandonner l’espoir de bien comprendre. On peut déjà toucher à la jubilation d’apprécier une telle mécanique des corps, vecteurs du roulement d’un éclatant tambour, d’une pensée. Nous repartons le cœur battant dans cette nuit de novembre. Les ailes de l’espérance cheminent à nos côtés.   Théâtre Elisabeth Czerczuk – Dementia tremens - 20 rue Marsoulan Paris 12 - Tél : 01 84 83 08 80

Galerie GNG : Gilles Naudin Invite Sophie Rambert

Par Sergiusz Chądzyński

Dans mes promenades autour de Saint-Germain-des-Prés, je quitte souvent la rue Bonaparte et marche le long du passage étroit de la rue Visconti en direction de la rue Dauphine. La raison de mon choix d’itinéraire est la galerie GNG au coin même de ces deux rues. Je salue Gilles Naudin, le galeriste, qui m’invite à une petite visite privée avec un commentaire sur l’exposition en cours. Je peux souvent admirer les œuvres d’artistes que je ne connais pas et chaque fois je sors enchanté par ce que j’ai vu. Texte intégral

Arts Atlantic à La Rochelle

Par Mylène Vignon

La douzième édition de l’événement Arts Atlantic aura lieu à La Rochelle du 5 au 7 novembre 2021 inclus. Ce festival en parallèle des biennales estivales bien connues du public, est un événement incontournable. Également salon d’art contemporain, il offre un accès facile afin de faire découvrir des talents de tous horizons. Cet automne 2021, Brig Finucci, artiste soutenue par Saisons de Culture, présente ses peintures récentes, dont une œuvre très représentative de sa spiritualité ; Vers l’espace temps. Après avoir embrassé une carrière scientifique à Janvry sur le plateau de Saclay,, comme dirigeante d’entreprise, Brig Finucci se consacre à la peinture. Sa vision panoramique du paysage marin depuis son atelier de Saint-Trojan-Les-Bains en l’Île d’Oléron, génère une série de marines, très apprécié d’un public connaisseur. Elle aborde également une certaine forme d’abstraction narrative, qui sera présentée sur les cimaises du salon Arts Atlantic de La Rochelle. www.arts-atlantic.fr    

Galerie Convergences : Roger Cosme Estève

Par Sergiusz Chądzyński

Un jour, lors d’un entretien avec Tadeusz Koralewski dans sa galerie, 92 Rue Quincampoix, 75 003 Paris, nous avons abordé le sujet de la peinture de deux artistes : Richard Laillier (voir dans nos pages l’entretien avec Mylène Vignon) et Stéphane Fromm. Tadeusz m’a conseillé de me rendre à la galerie Convergences, dans Le Marais, pour voir, en même temps, les œuvres de deux peintres. J’y suis allé tout de suite pour ne pas rater cette opportunité. Depuis, j’ai l’habitude de passer là-bas de temps à autre et chaque fois je suis étonné par le travail de Valérie Grais, qui gère cet endroit. Dans un petit espace, elle parvient à montrer pleinement ce qu’est un artiste. On peut dire que nous participons à une grande rétrospective, nous sommes convaincus par la sélection raisonnable et parfaite des toiles. Texte intégral

26e Cérémonie des Lauriers

Le partenaire de Saisons de Culture : Le Club Audivisuel

Les LAURIERS devaient se réinventer, non seulement pour tenir compte de la crise sanitaire, mais surtout pour célébrer la qualité et la diversité des programmes audiovisuels français qui ont constitué en 2020 un espace de détente, de savoirs et d’informations, un espace de lien social qui a rythmé plus encore nos vies quotidiennes. Seront décernées lundi 8 mars à 18h30, en présence d’invités surprises, les distinctions suivantes : - Laurier Information Television - Laurier Series - Laurier Numerique - Laurier Programme Radio - Laurier Musique - Laurier Civisme et Grande Cause - Laurier Magazine - Laurier Fiction (Téléfilm) - Laurier Culture - Laurier Interpretation  Masculine - Laurier Interpretation  Feminine - Laurier Jeunesse - Laurier Documentaire - Laurier d’Honneur - Laurier d’Or https://www.clubavparis.com/lauriers/brochure-2020/#fb0=33          

À la manière de Christiane Peugeot

Par Mylene Vignon

Une exposition exceptionnelle réunit autour de la collagiste Christiane Peugeot, une vingtaine de plasticiens qui se sont inspirés de son travail. Les œuvres exposées sur les cimaises du centre Culturel, rendent un vibrant hommage à une Christiane resplendissante, très émue, au soir du premier vernissage le 7 octobre 2021. Plus que jamais, les artistes se sont montrés créatifs, eu égard à l’affection qu’ils portent à leur muse, ainsi qu’à leur intérêt pour son travail. À l’appel d’Arsa, ils sont venus tour à tour fouiller dans l’atelier, pour y dénicher des personnages, paysages et autres formes diverses, découpées dans les différents supports ; papier, carton, cuir, velours…. Dans la salle Zévaco, se déploient les œuvres puissantes et très inspirées de l’histoire de l’art d’Aga, les élaborations de Ghislaine Lejard, -une abstraction narrative qui colle à la perfection-, les trois collages signés par My self, sur support improvisé… dans l’espace central, les œuvres d’Anne Prioux, aux motifs inversés et pages de livres découpés, rendent hommage à l’auteure. Anne Charlotte Ménoret, lissière de son état, propose une chauve-souris sur fond de tissage aux couleurs de l’automne. Des totems, de petits personnages sculptés inspirés du monde magique de Christiane, des vitraux en papier de Pia, à base de découpages issus de la Gazette Drouot. Du gothique, des images nées de l’univers de la bande dessinée, des œuvres parfois très ressemblantes à la matrice, une exposition de qualité. Dans la vitrine, les Livres pauvres de Ghislaine Lejard, aux textes poétiques qui réunissent des auteurs différents, s’exposent. Sous l’œil bienveillant de François Mocaër des Éditions Unicité, Christiane a signé son dernier livre : Rêves et créativité …même combat (Tome 1). Liste des artistes de À la manière de : Aga, Céline Achour, Jacqueline Béchaud, Véronique Delacroix, Véronique Épaillard, Martine Gruszka, Ghislaine Lejard, Séverine Lorteau, Ludivine G, Vlada Milinkovic, Anne-Charlotte Ménoret, Jean-Luc Perrault, Pia, Anne Prioux, Marjana Sainturat, Thierry Sorin, Fran Viegas, Mylène Vignon et Arsa pour la scénographie. Du 5 au 30 octobre 2021 de 14h à 19h du mardi au samedi Espace Christiane Peugeot 62 avenue de la Grande Armée- 75017 Paris www.espacechristianepeugeot.org

Ye Xing Qian

Par Mylène Vignon

Temps retrouvé est le titre de cette exposition qui se déroule actuellement à Paris sur les cimaises de la galerie Area rue Volta. Né en Chine en 1963, Ye Xing Qian apprend à peindre dès l’âge de cinq ans, puis s’initie à la sculpture avec l’aide de son frère aîné. À seize ans, il décore déjà les temples lors de cérémonies. Un an plus tard, remarqué pour ses prestations, il expose à Leqing, sa ville natale, située près de Wenzhou. Texte intégral

Michal Batory – graphiste affichiste

Chevalier des Arts et des lettres

Chers amis de Saisons de Culture Nous apprenons en ce début d’année via le journal officiel, la consécration de notre ami et parrain Michal Batory, auquel viennent d’être remises les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Un honneur bien mérité, eu égard à son parcours artistique prestigieux, autant en France qu’à l’international. Toute l’équipe de le rédaction se joint à moi pour lui adresser de sincères félicitations. Mylène Vignon Rédactrice en chef (Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres)

Rui Prazeres

Par Théodore Blaise

Denis Diderot dans son Essai sur la peinture, au chapitre « Mes petites idées sur la couleur » rappelle que chaque passion a une couleur. Quant à la passion qui se porte sur les couleurs même, il reste muet. Si toujours, il met la couleur au-dessus du dessin, il entend que son usage, par combinaisons et mélanges, sert à restituer l’émotion du réel. Diderot chante ce qui, du rouge au rose, exprime la candeur sur les joues des petites filles de Jean-Baptiste Greuze. Quant à Chardin, il l’estime parce qu’il met à l’honneur et réveille l’ensemble du spectre lumineux en regardant les choses les plus humbles. Mais qu’en est-il de la passion des couleurs ? De la passion entendue comme un rapport charnel avec elles. Osons être amoureux, pour évoquer à la faveur de l’exposition que donne à l’0rangerie de Verrière le Buisson, le travail de Rui Prazeres. Ce qui la caractéristique aujourd’hui : la couleur, mais l’artiste interpelle et nous étonne quand il affirme: «je veux voir sans voir ». Voir, mais sans les yeux ? Énigme, car alors, comment et d’où percevoir ? Voilà que nous avons omis d’évoquer sa peinture. Elle poursuit des formes d’ailes ou de météorite dans des ciels pneumatiques ou de terre. Formes inscrites d’un geste qui cherche l’allusion avec maîtrise. Mais aussi à l’inverse quand par un acte minimal, il colle à même la toile des pierres trouvées pas loin de l’atelier. Ces événements graphiques ou factuels se tiennent sur des aplats de pigments purs posés si généreusement qu’ils tachent les doigts du gourmand qui se risque à les caresser. Ces aplats oblitèrent le regard, le captivent, le capturent. Et oui, même les yeux fermés, les bleus et les bruns de Rui Prazerez traversent les paupières sous un effet inédit de rémanence. Peut-on parler de monochromes  ? Pourquoi pas, mais à condition qu’ils vibrent et tumultent le regard. Car, en peinture dire monochrome revient à faire mentir le sens de ce mot, tant qu’après qu’on eusses fermer les yeux, la chose au-devant de nous, continue à agir en nous. C’est alors que naît en nous cette qualité contemplatrice qui nous abstrait des lieux reconnus de la conscience en faisant aventure avec les sensations de tout notre corps. Soumis à cette commotion, nous comprenons le travail singulier de Rui : donner à la matière-couleurs de ses poudres et pigments une vigueur qui réveille. Chromothérapie sans programme où par le plaisir ressenti, on devine le chemin d’épreuves qu’à dû parcourir le peintre, se dénudant de la forme pour parvenir «là-bas, là-bas » si bien évoqué par Baudelaire, et peut être au-delà. Orangerie - Espace Tourlière, 66 rue d'Estienne d'Orves, Verrières-le-Buisson (91) Jusqu’au 20 octobre 2021 Tél : 06 98 21 96 92 Légende « Méta » - Acrylique, pigment et pierre sur toile. 120 x 81 cm. 2021    

Anton Martineau

Par Théodore Blaise

En ces premiers jours de l’année, à Rouen où je me promenais, j’ai découvert à la galerie Duchose, qu’anime aujourd’hui René Réthoré, un artiste dont j’ignorais tout, Anton Martineau.

Devant ces œuvres, m’est venu ce mot que je n’utilise que rarement : hâbleur. Sans doute pour la valeur de sa sonorité et parce qu’au plus loin, ce Martineau m’évoque Franz Halls, pour la truculence de ses chairs traitées d’une touche qui impose le plaisir de peindre. Il est dans l’austère Hollande protestante, le seul qui sait poser un sourire sans qu’il ne devienne rictus. Texte intégral

Józef Czapski en France. Œuvres des collections privées.

Par Sergiusz Chądzyński

Cette exposition virtuelle est, d'une part, une grande rétrospective de l'œuvre de Józef Czapski, peintre, dessinateur, écrivain, essayiste et critique, né à Prague en 1896, décédé en 1993 au Mesnil-le-Roi, d'autre part, c'est une source d'informations bien documentée sur sa vie.  Elżbieta Skoczek, le commissaire de cet événement, travaille depuis des années comme ambassadrice de l'artiste avec un dévouement titanesque.  Nous l'avons déjà mentionné dans les pages de « Saisons de culture ».  En cette période de privation, nous apprécierons davantage l'initiative. Texte intégral