Evenements

Vue de dos
Sophie Sainrapt et Alain Vagh Weimann

Par Mylène Vignon

Vue de dos propose deux regards d’artistes féminin – masculin, qui présentent exceptionnellement une vue de dos du corps de la femme.Dans ses peintures, Alain Vagh-Weimann s’attarde sur le creux poplité des femmes, cette zone située derrière le genou. « Chez les femmes J’ai toujours trouvé cet endroit du corps très sexy, alors que celui des hommes ne me plait pas. Le creux poplité de mon épouse Jacotte est magnifique. J’ai commencé par peindre le sien et, depuis, je peins un tableau quasiment tous les jours. Je travaille à partir de photos. Soit, je photographie des inconnues discrètement dans la rue. Soit, pour les personnes connues, je trouve les photos dans les magazines, les journaux, parfois sur internet »Le corps de la femme est le sujet récurent dans l’œuvre de Sophie Sainrapt. Véronique Grange – Spahis commissaire de l’exposition explique : Du modèle dévêtu devant elle, Sophie Sainrapt n'en transcrit le plus souvent qu'une partie. Des traits du fusain que rejoignent les coulures du pinceau, c'est avec son corps que Sophie peint, avec son cœur que ses nus féminins se transforment et exultent. Dans les dessins présentés aujourd'hui sa palette s'est enrichie de couleurs chaudes comme cet orange qui explose et transcende le nu. Ce nu dont le désir - les désirs - s'offre à nous, se dévoile et se cache sous le lavis et l'encre de Chine.Chacun d’eux caresse les corps avec les yeux puis le pinceau. En résultent des œuvres poétiques, sensuelles, jamais vulgaires. Des instants saisis qui révèlent la beauté de la femme vue de dos ...Cette exposition duo sera accompagnée de nombreux événements à découvrir sur la page :Facebook: https://www.facebook.com/galerieterrainvaghofficielExposition visible du 23 septembre au 6 novembre 2021

A Fleur de Peau – Exposition

Par Katy Sroussy

Anna Marchlewska et PhilipKa, photographes, ouvrent la nouvelle saison, avec leur exposition de photographies : A Fleur de Peau, organisée par S. une GALERIE.Après de nombreux et interminables mois de confinement sans culture, cette exposition tout en douceur, nous transporte  enfin vers un monde de beauté et de délicatesse. Texte intégral

Le peintre métaphysique : Stéphane Fromm

Par Sergiusz Chądzyński

Dès la première rencontre avec les tableaux de Stéphane Fromm, j'ai eu l'impression de communier avec l'un des poètes métaphysiques anglais, tel John Donne ou Georges Herbert , pourtant des siècles nous séparent d'eux, sans parler d'une autre discipline de l'art.  Néanmoins, dans la nature de ce que cette peinture exprime, j'ai ressenti des similitudes, une cadence, une sensualité.  Je l’ai perçu de cette manière il y a quelques années. À la lecture des textes  consacrés à Stéphane Fromm et au vu de certaines oeuvres  j'ai compris quelle importance ont pour lui  les  liens entre les mots et les images.  Sans chercher à définir ce qui s'exprime visuellement, j’ai senti que l'artiste distinguait les frontières entre ces deux univers.  Par conséquent, ses peintures ne sont pas des illustrations de la poésie  de Paul Celan ou de George Trakl, mais plutôt une continuité et une tentative d’instaurer un dialogue.Le peintre travaille sur des séries, comme en témoigne le même titre donné à de nombreux tableaux. Chacun raconte sa propre histoire, mais seule la série entière les noue dans une structure polyphonique. Certes, il faudrait acheter toute une collection pour lire l'œuvre entière, car elle n’est  jamais fermée , toujours prête à raconter une histoire ou juste donner un commentaire sur elle-même. Texte intégral

Exposition Figurez – Vous à Dinard

Par Mylène Vignon

Adami, Erró, Guyomard, Klasen, des noms qui résonnent comme des phares au dessus de la mer. Quatre maîtres de la peinture contemporaine associés à la figuration narrative, nous enchantent par leur incontestable talent, sous l’excellent commissariat de Christophe Penot. L’exposition d’une vaste envergure comprend cent-quarante œuvres majeures, dont certaines sont inédites et quatre estampes originales, spécialement réalisées pour ce projet reporté à cause des événements sanitaires. L’ensemble peut enfin voir le jour cet été 2021 sur la si romanesque côte d’Emeraude. Pour Valerio Adami, c’est l’esprit de la peinture classique. Pour Eró, la surabondance de l’image et les associations inattendues. Pour Gérard Guyomard, les foisonnantes énigmes que révèlent des scènes peintes avec humour et poésie, au tracé d’une incroyable précision. Pour Peter Klasen, la puissance quasi photographique d’une œuvre spectaculaire, qui plus que jamais trouve son sens aujourd’hui, en ces temps tourmentés . Le sujet crève l’écran et l’apport de la technique de l’Aérographe est parfaitement judicieux pour obtenir cet effet chirurgical souhaité. J’ajoute pour l’anecdote que Peter Klasen avait illustré en automne 2014, la première de couverture de notre média Saisons de Culture.Installées depuis décembre 2020 dans un Palais des Congrès entièrement rénové, les œuvres attendaient le feu vert de l’ouverture des musées. Les portes se sont enfin ouvertes pour le grand plaisir des dinardais, le 22 mai 2021. L’exposition est visible jusqu’au 22 août 2021 du mardi au dimanche de 14h à 19h. Palais des Arts et du Festival de Dinard. Renseignements : 0299163063 www.ville-dinard.fr 

Galerie GNG : Gilles Naudin Invite Sophie Rambert

Par Sergiusz Chądzyński

Dans mes promenades autour de Saint-Germain-des-Prés, je quitte souvent la rue Bonaparte et marche le long du passage étroit de la rue Visconti en direction de la rue Dauphine. La raison de mon choix d’itinéraire est la galerie GNG au coin même de ces deux rues. Je salue Gilles Naudin, le galeriste, qui m’invite à une petite visite privée avec un commentaire sur l’exposition en cours. Je peux souvent admirer les œuvres d’artistes que je ne connais pas et chaque fois je sors enchanté par ce que j’ai vu. Texte intégral

Point Rouge Gallery présente

Un mur – Un artiste

L’excellence artistique se rassemble désormais en un lieu provençal incontournable et propose cet été 2021 les créations de : Andrieu – Aude Ambroggi – Marcel Arnould - Agnès Baillon – Anne Bothuon - Nicolas Canu – Émile Chaix – Chantal Cheuva – Bernard Copeaux – Harold Deneulin – Caroline Duvillier – Clarisse Griffon du Bellay – Maria Guilbert – Sabrina Gruss – Anne K - Christelle Lenci – Isabelle Malmezat – Yanis Markantonakis – Véronique Melotto – Muriel Patarroni – Emmanuelle Renard – Marion Tivital.Cerise sur le gâteau : Dédicace du livre du cinéaste Pascal Aubier - Ciné foutoir dans le couloir, paru au printemps 2021 aux éditions Saisons de Culture.Du 7 au 29 août 2021 – tous les jours de 11h00 à 19h00 21 rue Carnot F – 13210 Saint - Rémy - de - Provence Téléphone Gallery 0490211961www.pointrougegallery.com    

Galerie Convergences : Roger Cosme Estève

Par Sergiusz Chądzyński

Un jour, lors d’un entretien avec Tadeusz Koralewski dans sa galerie, 92 Rue Quincampoix, 75 003 Paris, nous avons abordé le sujet de la peinture de deux artistes : Richard Laillier (voir dans nos pages l’entretien avec Mylène Vignon) et Stéphane Fromm. Tadeusz m’a conseillé de me rendre à la galerie Convergences, dans Le Marais, pour voir, en même temps, les œuvres de deux peintres. J’y suis allé tout de suite pour ne pas rater cette opportunité. Depuis, j’ai l’habitude de passer là-bas de temps à autre et chaque fois je suis étonné par le travail de Valérie Grais, qui gère cet endroit. Dans un petit espace, elle parvient à montrer pleinement ce qu’est un artiste. On peut dire que nous participons à une grande rétrospective, nous sommes convaincus par la sélection raisonnable et parfaite des toiles. Texte intégral

26e Cérémonie des Lauriers

Le partenaire de Saisons de Culture : Le Club Audivisuel

Les LAURIERS devaient se réinventer, non seulement pour tenir compte de la crise sanitaire, mais surtout pour célébrer la qualité et la diversité des programmes audiovisuels français qui ont constitué en 2020 un espace de détente, de savoirs et d’informations, un espace de lien social qui a rythmé plus encore nos vies quotidiennes.Seront décernées lundi 8 mars à 18h30, en présence d’invités surprises, les distinctions suivantes :- Laurier Information Television - Laurier Series - Laurier Numerique - Laurier Programme Radio - Laurier Musique - Laurier Civisme et Grande Cause - Laurier Magazine - Laurier Fiction (Téléfilm) - Laurier Culture - Laurier Interpretation  Masculine - Laurier Interpretation  Feminine - Laurier Jeunesse - Laurier Documentaire - Laurier d’Honneur - Laurier d’Orhttps://www.clubavparis.com/lauriers/brochure-2020/#fb0=33     

Avignon 2021

par Katy Sroussy

Après ces périodes difficiles et mouvementées, le Festival aura lieu, extraordinaire, avec la même ambition que celle qui a animé le premier festival. Les artistes et notre territoire sont l’essentiel et la priorité du travail et des soutiens du Festival.L’investissement colossal de tous, a su et pu maintenir « le cap du bateau pendant cette forte et étrange tempête, cela avec le soutien de la Ville, de la préfecture, du ministère de la Culture, de la région Sud et de la Drac Paca. Sébastien Benedetto poursuit le travail et l’engagement de Pierre Beffeyte et de toute l’équipe. En plus des 1070 spectacles du Off dans 116 lieux, des performances, des scènes ouvertes, des lectures, conférences seront à découvrir avec des conditions sanitaires adaptées et respectées. Dans le village du Off, se tiendront plus de 200 évènements autour du jeune public, du focus international ou de l’éco-festival qui met en œuvre des dispositifs pour protéger l’environnement.« Se souvenir de l’avenir » est le thème du Festival In, avec 46 spectacles et 400 rendez-vous : débats, lectures, rencontres, projections, du 5 au 25 juillet 2021.Le Souffle d’Avignon, Opus II.Alors que tout était figé, à l’arrêt total pendant plus d’un an, la volonté des Scènes d’Avignon (cinq théâtres permanents de la ville : Théâtre du Balcon, Théâtre des Carmes, Théâtre du Chêne Noir, Théâtre du Chien qui Fume, Théâtre des Halles) et du Festival d’Avignon, a créé ce Souffle en 2020, au sein du Palais des Papes, Cycle de lectures de textes, en présence de leurs auteurs, lus par de véritables distributions de comédiens.A l’initiative des Scènes d’Avignon, le Président Serge Barbuscia, En collaboration avec le Festival d’Avignon, Olivier Py, La Maison Jean Vilar, Nathalie Cabrera pérennisent ce Souffle dans cette deuxième édition avec un enthousiasme infini. Cette initiative solidaire, artistique et patrimoniale ancre en 2021 ce projet dans le territoire en nous proposant de partager et de découvrir des textes inédits et leurs auteurs, lectures faites par des artistes de talent, dans un lieu grandiose : le Cloître Benoit XII du Palais des Papes. Les Scènes d’Avignon ont souhaité engager un espace de convergences et de rencontres au sein même de la Cité, dans l’Agora où les diverses pratiques théâtrales se rejoignent. On sort de l’enjeu commercial pour en venir à l’origine et à l’essentiel : auteurs, acteurs et spectateurs, pour la démocratisation de la Culture. Disons à nos enfants qu’ils arrivent au début d’une histoire et non à la fin.-Où Allons-Nous Monsieur Einstein ?Un des premiers textes lus du Souffle, est une pièce « poético-scientifique », absurde, déjantée, aventurière, écrite par un jeune auteur jean Baptiste Barbuscia, né au théâtre le dernier jour du Festival 1995. Depuis toujours, il écoute des histoires, partage et raconte. Malgré cela il est attiré par des études scientifiques et un besoin plus cartésien d’aborder la vie, de s’éloigner des milieux culturels ou artistiques qu’il ne comprenait pas vraiment. Pourtant le hasard l’a orienté vers une responsabilité professionnelle au sein d’un syndicat des entreprises artistiques et culturelles !« C’est en lisant une anecdote sur Einstein (son chauffeur faisait des conférences à sa place en se faisant passer pour le physicien, mais grâce à un subterfuge, les questions étaient adressées au vrai Einstein) que j’ai eu l’idée d’écrire une première phrase et toute une pièce sur ce génie. Cet homme s’est battu toute sa vie pour des petites choses qui font de lui un grand homme, théoricien de la relativité restreinte et générale, prix Nobel de physique… »Fuir la vie quotidienne, sa grossièreté et sa monotonie, Einstein le fait grâce à son sens de l’humour, son intelligence et son autodérision. Il prône le doute, ne se prend pas au sérieux, mais est précis en pointant les choses qui ne fonctionnent pas. Il faisait des expériences de pensées aussi poétiques que scientifiques, presque d’une façon divine. Il démontre que la terre ne tourne pas autour du soleil, que la nature est trop parfaite pour être analysée et comprise par les sciences, qu’il est impossible de concevoir la création de l’univers, que ce n’est pas intuitif, que ce sont les lois physiques qui régissent le Divin et que notre réalité dépasse de loin notre imagination. Jusqu’où nous mèneront ces réflexions guidées par deux hommes énigmatiques ?Coups de cœur, envies de découvrir…On aimerait aller voir tous les spectacles pour soutenir l’énorme travail fourni par les comédiens et les théâtres après cette année empêchée. En tirant au sort, voici ce que l’on a pioché : -Tango Neruda, Serge Barbuscia, théâtre du Balcon -Un cœur simple, Isabelle Andréani et Xavier Lemaire -Françoise par Sagan, Caroline Loeb -Coupables, Anne Richard et Gaelle Billaud Danno -Cabaret Louise, Charlotte Zotto et Régis Vlachos -Dieu est Mort, Théâtre Le Cabestan -Le Petit Coiffeur de Jean Philippe Daguerre -William Mesguich présente huit spectacles -L’Autre Fille, théâtre La Reine Blanche -De la Matière dont les Rêves sont faits, Elisabeth Bouchaud -Le Paradoxe des Jumeaux, La Reine Blanche -Atelier Théâtre Actuel, sa programmation. -Marc Jolivet, au Chien qui Fume -Camus-Casarès, aux Gémeaux -Les Fables Miniatures, aux Lucioles -Le Procès Eichmann, Théâtre des Halles -La Ronde, Présence Pasteur -Nina-Lisa, à la Manufacture -Dora Maar, Nadège Perrier lecture Pierre de Lune 22/è 15h30 -Bernarda Alba de Yana, Dilo PedroLeal, La Chapelle du Verbe Incarné -Proudhon Modèle Courbet, Xavier Lemaire, aux Corps Saints -Nos Années Parallèles, Théâtre Epicène -Solar, au Girasole -Théâtre des Brunes -Les Filles aux Mains Jaunes -Fausse Note, de Didier Caron, Pierre Denis et Pierre Azema -Titanic, Théâtre du Roi René -Les Frères Bricolo, Théâtre du Centre. -La Femme qui ne Vieillissait pas, Françoise Cadol, au Buffon. -La Clef du Grenier d’Alfred de Isabelle Andréani précède : -Il Faut qu’une Porte soit Ouverte ou Fermée,Théâtre Essaion

Très Bon Festival à Tous. Le Off est ouvert du 7 au 31 JUILLET 2021

Ye Xing Qian

Par Mylène Vignon

Temps retrouvé est le titre de cette exposition qui se déroule actuellement à Paris sur les cimaises de la galerie Area rue Volta.Né en Chine en 1963, Ye Xing Qian apprend à peindre dès l’âge de cinq ans, puis s’initie à la sculpture avec l’aide de son frère aîné. À seize ans, il décore déjà les temples lors de cérémonies. Un an plus tard, remarqué pour ses prestations, il expose à Leqing, sa ville natale, située près de Wenzhou. Texte intégral

Michal Batory – graphiste affichiste

Chevalier des Arts et des lettres

Chers amis de Saisons de CultureNous apprenons en ce début d’année via le journal officiel, la consécration de notre ami et parrain Michal Batory, auquel viennent d’être remises les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Un honneur bien mérité, eu égard à son parcours artistique prestigieux, autant en France qu’à l’international.Toute l’équipe de le rédaction se joint à moi pour lui adresser de sincères félicitations.Mylène Vignon Rédactrice en chef (Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres)

Mylène Vignon – Collages vitaminés

Par Sabine Hogrel

Un an après l’exposition des collages du premier confinement, Mylène Vignon récidive avec une série vitaminée, dont une trentaine seront exposés à la galerie Zombrart, du 18 au 30 mai 2021.Après avoir créé À vingt heures, tous à la fenêtre, collectionqui avait fait l’objet d’une exposition et du livre paru aux éditions Area, Mylène s’est interrogée sur une nouvelle thématique. Les vitamines étant selon la collagiste ; le meilleur barrage pour contrer le virus persistant. Texte intégral

Anton Martineau

Par Théodore Blaise

En ces premiers jours de l’année, à Rouen où je me promenais, j’ai découvert à la galerie Duchose, qu’anime aujourd’hui René Réthoré, un artiste dont j’ignorais tout, Anton Martineau.

Devant ces œuvres, m’est venu ce mot que je n’utilise que rarement : hâbleur. Sans doute pour la valeur de sa sonorité et parce qu’au plus loin, ce Martineau m’évoque Franz Halls, pour la truculence de ses chairs traitées d’une touche qui impose le plaisir de peindre. Il est dans l’austère Hollande protestante, le seul qui sait poser un sourire sans qu’il ne devienne rictus. Texte intégral

Józef Czapski en France. Œuvres des collections privées.

Par Sergiusz Chądzyński

Cette exposition virtuelle est, d'une part, une grande rétrospective de l'œuvre de Józef Czapski, peintre, dessinateur, écrivain, essayiste et critique, né à Prague en 1896, décédé en 1993 au Mesnil-le-Roi, d'autre part, c'est une source d'informations bien documentée sur sa vie.  Elżbieta Skoczek, le commissaire de cet événement, travaille depuis des années comme ambassadrice de l'artiste avec un dévouement titanesque.  Nous l'avons déjà mentionné dans les pages de « Saisons de culture ».  En cette période de privation, nous apprécierons davantage l'initiative. Texte intégral