Evenements

Cyb, de Paris à New York

Les jardins de l’au-delà du possible

l faut croire que ses études de philosophie lui ont ouvert les champs du possible, sur cette liberté qu’elle exprime de toile en toile. L’étonnant travail chromatique, révèle le riche parcours d’un vécu nomade. Née en France, CYB a grandi en Nouvelle Calédonie. Les contrastes des couleurs des tropiques se sont tout naturellement imprimés dans son travail.

Puis ce fut Carthage, ses parfums de jasmin, ses bougainvilliers et une belle rencontre, à quatorze ans, avec le copiste Ali Mourani qui l’a initiée à la découverte de Vermeer et de Van Gogh.

C’est à l’âge de dix-sept ans, que de retour à Paris, elle fera la connaissance de Georges Mathieu, présenté par un ami collectionneur.

Une révélation ! Elle le rencontrera régulièrement durant plusieurs années au rythme d’une à deux fois par an. Ses commentaires à propos de ses recherches seront la porte ouverte à de grands champs de totale liberté.

Mathieu a écrit pour elle à la plume d’oie :

Pour Cybèle, admirable exégète de l’abstraction lyrique, avec l’admiration de Georges.

L’énergie déployée dans ses œuvres, le rapport des couleurs entre elles, l’opiniâtreté qu’elle exprime dans la volonté de vouloir depuis son plus jeune âge, à tous prix être peintre; autant de traceurs d’une bonne qualité de travail.

Gestuelle, elle aime s’exprimer sur de grandes toiles ; son format d’aisance.

Cette belle théorie de l’abstraction lyrique, la conduira tout naturellement à aborder le thème de Venise en 2010. Une Venise qu’elle se réapproprie avec les couleurs de sa mémoire sur des formats atypiques ; le demi-diptyque.

En 2011, elle reçoit le trophée de la Toile d’Or de l’année, par la Fédération de la Culture Française pour sa toile : Chant.

Puis viendra la série Kyoto ; forme de méditation picturale. Elle réalise des tableaux basés sur son imaginaire en fonction de ses lectures. Le souffle poétique contenu dans l’imagination est bien réel.

« seuls nos rêves sont vrais », dit le prophète.

Lorsque je lui demande quel serait son souhait artistique, Cyb me répond avec des étoiles plein les yeux : J’adorerais créer des décors d’Opéra !

Alors…pourquoi pas l’Opéra ?

En attendant, Cyb exposera fin février 2015 à New York sa toile ‘ Palazzo Ducale I’ : le palais ducal de Mantoue, celui qui vit naître l’opéra avec l’ ‘Orfeo’ de Monteverdi.

Mylène VIGNON

‘That’s the Big Apple’ du 24 février au 9 mars 2015
Group show of Bruno Massa
Atlantic Gallery
NYC