Artisanat

Séverine Duparcq : de terre et de feu

Par Mylène Vignon

C’est dans l’atelier de céramique Terre et Feu, que Séverine Duparcq, décoratrice céramiste, a accepté de répondre à mes questions. À l’âge de vingt-deux ans, commençait pour elle la grande aventure de la terre et du feu.

Entretien :

Séverine Duparcq, quel a été votre cursus pour en arriver à diriger cet atelier ?

Je savais déjà dès le collège, ce que je ne voulais pas faire. Hors de question de me laisser enfermer dans un bureau. J’ai donc éprouvé l’envie de me diriger vers un métier manuel. Avec un père menuisier ébéniste, j’avais déjà les rudiments de l’initiation à la création. Douée pour le dessin, j’ai été sélectionnée sur entretien, dans un lycée artistique. J’ai eu le bonheur d’être prise en section céramique.

Question toute naturelle, comment devient-on céramiste ?

Après avoir passé deux diplômes en céramique, je suis entrée dès la fin de mes études chez Terre et Feu Alésia comme responsable d’atelier, puis au bout de deux as, j’ai eu la joie de passer à l’enseignement de la céramique.

Quels ont été vos maîtres ?

Un couple d’enseignants du lycée des Métiers d’Art, monsieur et madame Augy, qui ont su me transmettre l’amour du métier. Je les en remercie !

Pouvez-vous nous expliquer la technique de la céramique ?

On appelle céramique, ce qui regroupe l’ensemble des objets réalisés sur la base de la terre : grès, poterie, faïence, biscuit. Les couleurs sont appliquées avant le passage au four, mais tant que la cuisson n’est pas réalisée, on peut avoir des surprises.
La terre est une matière qui vit tout au long du parcours. Alors il y a forcément la part de l’aléa, même si nous utilisons des tests couleur. Parfois les mélanges donnent des résultats surprenants. On étire souvent les limites et à la sortie de cuisson, c’est ouf ou pas ouf !

Une véritable alchimie ! De quelle substance les couleurs sont-elles composées ?

Les couleurs, appelées émail sont obtenues par un mélange de sables siliceux, de soude et de potasse. Ensuite ils sont colorés avec des oxydes métalliques. Depuis peu, nous avons investi dans un deuxième four qui permet des insertions de dorure. La dorure est contenue dans un tout petit flacon de liquide rouge, dont le prix suit le cours de l’or. Cette technique de rehauts est réalisée en deux temps.

Vous transmettez votre savoir-faire ici même, dans un sous-sol entièrement aménagé à cet effet, quels sont les profils de vos élèves ?

Des artistes, comme Sophie Sainrapt, des architectes, qui viennent avec leurs dessins, des retraités, des personnes qui œuvrent dans la mode, aussi aux enfants.

Vous arrive-t-il de déceler rapidement de futurs talents ?

Oui, absolument ! Certains sont très créatifs et leurs débuts sont déjà surprenants. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à transmettre et je me considère vraiment comme chanceuse.

Vous avez de nombreux élèves, doivent-ils apporter leurs matériaux ?

Une soixantaine environ par groupes de dix. Nous fournissons tout ce dont ils peuvent avoir besoin pour créer, de la terre première à la palette des couleurs, dorure, outils, produits de nettoyage, etc.

Chère Séverine, cette fois c’est à la plasticienne que je m’adresse. J’ai aperçu des sculptures en céramique qui évoquent à mes yeux des sortes de géodes d’où surgiraient des cités fantastiques comme inspirée de l’Atlantide. Une abstraction géométrique très personnelle, remarquable !
Où peut-on les voir à Paris ?

Elle sont exposées en permanence à Art Gallery 1831, située tout au bout de la rue de Lille, près de la rue des Saints-Pères dans le 7e.

Si vous abritez en vous une âme d’enfant de Bernard Palissy, n’hésitez pas à contacter les Ateliers Terre et Feu aux adresses ci-dessous :

Ateliers Terre et Feu — École d’Art — (inscriptions possibles en cours d’année).
Paris 3e — République, 8 cité Dupetit-Touars
Paris 14e — Alésia, 37 bis villa d’Alesia
Paris 17e — Villiers 115 rue des Dames
Tél : 0145771010 paris@terre-et-feu.Com
Site : www.terre-et-feu.com/paris

Art Gallery 1831, 6 rue de Lille 75007 Paris
www.1831artgallery.com