Arts

Karol A. Penson. Les transcriptions jouées par Cyprien Katsaris.

Par Sergiusz Chądzyński

Ce n’est pas par hasard que leurs chemins se sont croisés. Karol Penson, éminent physicien, prix Alexander von Humboldt 1988, amoureux de la musique, connaisseur du piano, rencontra en 1990 le pianiste Cyprien Katsaris, un de plus grands virtuoses concertistes. La curiosité pour l’art de la transcription fit naître entre les deux hommes une amitié qui après des années aboutira à une collaboration étroite et fructueuse.
La passion de Karol Penson pour la musique fut depuis toujours partagée avec celle des mathématiques, et le choix de se consacrer à la carrière de chercheur en sciences physiques ne l’empêcha pas de s’adonner à de riches occupations musicales. La chasse aux partitions rares et intéressantes lui apporta de surprises incroyables comme la découverte d’une collection de documents de l’époque soviétique dans une boutique d’antiquaire à Cracovie.

L’intérêt des grands compositeurs, comme Liszt ou Rachmaninov, pour la transcription le fascinait depuis toujours. Enchanté par leur talent, incité par un impératif il franchit le pas et composa, à l’âge 51 ans, ses premiers arrangements. Depuis, il en inventa une quantité non négligeable. Ses choix, dictés par l’amour du morceau « qui résonnait » dans son cœur et la recherche de l’expression pianistique le menèrent vers un travail d’une difficulté technique extraordinaire pour empêcher que la composition ne devînt une simple adaptation des œuvres orchestrales ou vocales. Cyprien Katsaris considéra les travaux de Karol Penson comme originaux et raffinés dans chaque mesure. Il lui proposa d’enregistrer ses morceaux. En 2008 et 2012 il produisit deux disques dédiés aux créations musicales rares, d’où leurs titres « Piano rarities », avec quelques transcriptions de son complice. Ces disques furent façonnés dans sa propre maison d’éditions fondée en 2001 sous le nom « Piano21 » car il décida de voler de ses propres ailes en tant que producteur, libre d’interpréter ses choix. L’évidence du caractère unique des compositions de Karol Penson s’imposa et le pianiste leur consacra entièrement un disque.

Parmi les 23 morceaux exécutés il y a ceux inspirés par les œuvres de J. S. Bach, de F. Schubert, de R. Schumann ou de E. Grieg mais on y trouve aussi les noms moins connus ou presque inconnus du large public comme ceux de Zygmunt Noskowski, de Mieczysław Karłowicz, de Witold Friemann ou de Youri A. Shaporin. L’intérêt artistique de la production se trouve, entre autres, dans le subtil mariage des œuvres, présentées pour la première fois sous forme d’une magnifique transcription. Cette musique nous fait rêver à la beauté exprimée par l’époque et par le lieu, elle nous montre tout art de transformation d’une abstraction en une autre. Le vieil adage de Vassily Kandinsky s’incarne car nous comprenons avec les sons du piano de Maître Katsaris ce qui signifie une complexité simple. Le plaisir d’écouter devient alors celui d’apprendre.

CYPRIEN KATSARIS, Transcriptions by Karol A. Penson. Works by J.S. Bach, F. Schubert, R. Schumann, J. Brahms etc. Piano 21 (P21 058-N).