Arts

La Désaccordée

Le film émotion

Le court métrage La Désaccordée, signé Mona Flammer, n’a laissé personne indifférent. L’histoire de cette jeune femme paumée et particulièrement touchante, pourrait appartenir à bon nombre d’entre nous. La souffrance du manque d’un parent en allé pour ce lieu d’où l’on ne revient pas, est un sujet difficile à traiter à l’écran, et Mona l’a fait avec grâce et pudeur. La somme d’information est telle, que je me suis montrée étonnée de la courte durée de ce film, qui nous colle au fauteuil, avec une charge émotionnelle due à toute la complexité du concept.

Saluons la réalisation, les plans particulièrement contemporains, le choix sensible des acteurs, les décors signés Daniel Flammer, sans oublier la générosité de Mona, qui a répondu à toutes les questions de la salle avec sincérité.

Un public conquis, qui s’est rassemblé autour de l’équipe de ce court métrage inattendu, que Saison de Culture a particulièrement apprécié.

Mylène Vignon