Arts

Revoir Paris

Par Camille Bourneuf

A travers l’exposition Revoir Paris, François Schuiten et Benoît Peeters nous dévoilent la « face rêvée » de la Ville Lumière. Le dessinateur et le scénariste, depuis longtemps en collaboration, y font dialoguer leurs dessins et travaux avec des projets avec des projets d’architecture et d’urbanisme réalisés – ou non – des deux derniers siècles. L’exposition est donc articulée autours des planches de l’album Revoir Paris, et on y découvre par étapes l’évolution réelle et imaginée de la ville.

Commençant avec la restructuration de Paris par Haussman, « l’artiste démolisseur », l’exposition nous plonge immédiatement dans l’univers brutal du changement, de la reconstruction et du questionnement sur l’urbanisme et le développement incessant des villes. L’essence même du projet d’Haussman était de régulariser et d’assainir la capitale et de l’adapter au mode de vie de l’époque, il s’agit néanmoins – en particulier pour les bâtiments – du Paris actuel, auquel on n’a pas le droit de toucher même s’il n’est plus adapté à notre temps.

Après cette introduction, on découvre une rétrospective de l’évolution de la ville telle qu’elle a eu lieu, particulièrement pendant la Révolution Industrielle : on y voit l’influence du progrès de l’industrie et des nouvelles techniques de production, qui contribuent, à leur manière, à façonner le visage de la capitale. Les Expositions Universelles – occasions pour la ville de s’inventer et de se mettre en scène –, la création des gares et du métropolitain, ou encore l’installation du mobilier urbain typique (luminaires, kiosques, bancs) posent la base du Paris rêvé. C’est en effet ces éléments que l’on retrouve souvent dans l’imaginaire de la ville future, comme une nostalgie paradoxale qui cherche l’effervescence de l’époque pour mieux se projeter dans une nouvelle ère.

Vient ensuite la Modernité, son béton et ses utopies. Nous sont montrés des projets surréalistes et pourtant réels, comme ceux du Centre Pompidou, mais aussi un intérêt caractéristique pour le logement, dont la crise tourne les architectes vers les banlieues et leurs avantages. On y découvre ensuite villes suspendues, mobiles ou démontables, tout droit sorties de l’imaginaire des artistes.

Une vision d’un futur hypothétique nous est proposée pour clore ce petit voyage dans le temps. L’évolution de Notre-Dame, de la Tour Eiffel et de la Défense est exposée en 3D sur un grand écran interactif, que l’on peut comparer à leur état actuel. Huit personnalités sont également invitées à répondre à la question de Schuiten et Peeters : « à quoi ressemblera Paris dans 50 ans ? ». Historiens, écrivains, philosophes mais surtout architectes nous dévoilent les problèmes et les questionnements de la Ville Lumière actuelle, de son développement et de son caractère historique si particulier.

En nous plongeant à la fois dans le passé, le futur, ou dans un présent parallèle, cette exposition ne nous fait pas que voyager dans le temps, elle reprend les questions sur l’essence même des villes. Étant en constante évolution, comment pouvons-nous répondre à ses problèmes actuels tout en anticipant un futur plus éloigné ? Mais surtout, à quoi ressemblerait la ville parfaite, à la fois belle et fonctionnelle, celle où l’on rêverait d’habiter ?

REVOIR PARIS
Cité de l’Architecture et du Patrimoine
Jusqu’au 9 mars 2015