Evenements

Derniers jours de l’exposition « Recyclage / Récits-collages » de Marc Albert-Levin

Finissage le mercredi 28 août de16h à 21h. Décrochage le samedi 31 août 2019

Est-il possible de recycler sa mémoire, afin d’éviter la perdre ? Ou est-ce, par définition, une notion totalement éphémère, illusoire, puisque tout ce qui apparaît est appelé un beau jour à disparaître ? Vos souvenirs colorés seraient-ils plus durables si vous les plongiez au préalable dans une machine à laver ? Vous aurez beau faire tourner et  essorer, serez-vous satisfait du résultat lorsque vos souvenirs auront séché ?

Ali’s Alley, la confession d’un traducteur professionnel, Paris 2012. (3 pages)

 

Dans la  bataille impitoyable que se livrent les œuvre d’art pour durer et l’oubli toujours prêt à les avaler, rares sont les artistes qui peuvent rêver de passer à la postérité. Mais reste gravée dans ma mémoire l’indélébile locution latine scripta manent (les écrits restent).

J’ai donc recyclé le titre de mon exposition à la Lucarne des écrivains (vernissage le 28 de 16 à 21h et visible jusqu’au 31 août 2019). Elle ne s’appelle plus « Débris-collages » mais « Recyclage / Récits-collages ».

Chacun de ces collages est indissociable du récit qui l’accompagne, des textes d’une longueur très variable (3 à 59 pages !)

Hains-citation au ravissement » Hommage à Raymond Hains, affiche déchirée, Jérusalem 1973. (59 pages)
 

Plusieurs de ces collages sont encore sans légende, pour ainsi dire muets, les pauvrets. Marc Albert-Levin  remercie celles ou ceux qui, par leurs questions, du 28 au 31 août 2019,  lui faciliteront l’écriture des récits manquants.

 

Rédaction