Arts

L’œil de la femme à barbe

Suivez mon regard

Enfin une galerie ouverte les dimanches à Paris !  

Après avoir assisté au vernissage de cette surprenante exposition, inscrite dans un concept d’un nomadisme encore plus surprenant ; je décide d’y retourner un dimanche, histoire de revoir les œuvres sans les têtes des invités venus en nombre impressionnant, ce mercredi 7mai 2014.

Ghislaine  accueille un public attentif et bien présent au rendez-vous et avec son légendaire franc sourire, raconte son histoire :

Pourquoi une galerie nomade ? Tout simplement parce-que depuis des lustres, elle attend des locaux qui ne se prêtent jamais à ses exigences, ou autres complications techniques. Alors, tout comme Picasso avait entamé sa Période Bleue pour la seule raison que ce jour- là chez son marchand de couleurs les pigments bleus étaient soldés, elle se lance dans la formule « nomade » et annonce la couleur sans aucun état d’âme.

L’exposition est entièrement composée de travaux de femmes, lesquelles comme des abeilles, viennent animer de leurs incontestables et divers talents des rendez-vous incontournables.

Dès mon arrivée, je me trouve enroulée dans le fil d’Ariane Mariane, qui performe sur un mini chapeau en laine feutrée – version été – que je repère illico pour le Cri des Sirène. Ariane travaille la laine Mérinos et pour notre plus grand plaisir, mouille, enroule, caresse, remouille à l’eau chaude pour feutrer à souhait et achève avant la découpe, par un drôle de petit zizi, quelle applique avec une douce détermination.

Un luminaire géant, digne des plus beaux châteaux (en Espagne ou ailleurs) nous invite ostensiblement  à lever la tête. Il est entièrement composé de fragments de sacs-plastique revisités en version frou-frous.
Les belles gravures érotiques de Sophie Sainrapt, voisinent  harmonieusement  avec un univers de porcelaines et coquillages prestigieux, figurines, mini masques et tutti-quanti…

On entend lire des poèmes de Laurence Dugas-Fermon, tout en dégustant du fondant chocolat -framboise ! Ici, tout est gourmand, sensuel, féminin et surtout…le talent est roi !

Stop, j’en ai déjà beaucoup trop dit, courez vite à l’œil de la Femme à barbe au 105 rue Quincampoix – Paris 3ème du mardi au dimanche inclus. Le port de la barbe n’est pas obligatoire, ni pour les hommes, ni pour les femmes.

Finissage le 19 juin 2014…la fête !

Mylène VIGNON