Evenements

Multipart, l’œuvre en cours. Tadeusz Kantor et Zuzanni

Par Iwona Szmelter, professeur à l’Académie des beaux-arts de Varsovie

Tadeusz Kantor (1915 Wielopole Skrzyńskie -1990 Cracovie) ; peintre, caricaturiste, théoricien de l’art, scénographe et metteur en scène, pionnier du théâtre d’avant-garde du XXe siècle, il est l’une des figures les plus importantes de la vie artistique en Pologne. En France, il est surtout connu pour sa pièce de théâtre La classe morte, jouée pour la première fois en 1977, au Festival d’automne de Paris.

Dans les années soixante-dix, il créa une action conceptuelle intitulée Multipart (multiplication et participation). Le premier volet  de cette action eut lieu le 21 février 1970, dans la galerie Foksal à Varsovie, sous la forme de l’exposition d’un tableau produit en 40 exemplaires.

Les exemplaires numérotés furent réalisés selon les indications de l’artiste : coller sur une toile de 110 × 120 cm un parapluie cassé (le parapluie était un symbole de l’art de Kantor), le tout peint en blanc et intitulé « Parapluie-emballage ». Lors du vernissage, tous les exemplaires furent vendus à un prix symbolique. Les acquéreurs signèrent un contrat avec Kantor, dans lequel ils s’engageaient à re-présenter la toile dans un an, à part cela  ils pouvaient en faire ce qu’ils voulaient.

Le 20 février 1971, fut donc inaugurée l’exposition Multipart 2 avec les « parapluies-emballages » vendus un an auparavant. Quelques exemplaires ne furent pas présentés. La forme de participation la plus fréquente sur l’œuvre avait pris la forme de collages ou de tags.

Cependant, une forme de participation fut plus inattendue, celle concernant un exemplaire de Multipart acquis par un groupe d’étudiants en architecture, rassemblés autour de leur professeur Czesław Krassowski. Ce groupe se donna pour nom Zuzanna i Spółka (Suzanne et Compagnie) et il reste jusqu’à aujourd’hui propriétaire collectif de cet exemplaire. Ce tableau avait été le support de plantation de cresson et utilisé comme plateau repas. Mais surtout il fut porté comme banderole au défilé de la Fête du travail le 1er mai. Durant ce défilé, organisé par le parti communiste, le groupe d’étudiants scanda « Kantor ! » à la place de « Lénine ! », ce qui était très audacieux et risqué à l’époque.

L’événement fut immortalisé dans le film  Multipart, réalisé par Krzysztof Kubicki et Marek Młodecki. C’est ce film qui fut projeté à la Galerie Foksal, en 1971, directement sur le tableau devenu écran pour la circonstance. Kantor en fut ébahi !  Les jeunes collectionneurs n’avaient pas dit leur dernier mot ! Après l’exposition, eut lieu l’enterrement solennel, avec cortège et violons, de l’œuvre dans le sol, à une distance de 44 pas du Palais Foksal, siège de l’Association des architectes à Varsovie.

En 2012, le film est vu par Andrzej Baran, ce qui lui donne l’idée de contacter les protagonistes pour organiser le déterrement du « parapluie-emballage ». Cette première tentative fut interrompue faute de préparatifs sérieux. Trois ans furent consacrés à chercher des solutions.

En mai 2015, les spécialistes de l’atelier NOVUM de la Faculté de conservation et de restauration des œuvres d’art de l’Académie des beaux-arts de Varsovie ont enfin « exhumé » l’objet. Les travaux archéologiques ont révélé une œuvre en très mauvais état. Le temps, l’argile, le sol pierreux avaient transformé l’objet en un puzzle sans toile. Il fut déterré avec beaucoup de précaution. La documentation photographique permit de reconstituer l’œuvre, et ses restes ont été repositionnés sur un fond constitué par la photographie de l’objet.

Une nouvelle œuvre était née, non prévue par Kantor ! Le vestige archéologique de cet objet d’art contemporain, atypique, fut donc ajouté comme « preuve matérielle » à l’action artistique « Multipart en cours », dont le film Multipart fait partie intégrante.

Par son action, intitulée Multipart, Tadeusz Kantor, en renonçant à la réaliser lui-même, a participé à la remise en question de la notion même de l’œuvre d’art en tant qu’œuvre d’un auteur. En refusant le caractère unique de l’œuvre d’art, il a contribué à mettre en cause la position des musées, des galeries et des collectionneurs. L’action Multipart fait partie des happenings les plus connus de Kantor. Elle a ouvert un nouveau chapitre dans la pensée sur l’art en Pologne. Paradoxalement, mais en toute cohérence, Multipart se poursuit (!).

CRACOVIE : le film Multipart  est montré en permanence depuis 2014 à la CRICOTEKA, musée consacré à l’œuvre multiforme de Tadeusz Kantor.

SAO PAULO : le film Multipart  fut présenté en 2015 dans le centre culturel du Sesc, lors de l’exposition Maquina Tadeusz Kantor.

VARSOVIE : l’intégralité de l’œuvre, constituée du tableau exhumé et du film, fut présentée pour la première fois en décembre 2015. L’Académie des beaux-arts expose chaque année les diplômes primés, cette année-là celui de Joanna Krakowian, dirigé par Iwona Szmelter ayant participé au déterrement du parapluie, en faisait partie.

COLMAR : le film, seul, fut présenté à Colmar en 2016,
à l’initiative de Jean-François Chevrier commissaire de l’exposition inaugurale du nouvel Unterlinden, Agir, contempler.

GDANSK : l’intégralité de l’œuvre fut à nouveau présentée en 2017 à l’Académie des beaux-arts. Elle y était même entourée de plusieurs autres exemplaires, vendus il y a 50 ans, et complétée par le film réalisé par Józef Chrobak et Adam Uryniak de MOCAK à Cracovie sur l’exhumation de mai 2015.

PARIS : l’œuvre est à nouveau présentée dans son intégrité en 2020 à la galerie La Fabuloserie Paris pour son 50eme anniversaire.

  • Du 29 février au 14 mars 2020
  • La Fabuloserie Paris, 52 rue Jacob Paris 6ème