Arts

Il était une fois… FAKARA

Fred et Robson, j’ai nommé FAKARA, ont créé leur ligne de bijoux contemporains éponyme en 2015, en hommage à l’artiste Martine Harraca, dont ils viennent récemment de reprendre la marque mythique.

Fred, vient du monde féérique du costume de spectacle et Robson, de quinze ans de pratique quotidienne à l’atelier Harraca. Sur une base de matières légères et transparentes, ils incrustent du cristal de synthèse, y compris celui de Swarovski. Les couleurs des bijoux évoluent en fonction de l’intensité de la lumière. Ils abordent également des techniques mixtes, composée de perles de culture, motifs en argent massif ou dentelles, selon les besoins de l’œuvre.

 

Le bijou Fakara, tel un poème, s’inspire souvent d’un mot murmuré, d’un reflet sur le miroir du temps, de la vague sur un océan. Il est unique, intemporel et de fait, peut répondre à nos désirs les plus exigeants, à nos envies les plus follement glamour.

La nouveauté de cette année 2016 : une gamme revisitée des années 1960-70, inspirée de formes efficaces et simples, selon la philosophie de Courreges. On se pose un instant en admirant les bustiers couture, les parures : banquise caviar, les bijoux de chignons, si appréciés des japonaises, les grands colliers drapés en Hommage à Madame Grey, les sautoirs aux reflets pastel, les manchettes en dentelle transparentes aux couleurs de sorbets gourmands.

Nous les retrouverons à partir du premier décembre 2016, sur le fameux Triangle d’Or, installés dans un nouvel écrin. Une visite s’impose dans les espaces de présentation VIP de leur élégante galerie-atelier, sous le ciel de la voûte, au 20 rue Danielle Casanova, Paris 2e près de l’Opéra Garnier.

Saisons de Culture les accompagne de ses vœux les plus chaleureux.

Site France : www.fakara.fr

Mylène Vignon