Portraits

Jean-Marc Dumontet

Un homme de défis

Producteur de Nicolas Canteloup, d’Alex Lutz, de Bérengère Krief… Président de l’Académie des Molières, propriétaire de plusieurs salles de spectacles à Paris dont le Grand Point Virgule, Bobino… découvreur de talents, passionné par son métier de producteur, Jean-Marc Dumontet bouge les lignes par son positivisme et son exigence qualitative.

Texte intégral

Christophe Février

L’air du temps

Le bar du Ritz, situé à proximité des tous nouveaux bureaux de Christophe Février, était l’écrin idéal, pour une rencontre avec l’homme qui incarne le parfait modèle de réussite, autant en France qu’à l’international.Texte intégral

Rose Sznajder

Du trait à l'objectif

Issue d'une formation académique rigoureuse: Académie Charpentier, École Supérieure des Arts Appliqués Duperré, Collectif de photographes Tendance flou, avec Matt Jacob, le dessin et la peinture, qui viennent en contrepoint de son travail, seront de tous temps ses préoccupations premières.

Texte intégral

Graeme Bent

La tradition littéraire

Ce n'est autre que la journaliste américaine, Mary Blume, qui dans Herald Tribune en janvier 1972, allait contribuer au succès tellement mérité de l'établissement Joe Allen Paris, un restaurant qui associe la qualité des produits à la française au respect de la tradition culinaire. Joe Allen est connu et reconnu pour ses spécialités traditionnelles Texte intégral

William Mesguich

La passion des défis

Une rencontre avec William Mesguich ne pouvait en aucun cas être anodine. Devant un café allongé, face au Moulin Rouge, il entonne la conversation avec « Le souper », pièce dont il partage avec bonheur la scène avec son père Daniel. La rencontre au cours d’un mémorable souper de deux hommes puissants, Talleyrand, incarné par Daniel Mesguich et Fouché, par William Mesguich.Texte intégral

François Mocaër

Editions Unicité

Unicité : définition philosophique de ce qui est unique.J’ai la conviction que le moi est un mensonge existentiel, mais d’un autre côté cela ne peut pas être autrement. Cette contradiction n’est qu’une apparence. Il y a un ressenti au-delà des mots. J’ai l’impression que les êtres ne peuvent pas être autrement que ce qu’ils sont. Moi aussi, je ne peux pas être autrement que ce que je suis. Je crois que tout vient de ce silence qui est plus qu’un silence, de cette part d’insondable qui est la nature ou la lumière de l’être (…) François Mocaër.Texte intégral

Karim Arezki

Le goût des gens

J’ai rencontré Karim Arezki il y a déjà plusieurs années et sa démarche plastique m’a immédiatement interpellée. Toute son humanité se projetait en filigrane, dans des dessins déjà très aboutis, où nombre de ses amis apparaissent comme « complices » de son jeune parcours artistique, que je pressentais déjà comme inscrit dans une mouvance exceptionnelle d’intemporalité.

Texte intégral

Claude Mollard

Les figures d’un destin

Nous avons rencontré Claude Mollard au lendemain de l’inauguration des Jardins d’Orient à l’Institut du monde Arabe, où il a accepté très volontiers de partager avec nous ses principales actions qui ont ponctué les grands travaux culturels des gouvernements Mitterrand, à ce jour. Texte intégral

Isa Sator

Les grandes cocottes

Qui mieux que la sensuelle Isa Sator, égérie des artistes et peintre de talent, pouvait à ce point représenter la beauté particulièrement appréciée de ces femmes mystérieuses, libres et extravagantes, qui ont donné à l'histoire de France, ce petit supplément d'âme qui en fait tout le charme et plus encore.

Texte intégral

Alain Malraux

Par Eric Le Goff

Homme de lettres, dramaturge, traducteur, auteur, Alain Malraux, ne se caractérise pas seulement par son patronyme, sa grande connaissance du milieu artistique, sa disponibilité à servir la mémoire d'André Malraux ; Il se particularise surtout par sa manière de s'inscrire sans discontinuer dans le travail d'écriture, la réflexion et le partage.

Texte intégral

Les coups de cœurs d’Esther Ségal

Johann Fournier, l’homme orchestre

Créateurs, nous vivons dans une sorte de théâtre mental… ces visions qui me transpercent et qui viennent de nulle part, je veux dire de toute part puisque chez moi tout résonne… C’est une façon de s’échapper des limites, d’éprouver le monde… Mes mises en scène sont des histoires que je raconte avec des mots qui n’ont plus de corps… mes mises en scène racontent comment j’ai tué le réel à coup de poésie.

Texte intégral