Lettres

Entre Regard et Sourire

Un récit de Damien Perrier et Annie Joly

Damien a choisi de vivre malgré une trachéotomie qui le condamne à l’aphasie. Il est âgé seulement de quarante ans et exerçait le métier de scientifique. Son corps immobilisé ne lui permet plus d’effectuer le moindre geste, mais ses yeux brillent d’une énergie insensée. Quand à son sourire, il enchante l’âme de tous ceux qui l’approchent.

Texte intégral

Danse avec Charcot

Une pépite littéraire de Jean-Pierre Millet

C’est avec une très grande émotion que j’ai ouvert ce livre arrivé le matin-même dans ma boîte à lettres. Connaissant bien l’auteur, je me réjouissais à l’avance de cette lecture.

Jean-Pierre Millet danse avec les mots, swing entre les lignes et surtout, repousse avec frénésie et en poésie, les limites de sa maladie. Une forme de SLA, qu’il n’hésite pas à nommer sa «salope » et il en a bien le droit, car elle se colle à lui depuis plus de treize ans.

Texte intégral

La nouvelle dame aux camélias

Par Véronique Grange-Spahis

Depuis la publication de La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas en 1848, nombreuses sont les adaptations qui lui ont donné vie, que ce soit par l’opéra la Traviata de Giuseppe Verdi, au théâtre par l’auteur lui-même, puis par d’autres metteurs en scènes, au cinéma par d’abondantes interprétations tout au long du vingtième siècle, ainsi que dans des ballets et même en bande dessinée par Gotlib !

Texte intégral

La saga Maeght

L’essence de la mémoire

C’est  au Café de Flore, dans son univers germanopratin, devant du thé et des brioches, que j’ai recueilli les confidences de la petite fille du célèbre marchand d’art, collectionneur et mécène ; Aimé Maeght, le grand-père tant aimé de Yoyo.

Dès l’enfance, elle a ressenti la nécessité de sauvegarder, tel un bien précieux, chaque moment, chaque rencontre ; autant de pépites qu’elle pressentaient déjà comme exceptionnelles. Son quotidien, elle le partageait avec Miro, Picasso, Prévert, Braque, Giacometti, Malraux, Calder, Chagall, Tapiès…

Texte intégral

Frédérique Lombard – Morel

Le livre espoir

Ce n'est pas la première fois que je suis marraine d'édition chez Unicité, mais ce journal d'une patiente courageuse et battante, m'a donné envie. Je connaissais Frédérique artiste Peintre, mais j'avoue que comme auteure, elle m'épate.
Son livre est une sorte de cri intérieur, qui se perd dans un humour décapant et nécessaire.

Texte intégral

Edgar Faure…secrets d’Etat, secrets de famille

J'ai un soir rencontré un jeune homme assez réservé, qui interprétait de très belles chansons en s'accompagnant à la guitare. C'était dans le jardin du peintre et acteur Jean Dolande. Je me souviens que les camélias étaient en fleurs. J'étais assise devant une fontaine et tous, nous reprenions les refrains à l'unisson. Après avoir remercié et salué, le chanteur qui nous avait  mis en joie nous a annoncé qu'il venait de nous faire partager quelques compositions de son grand-père Edgar Faure. C'est ainsi que nous avons tous appris que le grand Homme d'état aux treize Présidences était aussi un artiste, auteur de nombreux romans et nouvelles.

Texte intégral

L’Air du temps : L’automne

Par Jean-Paul Guedj

La vie

Est automnale

Ni trop chaude ni trop froide

Ni trop brune ni trop blonde

Mais plutôt rousse

Et avec des nuages

De merveilleux nuages

21 Septembre 2015

Le dernier recueil de poèmes de Jean-Paul Guedj « Une poussière dans l’âme » est publié aux Editions « Le Temps des Cerises », Collection « Le Merle Moqueur Poésie ».

L’air du temps IV 

Par Jean-Paul Guedj

Les sanglots longs
Des violons
Ne blessent plus
Mon cœur
D’une langueur
Monotone

En ces bons jours
D’automne
Je pleure mais de joie
Lorsque je vois
Les feuilles mortes
Que le bon vent emporte


Jean-Paul Guedj vient de publier « Une poussière dans l’âme » aux Editions
 « Le Temps des Cerises », collection « Le merle Moqueur »

Trophées du stylographe 2013

Invitation au voyage

La cérémonie se déroulait dans les décors somptueux de l’Hôtel de Salle à Paris, désormais investi par l'Institut des Lettres et Manuscrits, présidé par Gérard Lhéritier. Ces 11ème trophées du stylographe organisés par Jean-Claude Arrata était parrainés par Macha Méril, actrice et romancière, accompagnée d'Irène Frain, auteure et d' Adrien Perreau, en charge de l'inventaire du Patrimoine de l'Opéra 

Texte intégral

La première femme nue

Par Cybèle Air

Le livre de Christophe Bouquerel nous offre un étourdissant voyage au IVème siècle, du temps de Platon vieillissant jusqu’à la mort du bel Alexandre. Cette traversée de mille deux cents pages à la première personne, est portée par Phrynê, muse de Praxitèle, hétaïre, future égérie au XIXème siècle d’artistes de renom.

Texte intégral

L’air du temps III

Par Jean-Paul Guedj

C’est l’été
Tout explose
Les effets et les causes

C’est l’été
C’est la pause
Et le ciel qui s’impose

C’est l’été
Et l’on ose
Toute métamorphose

C’est l’été
Tout s’expose
Et ta peau fait la pose

C’est l’été
Plus de dose
Pour l’esprit ou la chose

C’est l’été
Tout s’arrose
Notre amour et les roses


Jean-Paul GUEDJ vient de publier aux Editions Le Merle Moqueur, (groupe Le Temps des cerises) « Une poussière dans l’âme ».

Chroniques américaines

Par Henri- Hugues Lejeune

L’auteur dans ce nouveau livre, brosse le portrait des milieux intellectuels de l’Amérique des années 1970 à 1980. Le ton est donné d’entrée de jeu, dans une langue bien française au charme voltairien.

Henri-Hugues Lejeune, dans ce journal, puise dans la magie du souvenir, les effluves de la vie de l’exilé qu’il fût durant ces années très riches en secrets d’alcôves. Quelle est la part d’introspection, dans ce livre ? Qui étaient ces mystérieux amis qui s’installèrent sur les pas des existentialistes à Saint-Germain-Des -Prés avant de revenir en Amérique ?

Texte intégral

L’anachronique du flâneur N° 9

Par Marc Albert-Levin

Chère lectrice, cher lecteur

J’ai bien peur que pour cette chronique, très tardive, puisqu’à la mi-mai, c’est la première de 2014, votre « anachronique du flâneur » ne se change en « anachronique du pleureur » tant l’année 2013 a été pour moi lourde en départs d’amis très chers, vers cet autre plan d’existence que, par ignorance, nous appelons la mort.

Le mardi 26 novembre, je reçois un coup de téléphone de Michel Tyszblat, un ami peintre sur qui j’ai beaucoup écrit. Il me dit qu’il a fait toute une série de laques qu’il voudrait me montrer et nous prenons rendez-vous pour le mardi suivant. Mais deux jours plus tard, je reçois un coup de fil de René B., un grand ami commun, qui m’apprend que Michel est mort la veille, dans son sommeil, à l’âge de 77 ans. J’ai beau savoir que c’est le genre de départ serein que nous nous souhaitons tous, la perte de ce frère dans l’art, quatre mois après celle de mon frère dans la vie, disparu lui aussi, en juillet 2013, de l’autre côté du rideau de l’air… cette perte supplémentaire, s’ajoutant à tant d’autres, me désespère.

Texte intégral