Lettres

Anachronique du flâneur N° 23

Par Marc Albert-Levin

Chère lectrice, cher lecteur,

Je parlais dans mon anachronique précédente des livres d’art, des livres d’artistes et je gardais pour la fin (mais tant qu’il y aura des livres et des artistes y aura-t-il jamais une fin?) un petit joyau de livre à poser, si vous en avez une, sur votre table de chevet. Beau livre objet, à lire et à relire, à garder et à regarder, dans l’ordre ou dans le désordre, comme vous voudrez : en l’ouvrant à l’une ou l’autre des lettres de cet abécédaire baroque. Il est comme un bijou dont il est impossible de saisir tout de suite les multiples reflets.

Texte intégral

Ta putain de vie commence maintenant

Par Mylène Vignon

En découvrant ce manuel destiné à nos adolescents souvent perturbés par leur sortie de chrysalide, j’ai été saisie par l’importance des mots. Les conseils avisés de l’auteure touchent le cœur du problème lié à cette transformation physique parfois violente, que subissent les jeunes à un moment clé de leur vie. Tu es le pilote de ta vie, et tu dois aimer ta différence, que tu sois trop petit, trop grand, trop enveloppé, trop roux, avec un système pileux trop développé ou au contraire sans poils...ce qui compte, c’est ton unicité ! Tu dois te réjouir de tes particularités, car tu es unique au monde. Écrit à l’encre de l’intelligence, dans une langue parlée par les ados, Louise touche directement la matière cognitive de sa cible. Extrait : (page 22) Texte intégral

Automne

Par Artine de Mylo

Automne
À l’âme souvent monotone
Aux couleurs fauves
Aux parfums de sol humide
Aux chants de perles de pluie
À la douceur indienne d’un été qui s’étend
Tardivement
Avant que les branches effeuillées
Ne subissent les frimas
Redoutés

Anachronique du flâneur N° 22

Par Marc Albert-Levin

Chère lectrice, cher lecteur,

Zéglobo Zéraphim, mon alter égo, celui qui reste poète même quand je ne suis que simple employé de bureau, a beau me susurrer à l’oreille, avec son optimisme perpétuel et son sourire parfois si exaspérant : « les défaites de Noël conduisent inévitablement aux victoires de l’année suivante ». Rien n’y fait. J’ai beau voir la hotte de Saint-Nicolas déborder de livres d’art, mon cœur à moi, en cette fin 2018, déborde de nostalgie. Texte intégral

Christian Boltanski, Faire Son Temps Au Centre Pompidou

Par Henri-Hugues Lejeune

Je recopie, à chaud ou presque, mes notes sur Boltanski en l’occurrence, dont je m’avise qu’elles relèvent plutôt du poème en prose que du compte-rendu. Il n’est pas ici question d’une œuvre d’art, ou de plusieurs, voire d’un ensemble, mais de l’un et du multiple, de l’être dans le monde et de celui-ci, Boltanski peut-être, en face de cet univers où il -et nous- évoluons. Peut-être aussi comment tout cela se passe, sans raison bien évidente Texte intégral

Été

Par Artine De Mylo

Qui embrase les cœurs des garçons et des filles
Qui raccourcit les jupes en dévoilant la peau
Qui fait espérer une onde rafraîchissante
Sur l’herbe desséchée par ses rayons ardents
Qui brûle d’impatience de voir déjà la neige
Mais qui au final comble l’attente
L’été est le moment de toutes les audaces
Il libère le corps et irradie d’amour
Ces trois lettres magiques qui se lisent en deux sens
Palindrome
Été
Été
Été !

GRECO au Grand Palais

Par Henri-Hugues Lejeune

Après avoir admiré cette superbe et révélatrice exposition, nul n’ose se rappeler l’image, certes confuse et gourmée, traditionnelle pourtant, d’un peintre Espagnol, donc austère malgré ses origines Grecques, Crétoises, de portraits aux visages allongés et lugubres, orgueilleux engoncés de noir, ou torturé dans l’énigme labyrinthique de « L’enterrement du comte d’Orgaz », d’ailleurs restée dans l’Eglise Saint-Thomas à Tolède aussi superbe qu’énigmatique.

Bref, l’on s’en tenait à une distance respectueuse et on ne le connaissait pas. Texte intégral

Billet de printemps 2019

Par Jean-Paul Guedj

Mes chers parents,

Ne vous inquiétez pas. Je suis bien arrivé au pays du Printemps. Il fait beau. Il y a des arbres, des plantes, des fleurs, des légumes, des oiseaux. Il y a des grands parcs aussi, tout verts, où je me promène souvent avec Jacinthe, une camarade que j’ai rencontrée ici. Il y a même la mer qui est calme et bleue, avec quelques goélettes, mais aussi des mouettes qui volent au-dessus d’elle. Je me suis acheté une nouvelle paire de lunettes de soleil. Texte intégral

Anachronique du flâneur N° 21

Chère lectrice, cher lecteur

Après l’interminable « Anachronique 19-20 » dont plusieurs personnes que j’aime m’ont dit qu’elles la trouvaient bien trop longue pour être lue jusqu’au bout, j’ai voulu en écrire une plus courte. Je ne sais plus qui a fait cette triste remarque : donner un livre à un ami, c’est comme lui offrir une corvée. Texte intégral