Lettres

La parallèle lumineuse d’Esther Ségal

Par Cybèle Air

De l’oreille à l’œil, la distance se joue dans le timbre, la voix tenue et chaleureuse, le ton pétillant, et pour l’œil, le silence de la lecture, la liberté du rythme, l’aspiration au point d’orgue, pour réfléchir. De l’oreille à l’œil, la distance se joue dans la lenteur. Les émissions radio d’Esther Ségal sont d’abord des textes écrits, savants, mais écrits pour être proférés. Leur musique en volutes, leurs tours et retours, conceptuels et méditatifs, laissent l’auditeur avide de la prochaine émission, et désireux d’un silence : faire silence après un tel voyage. Une sélection rassemblée dans le recueil Le sentier des étoiles, met à portée d’yeux, le texte mystique d’une artiste érudite et libre. Texte intégral

Florence Issac :Mensonges

Editions Unicité

Quatre histoires où chacun des protagonistes va se trouver prisonnier des mailles du mensonge et qui vont s'échapper pour trouver la rédemption. L'amour est le moteur qui va leur permettre de se comprendre et enfin de se révéler dans leur vraie nature quitte à en perdre leur liberté. Texte intégral

Wojciech Karpiński (1943 – 2020)

Par Krystyna Bourneuf et Sergiusz Chądzyński

La culture polonaise subit une grande perte. Le 18 août 2020 à Paris, Wojciech Karpiński rendit  orphelins ses amis, lecteurs et admirateurs de son talent. Il est difficile de peindre son portrait en quelques mots, d'autant plus qu'en nos temps turbulents et ingrats  il était l'héritier des figures de la Renaissance, il rejeta toute superficialité, tout mensonge intellectuel et moral. Texte intégral

Ta putain de vie commence maintenant

Par Mylène Vignon

En découvrant ce manuel destiné à nos adolescents souvent perturbés par leur sortie de chrysalide, j’ai été saisie par l’importance des mots. Les conseils avisés de l’auteure touchent le cœur du problème lié à cette transformation physique parfois violente, que subissent les jeunes à un moment clé de leur vie. Tu es le pilote de ta vie, et tu dois aimer ta différence, que tu sois trop petit, trop grand, trop enveloppé, trop roux, avec un système pileux trop développé ou au contraire sans poils...ce qui compte, c’est ton unicité ! Tu dois te réjouir de tes particularités, car tu es unique au monde. Écrit à l’encre de l’intelligence, dans une langue parlée par les ados, Louise touche directement la matière cognitive de sa cible. Extrait : (page 22)Texte intégral

Laissez parler les p’tits papiers…

Par Sabine Hogrel

Et chez Mylène, ces p’tits papiers ont beaucoup parlé mais pas que… Tout ce qui pouvait traîner dans l’appartement sous les piles de livres… Chouette, un autre magazine de déco ! Des vieux journaux utilisés normalement pour nettoyer les vitres, toutes ces reliques de notre ancienne vie avant le C., des cartons d’invitation, des photos de sculptures, de tableaux… Les oubliés des tiroirs, des placards, des boîtes entassées derrière le paravent, les bouts de rubans, plumes, ailes d’anges, ficelles, cartes postales… Texte intégral

Christian Boltanski, Faire Son Temps Au Centre Pompidou

Par Henri-Hugues Lejeune

Je recopie, à chaud ou presque, mes notes sur Boltanski en l’occurrence, dont je m’avise qu’elles relèvent plutôt du poème en prose que du compte-rendu. Il n’est pas ici question d’une œuvre d’art, ou de plusieurs, voire d’un ensemble, mais de l’un et du multiple, de l’être dans le monde et de celui-ci, Boltanski peut-être, en face de cet univers où il -et nous- évoluons. Peut-être aussi comment tout cela se passe, sans raison bien évidenteTexte intégral

Un printemps pascalien : demeurer seul dans une chambre

Par Cybèle Air

Se dessine un moment pascalien en ce printemps 2020. Dans ses Pensées Pascal (1623-1662) écrit : « j’ai découvert que tout le malheur de l’homme vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre ». Etre face au gouffre infini, au manque définitif, prendre conscience qu’aucun objet fini, jamais, ne pourra venir combler le désir d’infini que nous sommes, telle est bien l’expérience radicale à laquelle Pascal nous convie. Rien, « astres, ciel, terre, éléments, plantes, choux, poireaux, animaux, insectes, veaux, serpents, fièvre, peste, guerre, famine, vices, adultère, inceste », la liste drolatique et tragique déployée par Blaise montre l’inanité à vouloir combler l’ouvert, à vouloir tenter d’en finir avec le désir. Lacan dirait que nous sommes des « sujets barrés », marqués par la scission, la déchirure, l’incomplétude. N’est-ce pas ce qui suscite la création ? Texte intégral

L’art d’écrire pour les enfants est un don exceptionnel…

Par Krystyna Bourneuf

„Les enfants ne font pas semblant d’écouter, ils baillent quand il s’ennuient”, rit en réponse Magdalena Kiełbowicz. „Pour reproduire l’imaginaire et le merveilleux qui sont leur quotidien, il faut savoir garder un peu de son âme d’enfant”, ajoute-t-elle modestement. Les enfants sont très sensibles. Là où nous, les grandes personnes, profitons de nos acquis, des expériences et de l’éducation, eux font appel aux sentiments. Texte intégral

GRECO au Grand Palais

Par Henri-Hugues Lejeune

Après avoir admiré cette superbe et révélatrice exposition, nul n’ose se rappeler l’image, certes confuse et gourmée, traditionnelle pourtant, d’un peintre Espagnol, donc austère malgré ses origines Grecques, Crétoises, de portraits aux visages allongés et lugubres, orgueilleux engoncés de noir, ou torturé dans l’énigme labyrinthique de « L’enterrement du comte d’Orgaz », d’ailleurs restée dans l’Eglise Saint-Thomas à Tolède aussi superbe qu’énigmatique.

Bref, l’on s’en tenait à une distance respectueuse et on ne le connaissait pas. Texte intégral

La vie inimitable par Henri – Hugues Lejeune.Éditions Unicité

Par Mylène Vignon

Dans ce recueil si foisonnant de souvenirs, Henri - Hugues Lejeune déploie toute la palette de son talent d’écrivain. Mémoire d’enfance ou souvenirs de son passé de diplomate, les histoires s’enchaînent avec cette infinie profondeur, qui crée chez lui le style et engendre l’écrivain. Henri - Hugues Lejeune connaît et maîtrise bien la littérature. Il le prouve sans cesse à travers ses nombreux travaux littéraires. Texte intégral