Portraits

Sam McInnis ou la peinture plaisir

Olivier de Champris a rencontré Sam McInnis lors de sa dernière exposition, "Neverland", à la Galerie Almine Rech à Bruxelles. Entretien

Voici un artiste qui ne se paie pas de mots. Il le dit d'emblée: "je peins par plaisir". Des toiles colorées, des nature-mortes, des portraits de Michael Jackson ou de la Princesse Diana. La jeunesse et la maturité ont rendez-vous dans cet entretien. Où l'on découvre le secret des jeunes artistes américains : y croire et y aller.

Prince George & Prince William, 2018, courtesy of the Artist and Almine Rech Prince George & Prince William, 2018, courtesy of the Artist and Almine Rech

Texte intégral

Augusto Foldi

Entretien avec Mylène Vignon

J’ai fait la connaissance du travail d’Augusto Foldi, lors de l’exposition Déjeuner en l’air organisée par Aude Ambroggi dans The big Galerie, à Paris. Je connaissais déjà l’homme, croisé à plusieurs reprises dans le cercle des amis de Sophie Sainrapt, notamment à l’Atelier Pasnic, prenaient vie ses gravures au Carborundum. Texte intégral

Thierry Tessier,  historien de la mode

Entretien avec Mylène Vignon

Le nom de Thierry Tessier rayonne sur l’art de la mode et de la couture à Paris et à travers le monde. Il se rend fréquemment en Chine pour y diffuser le savoir-faire à la française, lors de masterclass, où il est accueilli avec les honneurs qu’il mérite. Ses conférences sur l’histoire de la mode et du costume, sont appréciées par les plus exigeants. Texte intégral

Anna Marchlewska

Entretien avec Mylène Vignon

Anna Marchlewska est photographe et graphiste. Elle a créé en 2011,  le mouvement Les Amazones, réunissant au fil des jours, des semaines et des ans, des femmes aux parcours atypiques. D’origine polonaise, elle travaille sans relâche et parcourt le monde, dans le but d’y trouver de nouveaux sujets à immortaliser de son art. Texte intégral

Bernard Pinet

par Mylène Vignon

Bernard Pinet est l’ami que tout le monde rêve d’avoir. Jovial, toujours prêt pour aider ou soutenir, sa tonalité vocale aux couleurs du sud,  lui apporte ce petit plus qui fait de lui un personnage haut en couleurs. Il reste comédien jusque dans les gestes les plus anodins du quotidien et gère son histoire personnelle en acteur de la vie. Texte intégral

Esther Ségal

Par Mylène Vignon

Esther Ségal est arrivée dans l’équipe Saisons de Culture, présentée par la peintre Sophie Sainrapt, lors d’une réunion au Café de Flore. Elle est rapidement devenue l’une de nos rédactrices, en proposant la rubrique Les coups de cœur d’Esther Ségal. Son prochain livre,  Le sentier des étoiles est à paraître prochainement dans la collection de notre maison d’édition éponyme.Texte intégral

Gérard Sallé

La cuisine est une histoire d’amour

C’est dès l’âge de huit ans que Gérard Sallé est tombé amoureux des fruits et des légumes. Sur le marché, les samedis et dimanches, il caressait et installait avec amour, pommes, poires, bananes, pêches, choux et autres merveilles, un peu à la manière des tableaux d’Archimboldo. Texte intégral

Ghislaine Verdier

L’œil de la Femme à Barbe

J’ai rencontré Ghislaine Verdier, alors qu’elle cherchait activement un local pour créer sa galerie à Paris. C’était au printemps 2014 pour l’exposition Suivez mon regard – 30 talents féminins.Aujourd’hui,  L’œil de la Femme à barbe, c’est beaucoup plus qu’une galerie Parisienne. C’est toute une organisation d’événements artistiques et littéraires.Elle a accepté de répondre aux questions de Saisons de Culture pour ce portrait. Texte intégral

Jiang Shanqing

Sur les rives de l’art

C’est en compagnie de mon ami l’éditeur Alin Avila, que j’ai rencontré ce grand artiste aux multiples talents, dans son incroyable atelier parisien, dont l’architecture extérieure n’est pas sans rappeler la Cité Interdite de Pékin. Entourés de nombreux amis, nous avons été conviés à tutoyer les nuages. Texte intégral

Guy Touvron

Portrait d’un trompettiste d’exception.

Nous avons rencontré Guy Touvron au Rostand, devant le Jardin du Luxembourg par un beau jour de printemps. Accompagné de sa trompette, il allait  donner une leçon de musique à la Schola Cantorum de Paris

Cet immense musicien né à Vichy, et qui a grandi dans la ville voisine de Saint-Yorre, nous a conté son parcours atypique avec humour et humilité.  Texte intégral

Ma naissance au jazz

l'entretien avec Michel Contat par Mylène Vignon

Après une longue et brillante carrière au Monde et à Télérama, Michel Contat est depuis deux ans le chroniqueur Jazz de Saisons de Culture. Aujourd’hui, il nous fait l’amitié de ces confidences.

Cher Michel Contat, à quel moment vous le Jazz est-il arrivé dans votre vie ?

J’avais quinze ans quand je suis né au jazz, et le jazz lui-même avait moins d’un demi-siècle. Selon moi, il était né en tant que grande musique classique noire américaine le 26 février 1926 avec l’enregistrement par Louis Armstrong de Cornet Chop Suey dans un studio d’Okeh à Chicago. Un morceau de seize mesures en fa, avec stop chorus, de Louis à la trompette. Ses compagnons sont Johnny Dodds à la clarinette, Kid Ory au trombone, Lil Hardin, sa femme, au piano, Johnny St Cyr au banjo, mais c’est lui qui joue tout au long, à part un solo de piano. La subtilité rythmique, la sûreté d’émission, l’invention mélodique restent aujourd’hui aussi novatrices qu’un solo bebop de Charlie Parker. C’est le jazz à son plus haut degré de joie pure et de beauté. Hugues Panassié, pape du jazz traditionnel, en avait fait dans les années 50 l’indicatif de son émission hebdomadaire de radio. Grâce à lui ceux qui aimaient le jazz avaient, imprimée dans leur mémoire, l’improvisation géniale de Louis Armstrong, un jeune homme de vingt-cinq ans qui inventait la musique du siècle. Texte intégral