Arts

Hanna Arendt

Par Pascal Aubier

Je suis allé voir Hanna Arendt très naturellement. J’avais lu un peu largement son livre La condition de l’homme moderne et me souvenais très bien, et du procès Eichmann et de sa fine analyse du fascisme ordinaire proche de ce qu’avait montré Mikhail Romm dans son film éponyme. Je suis toujours énervé lorsque j’entends parler de ce « fou d’Adolf Hitler qui aurait entraîné ce pauvre peuple Allemand dans la tourment du nazisme ». On évite trop souvent de considérer la responsabilité individuelle et la responsabilité collective dans l’histoire en général et plus particulièrement dans notre histoire récente. Texte intégral

Henri-Hugues Lejeune: Essai

Mais l’auteur, et c’est là sa puissance, nous met alors en garde contre les trouvailles et les concepts qui enferment l’artiste dans sa vérité du moment, quitte parfois à rester insaisissable dans un but salvateur et à contourner les idéaux  pour ne pas s’y appesantir. L’auteur, en proie à ses propres démons, nous décrit avec force tous les pièges des conformismes et des courants qui ont façonné les arts et qui se sont comme approprié nos goûts. Texte intégral

Shoichi Hasegawa Entre paysages, lumière et vibrations poétiques

L’œuvre du Maître nous interroge sur notre regard, notre perception, notre identité. Chez HASEGAWA, le thème est psalmodié à l’infini. Un peu comme une pensée ininterrompue, que rien ne dérange, ni silence, ni sommeil. Obsession d’aller au-delà des champs du visuel, pour atteindre l’épure, même s’il a beaucoup à nous dire, à nous apprendre surtout !

Texte intégral