Arts

François – Xavier Fagniez

Par Alin Avila

Qu’est-ce que le vivant et comment le dire ? Le frémissement d’une peau, le chatoiement d’un élytre, l’humidité d’un regard… Qu’est-ce qui fait monde et comment le dire ? La peinture et le peintre en singe jouent des attributs des apparences, pour les quémandeurs d’images. Dire le vivant revient à la prouesse d’agir sur la logique des instants, faire qu’ils continuent à couler tout en se maintenant sur un point d’arrêt qui serait l’œuvre. Je m’explique : ce qui nous leurre d’une présence maintenue (Regardez comme cela semble vivant !) ne tient pas à la représentation, mais aux gestes qui la conduisent. Voyez comment l’artiste – le vrai – ne s’encombre pas des contours et des apparences mais se soucie avant tout du matériau. Poser votre œil sur un bout de Vélasquez – tiens, cet étonnant portrait de Démocrite, au musée de Rouen! Il nous révèle tout du doute et du plaisir que la peinture produit. “Nous ne savons rien, la vérité est au fond du puits” affirme le philosophe en montrant d’une main pataude un globe terrestre. Prêtons plus d’attention à sa revêche manière de peindre. Ici, peindre n’est que peinture, jamais faire le beau avec de faux semblants. Vélàsquez est sans doute celui qui s’est joué le plus des prescriptions figurables, pour aller jusqu’au magma pictural. Ce qui vit, ce qui se maintient vivant, c’est ce qui au fond du puits n’est qu’une boue de substances mélangées qui atteint la grâce quand une main s’en joue. François-Xavier Fagniez ne s’intéresse pas aux hommes, non qu’il les ignore, mais il s’en protège comme Démocrite dans l’enclos de son jardin. La peinture est ce lieu où il pose des équivalences au vivant et aux forces qui le traversent (le vent, la pluie, les pétales et les nuages qui se déchirent pour se reformer là-bas, là-bas…). Politesses et déférences face aux moteurs de la nature, aux actes répétés des saisons, des couleurs des tempêtes et des fenaisons. qFagniez sait avant tout la laisser, la peinture. La laisser à elle-même. Et bien que ses œuvres paraissent gestuelles, aucune brusquerie. La main ne se devine qu’en suggérant des rythmes, ou quand elle offre une direction à la matière, qui n’a pas besoin de l’artiste pour emmêler ses tons et qui n’a pas non plus besoin de lui pour couler de toutes ses eaux. Mais, par lui, sans que jamais elle ne soit violée, la matière est peinture. Maître d’incertitudes en majesté, Fagniez, d’œuvre en œuvre, étend une pensée visuelle qui justement ressemble à l’expansion continue et toujours changeante du vivant, mais sans pathos. Préserver le vivant n’est-ce pas laisser la vérité au fond du puits ? François - Xavier Fagniez est né en 1936 dans les Pyrénées. Il vit entre les Landes et la Brie, toujours au milieu de la nature qui est son inspiratrice.

Attention aux Pièges à Cons

Par Pascal Aubier

On est souvent abusés. Par la vox populi, les rumeurs, les assertions publicitaires et même par les amis. Après un été désastreux de jambes et bras cassés, ma femme et moi, avides de retourner au cinéma avons cru bien faire en cédant aux conseils. Bien mal nous en a pris. I Feel Goods’appelle le film! Une comédie avec Dujardin que nous aimons bien, réalisé par Delépine et Kerven er avec en prime la grande Yolande Moreau. Texte intégral

Sophie Sainrapt — Terre et feu

Par Mylène Vignon

Des assiettes bucoliques aux couleurs impressionnistes, c’est ce que propose Sophie Sainrapt, qui nous surprendra toujours. Cette fois-ci, c’est l’âme des jardins de Claude Monet, qui erre jusque dans nos assiettes. C’est lors d’une promenade automnale dans les allées conçues par le peintre jardinier que dahlias, zinnias et amarantes se sont dressés telle une explosion chromatique devant l’iPhone de Sophie. Texte intégral

Prix de l’Ermitage

Par Martine Boulart

LE PRIX D’ART CONTEMPORAIN DE LA FONDATION DE L’ERMITAGE 2018 Le prix de l’Ermitage a été attribué cette année 2018 à Dongni Hou, qui rejoint Esther Ségal, dans l’élan de cette prestigieuse épopée. L’ambition du Prix de l’Ermitage  Tout d’abord un grand merci à Alexandra et Claude Fain pour leur accueil dans cette jeune foire de haute qualité, j’aime cette foire créée par un père et sa fille, je suis très touchée et honorée par votre invitation. Texte intégral

Dorothéa Tanning et Barbara d’Antuono

Par Théodore Blaise

Ainsi va le fil, suivant l’aiguille, suivant la main, autant accroché au regard que puisant dans le temps, ses récits, ses attentes. Il faudra se rappeler que c’est au Bauhaus, qu’Anni Albers a su porter dans le champ de l’art celui du fil, et que son ouvrage On weaving  en destitue la notion d’ouvrage de dame. Fortement influencée par l’ingéniosité des quilts américains et l’art du patchwork des femmes de la campagne, éblouie par l’usage des laines et des fibres qu’en faisaient les  latinos, elle défendra au sein du Black Montain College, la noblesse de ses pratiques.  Texte intégral

Tony Bennett et Diana Krall en duo

Par Michel Contat

Parmi les crooners, il y en un seul d’incontesté et incontestable : Frank Sinatra. Mais, tout de suite après lui, l’un s’impose depuis beaucoup plus qu’un demi-siècle : l’italo-américainAnthony Dominick  Benedetto, dit Tony Bennett. Né en 1926. Un crooner au phrasé de saxophoniste ténor. Une voix unique. Texte intégral

AVIGNON – 72°Festival IN, la suite

Par Katy Sroussy

Engagé, Pertinent, Fascinant, Tragique, Baroque, Hilarant, Violent… Ainsi fut nommé le 72°  Festival d’Avignon, service public de la culture. La direction remarquable de Olivier Py et de son équipe, a su partager  les  multiples talents du théâtre et de la tragédie, de la danse, de la musique, de l’art pictural, de l’indiscipline, avec les visiteurs et spectateurs passionnés. Texte intégral

Noémie de Lattre, féministe pour Homme

Un portait en toute intimité

Joué à Avignon cet été au théâtre des Béliers, Féministe pour homme ouvre la réflexion sur une pléiade de questions autour de la condition féminine et décape avec le sourire et un humour sans concession les stéréotypes dont les féministes sont le plus souvent affublées. Un show détonnant aux sujets multiples et variés dont l’objectif est de mettre en mouvement une pensée qui, une fois chez nous, continue de cheminer et de nous interroger. Texte intégral

Un débat entre Ben et Michel Onfray

Par Mylène Vignon

Ben commence cette newsletter par une réponse de Michel Onfray à Ben sur le thème de l’ethnisme, la théorie de Fontan ONFRAY SUR BEN (2014) L’autre moitié de Ben se trouve dans l’altruiste avéré, celui qui défend les minorités linguistiques. Ben de l’alter ego, c’est le Ben qui publie La clef sous titré Atlas collectif ethno-linguistique contenant analyses, cartes, textes théoriques et propositions pour régler les conflits ethniques dans le monde, préface et conclusion de Ben. Texte intégral

Volontaire

Par Charlotte de Maistre

  1. Volontaire est réalisé par Hélène Fillières, réalisatrice confirmée qui mène parallèlement une carrière d’actrice. Ce film dresse le portrait de Laure (Diane Rouxel). Fille d’une actrice et d’un père assez absent, jeune étudiante brillante, diplômée d’un double master Anglais/Russe à la Sorbonne, Laure ne trouve pas chaussure à son pied. Elle postule un peu partout, et intègre la marine au grand désespoir de sa mère, déçue d’avoir « pondu une militariste ». Texte intégral