Regards

Est-il bon, est-t-il méchant, le critique ?

Par Henri – Hugues Lejeune

Perfidie de l’intelligence, ou l’intelligence de la perfidie

I

Le chroniqueur se promène dans l’espace, dans le temps qui lui sont impartis, ou qu’il a lui-même élus, et livre ce qu’il lui en passe en tête ; libre à lui d ‘en dire du bien ou du mal comme d’élire ce qui l’intéresse. Cela interviendra le plus souvent : il dira le bien qu’il pense de ce qu’il aime et se taira sur le reste. Ainsi vivra-t-il heureux. Texte intégral

MABRIS Peintre

Poétiser la couleur

MABRIS brosse des envolées lyriques parfaitement maîtrisées, avec une énergie sans cesse renouvelée. Le jeu des formes et de la couleur, envoie une charge émotionnelle intense. L’espace prend vie et s’inscrit dans une partition équilibrée et joyeuse.

Ses nuances chaudes et harmonieusement contrastées, associées à des lignes de forces graphiques, nous convient au banquet de la genèse et du futur.

Par la technique de l’acrylique, plus spontanée que celle de la peinture à l’huile, elle obtient un résultat exceptionnel dans les transparences et les superpositions.

Texte intégral

Chiwai Cheung

Un coin du réel

Chiwai Cheung est né en 1955 à Guangzhou, en Chine. Ce fils d'enseignants fins et cultivés, benjamin d'une fratrie de six enfants, sera confronté dès l'âge de onze ans aux difficultés dues à la Révolution Culturelle. Âgé de dix-huit ans, il est arraché à sa famille et dès lors, sera directement soumis aux affres de la condition humaine. Il passera de paysan à instituteur, puis d'enseignant à ouvrier, cumulant les travaux les plus pénibles, souffrant de la faim et du froid, jusqu'à la chute du régime mis en place par Mao, sans jamais renoncer à la lecture des plus grands poètes, se forgeant ainsi une philosophie très ancrée dans cet acte profond de résistance et d'opiniâtreté.

Texte intégral

Revoir Paris

Par Camille Bourneuf

A travers l'exposition Revoir Paris, François Schuiten et Benoît Peeters nous dévoilent la « face rêvée » de la Ville Lumière. Le dessinateur et le scénariste, depuis longtemps en collaboration, y font dialoguer leurs dessins et travaux avec des projets avec des projets d'architecture et d'urbanisme réalisés – ou non – des deux derniers siècles. L'exposition est donc articulée autours des planches de l'album Revoir Paris, et on y découvre par étapes l'évolution réelle et imaginée de la ville.

Texte intégral

Anouk Grinberg

Intime

Anouk Grimberg prend possession de l'espace de la galerie GNG avec cette acmé que la nature de l'œuvre ne peut en aucun cas contredire. « Les dessins sont des intuitions, des images mentales parfois liées à des souvenirs, on se met à la table et on trouve une forme qui nous guide. Le dessin exprime tout ce qu'on ne peut pas dire avec la voix. Là, on peut tout dire. Sur le papier, c'est de la pure énergie ».

Texte intégral

Les Obsidiens en mouvement – Josette Rispal

La grotte mystique Par Cybèle Air

Les Chiffonnettes ou les Boîtes de Josette Rispal nous invitent au voyage intérieur : celui dont Proust disait qu’il est « un dur labeur d’approfondissement ». A l’éclatement dans l’espace si souvent imposé dans le monde contemporain, et même dans l’art, cette proposition d’un recentrement saisit tout amateur ou visiteur qui pousse la porte de la Galerie au nom évocateur : «  Les Yeux Fertiles ». Ce recentrement sonne comme un appel archaïque, lointain et silencieux, comme un appel impérieux, mystérieux, sérieux, décisif et salvateur. Les enfants entendent dans cet appel une réponse à leur désir de reconnaissance et de construction d’un soi. Les adultes retrouvent avec délice, et comme pris au dépourvu, leur âme d’enfant.

Texte intégral

Baroque Abstrait

Le livre de Cyb

Un abécédaire philosophique, digne des plus beaux livres d’heuresde la Renaissance, une véritable bible artistique aux accents vénitiens, qui nous entraîne avec délice dans la maïeutique de cette artiste sensible. Texte intégral

Les chemins de traverse

Théâtre de la Bertoche

S’il est un lieu où le handicap est un atout, c’est l’art.

Septième année que Pascal Laillet et Sylvain Rétif ont transformé un modeste garage, dont le meilleur attrait résidait dans son accessibilité, en un studio confortable, aux murs tendus de noir, où les acteurs, danseurs, saltimbanques, se rejoignent pour y mêler leur mixité dans le plaisir et la rigueur.

Parce - qu’à la Bertoche, c’est fastoche, on progresse, on s’éveille, on se parle avec les mots du cœur, les seuls qui soient compréhensibles de nous tous.

Les intermittents du spectacle font appel à d’autres comédiens, pas tout à fait comme les autres, car ce sont des adultes plus ou moins valides, et ils sont beaux à regarder.

Texte intégral

Les coups de cœur d’Esther Ségal

Alain NAHUM ou la charge d’âme.

« Laissez parler          Les petits papiers                      A l’occasion                           Papier chiffon                            Puissent-ils un soir                                         Papier buvard                                                Vous consoler » (1) C’est ainsi que je découvre la création d’Alain Nahum, succession de petits riens qui racontent l’humanité toute entière. Texte intégral

Entretien avec Peter Klasen

Portrait d’un artiste incomparable

C’est dans l’ambiance électrique de la galerie Mecanica, 39 rue de Verneuil à Paris, que j’ai eu l’honneur d’être accueillie par le Maitre en personne.  Ponctuel et attentif, il avait pris le soin de me dédicacer son dernier livre ; Lost Landscapes  - les terres perdues - hommage à Tintoretto, El Greco, Schwitters &co.
Peter Klasen, l’infatigable voyageur me raconte comment il est arrivé à la voiture et toutes ses « dérives ».

Texte intégral

« Silence » de Scorsese : révérence

Par Cybèle Air

Le Gouverneur Inoué dit au jeune jésuite : « Mon père, vous et les autres missionnaires ne semblez pas connaître le Japon ». Le père Rodrigues lui répond sur le champ « Et vous, honorable magistrat, vous ne semblez pas connaître le christianisme ». « À ces mots », précise l’auteur japonais catholique Shûsaku Endô, « ils rirent tous deux ». Nous sommes à Nagasaki en 1641, le christianisme est interdit au Japon.

Texte intégral