Arts

Galerie Antoine Dupin

Par Katy Sroussy

Cet été, une nouvelle galerie d’Art Contemporain s’installe dans une bâtisse ancienne en pierres du terroir de la région de Saint Méloir des Ondes, magnifique contrée entre mer et terre, à la croisée des chemins de Saint Malo à Cancale, de Dinard au Mont Saint Michel, en Ille et Vilaine, à deux heures et demie de Paris. Antoine Dupin, galeriste passionné, enthousiaste, très impliqué dans l’Art Contemporain est le créateur-concepteur de ce projet innovant. Quelle est la genèse de la Galerie ? J’ai eu beaucoup de chance parce que j’ai grandi à Paris proche de mes grands-parents qui étaient collectionneurs. Ils s’étaient séparés, ma grand-mère collectionnait des objets et meubles du 18 -ème siècle et mon grand père collectionnait de l’art contemporain. Les sorties pour moi : ma grand-mère m’emmenait au Louvre ou au Musée d’Orsay et mon grand père dans les salles de ventes comme Drouot et dans des galeries. J’ai toujours grandi au milieu d’œuvres d’Art et au moment de choisir un métier, mon père aurait voulu que je sois chirurgien comme lui mais je lui dis très vite que je ne me sentais pas avoir l’âme d’un médecin, et que je souhaitais être entouré de belles choses, de belles œuvres et que je désirais en faire ma profession. Au début, je voulais être commissaire-priseur car cela me fascinait, j’ai alors entrepris des études de droit dans ce but et puis, chemin faisant j’ai arrêté ces études au bout de deux ans. Je voulais vraiment travailler, ainsi, j’ai commencé à faire des stages chez Sotheby’s, Christie’s, et finalement j’ai atterri grouillot assistant dans une galerie à Saint Germain des Prés, la galerie Aittouares. Au début, mon travail consistait à peindre des socles et petit à petit, j’ai découvert les différentes facettes du métier, j’ai eu l’opportunité de faire un peu de courtage et à un moment, je me suis retrouvé directeur d’une galerie en Chine pendant trois ans, la galerie Dumonteil à Shanghai. A mon retour, à 28 ans, j’ai repris mes études de droit et fus engagé dans un cabinet d’avocats où je faisais du droit du marché de l’Art. L’année dernière, le 1er juillet, j’ai décidé de rejoindre la femme de ma vie à Cancale, j’ai quitté mon cabinet d’avocats et je me suis lancé dans l’aventure de la galerie, ici je peux faire des choses que je ne peux faire ailleurs. Je suis très heureux car il y a l’espace, une configuration différente qu’à Paris pour proposer à de jeunes artistes exposées dans des galeries à Paris, de m’y rejoindre. Emmanuel Régent et Lionel Sabatté, qui inaugureront la galerie le 1er juillet 2022, ont accepté de venir y exposer parce que je ne suis pas à Paris. Je n’aurais jamais pu avoir cet espace de 120 m2, avec 10 mètres de hauteur sous plafond, en ville ! Je l’ai nommé Galerie Antoine Dupin, afin de personnifier ce lieu. Il est important pour les visiteurs, amateurs et collectionneurs de rencontrer celui qui choisit les artistes et les œuvres, d’être heureux er rassuré d’échanger avec un être humain qui est derrière tout cela, contrairement à des espaces ou galeries parfois non identifiés, au nom fantaisiste ou désincarné. Quelle est votre programmation à venir ? -Au mois d’août, un Group Show d’artistes africains, avec les dessins de Hélène Jayet, artiste franco-malienne, les montages élégants de Kelani Abass, artiste nigérian et les scènes de vie très colorées de villes africaines de Elias Mung’Ora, artiste kenyan. -En fin d’année, Camille Beauplan, jeune artiste, découverte dans la sélection du salon de Montrouge, seule peintre de la sélection, propose des scènes de Ville, très colorées, vivantes et drôles. - Pascal Vilcollet présente ses œuvres abstraites, des grands formats, avec des écritures et des dégradés de couleur très profonds, des camaïeux comme un peu de la peinture cirée, artiste représenté par la galerie Chez Valentin, défricheur de jeunes talents. -Au printemps, Briac Leprêtre, aquarelliste breton, ultra réaliste, très classique, travaille en transparence ses œuvres d’une minutie exceptionnelle, professeur aux Beaux-Arts de Rennes. Il lui a fallu plus d’un an pour préparer son exposition. Il est important pour moi de représenter des artistes bretons. Comment décrire ce nouveau lieu ? Pourtant si proche de la mer, c’est un lieu avant tout terrien, entouré par les champs, les poules, les chevaux et les kangourous, ancien corps de ferme, ancré dans la terre au caractère agricole, aux vieilles pierres, à la charpente en bois et au sol en terre battue dont l’emprunte terrienne contraste avec cette proximité avec la mer et les vents. Cette bâtisse-galerie va permettre l’existence de ce caractère original et contrasté grâce aux installations et accrochages d’œuvres très contemporaines, dans ce lieu de volumes doté d’une très belle lumière naturelle. Pour les artistes, l’utilisation de ces vieilles pierres, de cette terre battue, de ces incroyables volumes, leur offrira un espace unique et singulier d’expression, de jeux, d’exploration, qui sera particulièrement motivant et amusant pour eux. A partir du 1er juillet, Galerie Antoine Dupin Le Buot 35350 Saint Méloir des Ondes

Chronique n° 17 d’Alain Pusel

L’art du ring l’esquive de la toile et vice versa

Les amateurs d’art pugilistique, autrement dit, les gens qui aiment vibrer devant un combat de boxe et se délecter du son des jabs et des montées chromatiques en crochets, gauche, droit — se réjouissent : l’heure est (bientôt) venue du Grand Affrontement entre Tyson Fury et Anthony Joshua, entre une montagne faite homme et une merveilleuse technique à visage humain. Ils vont — annonce officielle — en venir aux mains, c’est-à-dire aux poings. On va compter les pains, deux fois, car la revanche est signée aussi. Texte intégral

Une cabane de fortune

Par Jacques Lombard

Jean-Paul frigorifié par ces longues heures passées à filtrer les automobilistes au rond-point d’Arçonnay s’était réfugié dans leur cabane de fortune édifiée à l’aide d’un arrangement de palettes en bois consolidé par des pneus usés. Ils étaient cinq à avoir passé la nuit à cet endroit où s’ouvre l’embranchement routier pour Orléans ou Chartres quand on entre dans la ville d’Alençon. Malgré le petit déjeuner copieux offert par un restaurateur voisin, ils avaient tous du mal à se réchauffer sans doute en raison de cette nuit blanche dont ils avaient perdu l’habitude, car le plus jeune d’entre eux ou plutôt la plus jeune avait dépassé quarante-cinq ans.

Texte intégral

Art

Galerie Antoine Dupin

Par Katy Sroussy Cet été, une nouvelle galerie d’Art Contemporain s’installe dans une bâtisse ancienne en pierres du terroir de la région de Saint Méloir des Ondes, magnifique contrée entre mer et terre, à la croisée des chemins de Saint Malo à Cancale, de Dinard au Mont Saint Michel, en Ille et Vilaine, à deux heures et demie de Paris. Antoine Dupin, galeriste passionné, enthousiaste, très impliqué dans l’Art Contemporain est le créateur-concepteur de ce projet innovant. Quelle est la genèse de la Galerie ? J’ai eu beaucoup de chance parce que j’ai grandi à Paris proche de mes grands-parents qui étaient collectionneurs. Ils s’étaient séparés, ma grand-mère collectionnait des objets et meubles du 18 -ème siècle et mon grand père collectionnait de l’art contemporain. Les sorties pour moi : ma grand-mère m’emmenait au Louvre ou au Musée d’Orsay et mon grand père dans les salles de ventes comme Drouot et dans des galeries. J’ai toujours grandi au milieu d’œuvres d’Art et au moment de choisir un métier, mon père aurait voulu que je sois chirurgien comme lui mais je lui dis très vite que je ne me sentais pas avoir l’âme d’un médecin, et que je souhaitais être entouré de belles choses, de belles œuvres et que je désirais en faire ma profession. Au début, je voulais être commissaire-priseur car cela me fascinait, j’ai alors entrepris des études de droit dans ce but et puis, chemin faisant j’ai arrêté ces études au bout de deux ans. Je voulais vraiment travailler, ainsi, j’ai commencé à faire des stages chez Sotheby’s, Christie’s, et finalement j’ai atterri grouillot assistant dans une galerie à Saint Germain des Prés, la galerie Aittouares. Au début, mon travail consistait à peindre des socles et petit à petit, j’ai découvert les différentes facettes du métier, j’ai eu l’opportunité de faire un peu de courtage et à un moment, je me suis retrouvé directeur d’une galerie en Chine pendant trois ans, la galerie Dumonteil à Shanghai. A mon retour, à 28 ans, j’ai repris mes études de droit et fus engagé dans un cabinet d’avocats où je faisais du droit du marché de l’Art. L’année dernière, le 1er juillet, j’ai décidé de rejoindre la femme de ma vie à Cancale, j’ai quitté mon cabinet d’avocats et je me suis lancé dans l’aventure de la galerie, ici je peux faire des choses que je ne peux faire ailleurs. Je suis très heureux car il y a l’espace, une configuration différente qu’à Paris pour proposer à de jeunes artistes exposées dans des galeries à Paris, de m’y rejoindre. Emmanuel Régent et Lionel Sabatté, qui inaugureront la galerie le 1er juillet 2022, ont accepté de venir y exposer parce que je ne suis pas à Paris. Je n’aurais jamais pu avoir cet espace de 120 m2, avec 10 mètres de hauteur sous plafond, en ville ! Je l’ai nommé Galerie Antoine Dupin, afin de personnifier ce lieu. Il est important pour les visiteurs, amateurs et collectionneurs de rencontrer celui qui choisit les artistes et les œuvres, d’être heureux er rassuré d’échanger avec un être humain qui est derrière tout cela, contrairement à des espaces ou galeries parfois non identifiés, au nom fantaisiste ou désincarné. Quelle est votre programmation à venir ? -Au mois d’août, un Group Show d’artistes africains, avec les dessins de Hélène Jayet, artiste franco-malienne, les montages élégants de Kelani Abass, artiste nigérian et les scènes de vie très colorées de villes africaines de Elias Mung’Ora, artiste kenyan. -En fin d’année, Camille Beauplan, jeune artiste, découverte dans la sélection du salon de Montrouge, seule peintre de la sélection, propose des scènes de Ville, très colorées, vivantes et drôles. - Pascal Vilcollet présente ses œuvres abstraites, des grands formats, avec des écritures et des dégradés de couleur très profonds, des camaïeux comme un peu de la peinture cirée, artiste représenté par la galerie Chez Valentin, défricheur de jeunes talents. -Au printemps, Briac Leprêtre, aquarelliste breton, ultra réaliste, très classique, travaille en transparence ses œuvres d’une minutie exceptionnelle, professeur aux Beaux-Arts de Rennes. Il lui a fallu plus d’un an pour préparer son exposition. Il est important pour moi de représenter des artistes bretons. Comment décrire ce nouveau lieu ? Pourtant si proche de la mer, c’est un lieu avant tout terrien, entouré par les champs, les poules, les chevaux et les kangourous, ancien corps de ferme, ancré dans la terre au caractère agricole, aux vieilles pierres, à la charpente en bois et au sol en terre battue dont l’emprunte terrienne contraste avec cette proximité avec la mer et les vents. Cette bâtisse-galerie va permettre l’existence de ce caractère original et contrasté grâce aux installations et accrochages d’œuvres très contemporaines, dans ce lieu de volumes doté d’une très belle lumière naturelle. Pour les artistes, l’utilisation de ces vieilles pierres, de cette terre battue, de ces incroyables volumes, leur offrira un espace unique et singulier d’expression, de jeux, d’exploration, qui sera particulièrement motivant et amusant pour eux. A partir du 1er juillet, Galerie Antoine Dupin Le Buot 35350 Saint Méloir des Ondes

Chronique n° 16 d’Alain Pusel

Peu à peu tout me happe

Peu à peu tout me happe
Je me dérobe je me détache
Sans laisser d’auréole(1)

Ces dernières semaines, à chaque fois que ma compagne et moi avons envisagé quelques jours ailleurs — plutôt vers la mer, le diktat sanitaire nous est tombé dessus, quand ce n’est pas la fermeture des hôtels et des restaurants ; bref nos jolis plans de détente y sont tombés — à l’eau.

Ne reste plus qu’à se rabattre encore, encore, toujours vers les deniers du rêve, un imaginaire, une histoire mise en pages.

La nouvelle sublime de Giuseppe Tomasi di Lampedusa (2), par exemple : Le professeur et la sirène (3). Ou comment une sirène alias femme fatale, croqueuse de « poissons frémissants » et de chair (d’homme) fraîche, sévit, excessive amoureuse. Elle entraînera par le fond le vieil érudit acariâtredans un final de flots et d’écume.

Texte intégral

Józef Czapski – l’art s’apprend à Paris

Par Ewa Bobrowska

« On était alors obsédés par une seule idée; aller à Paris. C’est seulement là que nous avons découvert toute l’Ecole de Paris. C’était pour nous la peinture pure ». Józef Czapski Riche d’un lourd bagage dû à la participation à la Grande Guerre et la Guerre polono-soviétique de 1920, qui lui a valu la croix de l’ordre de Virtuti Militari, le jeune Józef Czapski entreprend une seconde tentative d’étude de la peinture, après un premier essai décevant à Varsovie. En 1921, il commence ses études à l’Académie des beaux-arts de Cracovie. La vie artistique de cette ville universitaire et ancienne capitale de la Pologne est particulièrement riche et diversifiée dans les années suivant la reconquête de l’indépendance. C’est là où évoluent les formistes, les futuristes, et les traditionalistes. Texte intégral

Chronique 36 – Alain Pusel

Beauté des plans, amours enfuies et ligne de fuite

La sublime Monica Vitti irradie la trilogie de Michelangelo Antonioni. En trois années, de 60 à 62, le cinéaste impose sa signature inoubliable. De L’avventura (1) à L’Eclisse (2), en passant par une déambulation nocturne dans un Milan déserté et à travers une fête mondaine désenchantée. La moue du désespoir de Jeanne (Moreau) et l’apparition de Monica en jeune femme trop bien ordonnée structurent la Notte (3). Dans ce troisième opus est stylisée d’un œil implacable la vision féminine des désaccordements amoureux et de l’impossibilité d’aimer. Monica en blonde tout en retenue, en frémissement, en désarroi final. Monica en brune tout en corps de liane, en fille joueuse, en exténuation précoce. L’actrice, muse et compagne de l’imperturbable cinéaste de l’impasse des sentiments. La beauté de ses plans, le contraste du noir et blanc, le rendu précis de l’architecture des villes et de la démarche des femmes, fières et malicieuses, inquiètes qui dévitalisent les ardeurs masculines et laissent les hommes transis et épuisés au petit matin, au bout de leur nuit blanche. Dans leur quatrième film ensemble, Le désert rouge (4), le premier en couleur, la rigueur programmatique se maintient : les femmes continuent de quitter les hommes, ou de les éviter, déçues en aval ou anesthésiées en amont, par la crainte d’être meurtries par la projection de leurs propres fragments amoureux. Dans les films d’Antonioni les femmes ont du mal à se laisser aimer, à se laisser aller à aimer, et pourtant les hommes qui les approchent sont beaux et séduisants. Dans quel autre film une héroïne résisterait à Alain Delon ou à Marcello Mastroianni, dans la beauté de leur jeunesse sauvage ou tendre, sublimée par un Noir et Blanc délicat et graphique ? D’ailleurs avec une acuité souriante, le titre d’un article de Positif est édifiant : Le Néant de l’acteur ou de la difficulté d’aimer Monica Vitti. (5) Le cinéaste est-il aussi un homme jaloux, et l’impossibilité d’aimer pour la Vitti est-il aussi la souveraine règle de tournage : interdiction d’aimer la personne de Monica ? Dans tant de rigueur formelle se glisserait-il l’inquiétude d’un homme sensiblement amoureux de sa compagne ? « Le désert… » est aussi le film de la rupture. Monica le quitte, Monica s’en va… elle choisira ensuite, notamment, des films dans un registre comique. La muse au regard fiévreux- oppressé devient une comédienne douée pour faire rire. Vitti avait grand besoin de respirer et de s’amuser. D’aller vers un cinéma moins exigeant, peut-être. Être une icône de la modernité a un prix et un poids. S’en délester, changer d’itinéraire, être autrement. Pygmalion et Galatée chez les Frères Lumière. C’est par amour que Ingrid Bergman, la sublime actrice des Enchaînés (6) quitte mari, enfant et le confort d’une vie de star hollywoodienne. Hitchcock doit s’en étrangler. Elle court se jeter au cou de Roberto Rossellini et promouvoir son cinéma vérité, ses plans sans artifice, ses tournages sans maquilleuse. La muse suédoise est résolue à en payer le prix, elle aussi. Ce n’est pas rien de quitter les collines luxueuses et rassurantes de Beverley Hill pour aller danser pieds nus autour du Stromboli (7). Cet autre duo de la modernité artistique, ce réalisateur, Rossellini, fétiche des jeunes loups de la Nouvelle Vague tourne ses meilleurs films avec son actrice devenue sa compagne, qui l’aime et renouvelle son talent. Certes, elle rejoindra des années plus tard le réconfort tranquille de la Californie pour incarner Anastasia (8) et regoûter à la vanité d’un Oscar. Retour au bercail. Fin de la parenthèse éprouvante et magnifique. Le génie épuise-t-il sa muse ? Est-ce, demandons à Sainte-Beuve, avant tout l’homme ou l’artiste qui finit par nimber son héroïne sacrificielle – sur l’autel de ses obsessions, d’un cercle trop corsetant de lassitude. Michelangelo et Monica, Roberto et Ingrid … Plus proche de nous, il y a l’épreuve du tournage des Amants du Pont-Neuf (9) et d’une Juliette qui n’en finit pas de quitter son démiurge de Roméo. Carax et Binoche cheminent ensemble dans la vie et devant / derrière la caméra. Ce sera, non pas le rire libérateur de « la » Vitti, ou le retour à la maison de Ingrid ; ce sera une carrière à l’international entamée avec le sourire narquois de Daniel Day-Lewis et la beauté resplendissante de Lena Olin, comme compagnons de tournage. L’adaptation du livre de Kundera, L’insoutenable légèreté de l’être (10) … sentiment ambivalent que Binoche avait déjà traduit actoralement, dans ses années précédentes, par des gestes de grâce et une expressivité juvénile. Le cinéma d’Antonioni, après Monica, va se recentrer sur la psyché masculine. Des hommes en errance, des hommes face à l’erreur et au mystère, des hommes en fuite. Sur les lignes de fuite et les errances masculines, Wim Wenders, au milieu des années 70, installe ses magnifiques plans d’une exigence formelle née de sa pratique de la photographie. Le sens du cadrage de Wim Wenders signifie-t-il la relève du cinéma antonionien fait d’élégance formelle et de solitude ontologique ? Les premiers plans de Paris Texas (11) sont inoubliables et donnent à voir l’horizon d’une solitude : corps et âme de Travis, regard éteint, barbe de vagabond, marchant sous le soleil d’enclume dans un désert aux reflets ocres et rouges… L’Italien de Ferrare, qui voyagera – loin de Monica – en Chine et aux Etats-Unis pour essayer de comprendre le monde trouve, en partie, si une filiation artistique a un sens, son successeur dans un Allemand de Düsseldorf, fou de cinéma américain et artisan seventies de road-trip de la post-modernité. Clin d’œil à cette entente sur pellicules : Wenders vient épauler Antonioni, très diminué après une attaque cérébrale, pour le film Par-delà les nuages (12). Le film, découpé en plusieurs histoires est inégal. La rigueur magistrale du maître italien n’est pas assez consolidé par l’œil et les transitions de W.W… Mais l’amitié était réelle. Beauté des plans, ligne d’horizon, solitude à perte de vue ; Monica, Ingrid, Juliette qui portent haut leur personnage et soudain choisissent d’autres travellings. Cinéma d’auteurs, cinéma aux prises avec le temps des sensations et l’espace des sentiments. Merci à la beauté des choses, à la mélancolie devant le monde et aux regards impatients et inquiets des femmes qu’ils ont désiré regarder et capter, sur le vif. Photo : couverture du livre de Joëlle Mayet Giaume, M.A., Le Fil intérieur, Editions Yellow Now
  • (1)  L’Avventura, 1960, avec Monica Vitti, Léa Massari et Gabriele Ferzetti
  • (2)  L’Eclisse, 1962, avec Monica Vitti et Alain Delon
  • (3)  La Notte, 1961, avec Jeanne Moreau, Monica Vitti et Marcello Mastroianni
  • (4)  Le désert rouge, 1964, avec Monica Vitti et Richard Harris
  • (5)  Positif, juillet-août, 2008, page 60
  • (6)  Les Enchaînés, Alfred Hitchcock, 1946, avec Ingrid Bergman et Cary Grant
  • (7)  Stromboli, Roberto Rossellini, 1950, avec Ingrid Bergman
  • (8)  Anastasia, Anatole Litvak, 1956, avec Ingrid Bergman et Yul Brynner
  • (9)  Les Amants du Pont Neuf, Leos Carax, 1991, avec Juliette Binoche et Denis Lavant
  • (10)  L’insoutenable légèreté de l’être, Philip Kaufman, 1988, avec Juliette Binoche, Lena Olin et Daniel Day-Lewis
  • (11)  Paris, Texas, Wim Wenders, 1984, avec Nastassja Kinski et Howard Dean Stanton
  • (12)  Par-delà les nuages, 1995, Michelangelo Antonioni et Wim Wenders, avec Irène Jacob, Chiasa Caselli, Fanny Ardant, Sophie Marceau et John Malkovich

Ricardo Fernandez 1980 : une échappée légère dans l’Op’ Art

Par Hélène Caron – Desrosiers

Einstein a livré le monde à l’impermanence. Malévitch a donné à voir ce monde comme relativité, un espace de lumière en mouvement, un carré blanc sur fond blanc, point d’origine et d’éternel retour. Le monde est une abstraction ; de cette vérité nous ne sortirons plus jamais. L’abîme en l’homme s’est creusée au-dehors. Malévitch y voyait un espace de formes pures en apesanteur, un grand tout vidé de ses illusions sensibles, ramené au tranchant de sa réduction ultime. Texte intégral

Aventures d’un bibliothécaire (3)

Par Henri-Hugues Lejeune

Troisième Partie

La vie est un conte

Mimer les médiévistes en évaluant gravement l’orientation de la séduction à travers les âges à partir du Moyen Âge, ses mutations physiques et psychiques dès lors qu’elles se répercutent dans la littérature, le roman et autres disciplines : quel tour diabolique me suis-je joué à moi-même ? Le plus curieux en reste qu’à ce mouvement de ma part spontané et peu prévu, j’ai obéi et me suis tenu comptable à titre personnel de cette démarche improvisée.

Texte intégral

Chronique numéro 35 – Alain Pusel

Fêlure, enquête et variations

Of course all life is a process of breaking down…De toute évidence, vivre c’est s’effondrer progressivement… Francis Scott Fitzgerald   Francis Scott Fitzgerald, procède à une sorte d’auto-diagnostic dans son texte de février 1936 : The Crack-up (1) que l’on traduit par La fêlure ou l’Effondrement. L’existence ne serait donc que le récit, si l’on en fait état, et la sensation, si l’on est attentif à ses remuements intérieurs, d’une démolition progressive de soi-même. Le piquant de cette étude, c’est d’estimer que les coups les plus rudes, qui vont ébranler intensément l’édifice entier, ne viennent pas de l’extérieur, ne sont pas produits ou donnés par autrui ; ils proviennent de nous-mêmes. Au fond de nous. Le fameux for intérieur. Le forum de soi à soi, où s’invitent les voix et les avis des autres – Lesquels ? Ceux qu’on a gardés, ceux qui ne s’oublient pas. « De plus, pour en revenir à ma thèse selon laquelle la vie attaque de diverses manières, la prise de conscience de cette fêlure ne coïncida pas avec un coup dur mais avec un répit » (2) Puisque son texte date de 1936, de quel répit peut-il bien parler ? On peut conjecturer. Zelda, de psychologie fragile qu’il rencontre en 1918, qu’il épouse deux années plus tard, dans l’euphorie des années 20, des années folles et des beaux séjours à L’Eden Roc. Ce sont des années passées avec la colonie américaine, désenchantée et chic, sur la Côte d’Azur notamment. Zelda, telle une sirène, qui plonge régulièrement dans les eaux de la déraison et accentue le désarroi grandissant de Scott, qui mourra à 40 ans, précocement, en 1940. Est-ce, également, le contrecoup de ses échecs littéraires ? De son vivant, Fitzgerald gagne sa vie comme auteur de nouvelles, plus que comme romancier à succès. Il en est meurtri. Qu’est -ce qui avant tout provoque l’effondrement, qu’est -ce qui définit assurément une fêlure ? De son côté, Giuseppe Tomasi di Lampedusa, qui mourra (en 1957) sans avoir eu la satisfaction de voir publiés ni son roman, Le Guépard, ni ses nouvelles, en particulier Le Professeur et la Sirène ; narre une variante à cet effondrement. Dans cette nouvelle, avec le personnage du Professeur (3), on est plutôt dans la définition d’une cassure ou d’une faille dans son existence. Au cours du récit cet homme vieillissant exprime bien sa suffisance, dans le domaine de la culture et du savoir, et l’on peine à identifier l’épisode incroyable et sublime qui a modifié sa vie, son rapport à l’amour et aux femmes, dès l’âge de 20 ans. Son jeune confident Corbèra apprendra de la bouche du vieux fou et du faux sage, à la fois sénateur et universitaire, le secret de ce choc incroyable, de ce retentissement toute une vie durant. La rencontre avec une Sirène, à la fois un animal et une Immortelle. Des amours insensées, au-delà de la réalité humaine, pendant trois semaines. La demande faite par la Créature pour qu’il plonge avec elle, dans son royaume marin. Une fêlure, assurément. Le Professeur confie qu’il n’aura pas connu d’autres femmes, sa vie durant. Comment goûter à des chairs de jolies mortelles, après cela. Toute une vie d’études autour du monde grec et de moqueries sur les tristes coucheries des mortels : ses piètres contemporains. La fêlure rend le sénateur La Ciura hors du monde. Fitzgerald, diminué, ne termine pas son dernier roman, Le dernier nabab. Chez Lampedusa, dont toutes les publications sont posthumes, le Professeur profite d’une invitation et d’un voyage en bateau, pour se jeter à l’eau et la retrouver. « Je t’ai aimé et, souviens t’en, quand tu seras las, quand tu n’en pourras vraiment plus, tu n’auras qu’à te pencher sur la mer et m’appeler : je serai toujours là, parce que je suis partout, et ton rêve de sommeil sera réalisé. » (4) Le Professeur disparaît ainsi, dans la trappe liquide en direction de Naples ; les autorités en sont confuses – c’était une sommité intellectuelle ; pas Corbèra qui l’imagine ainsi profiter des langueurs et félicités marines, et perdre sa mauvaise humeur. Maintenant qu’il est avec son amour rassemblé, dans l’apaisement loin des manigances et petitesses humaines qu’il raillait tant. Zelda la sirène américaine qui cède aux appels de la dépression, la fille de Calliope qui change l’existence de l’étudiant, futur grand professeur ; quelle troisième Sirène avons-nous choisi de mettre en avant ? Jo, dont il y a peu de portraits sensuels, la femme et l’unique modèle du peintre Edward Hopper. Elle aurait été – faut-il le croire, une sirène jalouse auprès de son époux qui n’aura pas pu être charmé par d’autres chants et éclats, joliment terrestres. En réponse, ou tout simplement plastiquement, la modèle ne laisse pas un souvenir impérissable dans l’œil du regardeur, excepté, sans doute, dans le tableau Summertime (5), où le peintre la représente, enfin séduisante, baignée par la lumière dans une robe d’été. Ses seins percent à travers le tissu bleu clair ; elle se tient à une colonne comme une évocation d’antique, sur la première marche d’un escalier menant à l’entrée d’une demeure qu’on devine luxueuse. A une fenêtre, à sa droite, un rideau se soulève, comme si une brise érotique s’était mise à vibrer sous le pinceau d’Edward. On aimerait bien entendre aussi la gaieté du rire de Zelda pendant les soirées sur la Riviera, et la tessiture de la voix de la fille de Calliope, s’échappant dans l’écume. « Car c'est ainsi que nous allons, barques luttant contre un courant qui nous ramène sans cesse vers le passé. » (6)
      • (1) Francis Scott Fitzgerald, L’effondrement, Rivages poche, 2021
      • (2) Idem, p.41
      • (3) Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Le professeur et la sirène, Points seuil, 2014
      • (4) Idem, p.133
      • (5) Edward Hopper, Summertime, 1943
      • (6) Dernière phrase de Gatsby le Magnifique, inscrite sur la tombe de Francis Scott Fitzgerald et de Zelda au cimetière de Rockville, Maryland

Chronique n° 15 d’Alain Pusel

Le dernier à parler

C’est le dernier qui a parlé qui a raison… Tout le monde a déjà entendu ce dicton qui devint d’ailleurs le refrain d’une chanson à succès début 90. Celui qui gagne est donc le dernier qui prend la parole ? Sans tenir compte des propos tenus, de leur véracité ou de leur portée ? Dans les dialogues socratiques, les premiers locuteurs, souvent, patinent, ou s’ils sont de faux rusés sophistes, ils sont immédiatement déconsidérés et Socrate a beau jeu, en leur succédant, faux ingénu, de les surclasser. Texte intégral

Aventures d’un bibliothécaire (2)

Par Henri-Hugues Lejeune

Seconde Partie

À travers les siècles

Je me suis entendu dire, je crois que c’est une sorte de tradition orale, d’apologue, chez messieurs les écrivains, que Drieu La Rochelle en son temps avait la réputation d’un amant particulièrement souhaitable (ceux que l’on nomme « une bonne affaire ») pour être capable de longues étreintes, quasi une heure (disait-on autour de lui ou se vantait-il ?) avant de conclure l’assaut.

Texte intégral

Chronique numéro 34 – Alain Pusel –

« Mon fils rira du rock’n’roll »
Michel Berger

Etranges tourments de l’adolescence, en fonction des paradigmes générationnels, des domaines et des lieux investis. Une quête doloriste, pouvoir ressentir une inquiétude, faire partie d’un club sélect en mal d’être… Culture d’une pointe d’angoisse plantée dans le cœur, au bout de la jetée d’une amitié, d’une lecture, d’une image. Qu’est -ce qui fait que le sentiment de solitude, qui submerge et laisse échoué là, dans un coin, dans son lit, est savamment entretenu. Cette quête d’un ressenti tenu pour indépassable. Un aiguillon dans le cœur qui serait le poinçon de l’élévation authentique, de la conversation élective entre soi et l’œuvre vibrante d’un auteur disparu ou alors atrocement vivant. On voit, ébloui, des dédicaces partout. Pour soi, exclusivement. Dans le rétroviseur, une pensée émue pour cette déréliction entretenue, cette sensation poursuivie. Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille. Tu réclamais le soir ; il descend ; le voici (1) Enthousiasme et soliloquie. Cet artiste-ci, cet auteur-là, qui s’adresse à vous en ligne directe et alors ces phrases d’émoi notées à toute volée dans un vieux carnet… La semaine dernière, un ophtalmologue m’a demandé si je m’étais récemment cogné autour de l’œil. Un coup, une chute. Il remarquait une cicatrice sur ma cornée gauche. Finalement, il m’a interrogé sur les conditions de ma naissance – ce qui est assez difficile ; honnêtement, vous vous en rappelez-vous, de la vôtre ? Sauf à dire que vous y étiez. « Etes-vous né par forceps ? » a-t-il ajouté. Quel singulier examen. Déjà qu’il faut bien vivre, qu’avec l’âge cela devient un métier en soi, et voilà qu’il pointe un vertige : le commencement de l’existence. Forceps, force, forcé. Le bébé bute sur l’os, ou reste bloqué. Pas assez de place ou mal positionné. Un Malin Génie murmure à mon oreille gauche tandis que la droite est toute ouïe des questions du médecin qui n’en continue pas moins son examen. Les médecins font de la métaphysique sans s’en rendre compte et poursuivent leurs prosaïques investigations, sans en avoir l’air. Molière avait pour eux moins de considération. « Cette blessure n’a aucune incidence sur votre vision. » Aurai-je hésité à venir au monde ? Ai-je quitté la petite grotte pour aller hurler et devenir tout rouge entre les faces de ces étranges cuillers ? Instrument obstétrique pour chercher le bébé dans l’antre de ses débuts, lui faciliter le passage de son premier col et le lancer dans le grand bain (alors qu’il stationne dans l’humide depuis des mois). A y regarder de plus près, est-ce que c’est moi qui n’avais aucune envie de quitter ma cachette, aucune curiosité pour ce monde d’après ? Je « me » revois, dix- sept ans plus tard, dans un cinéma d’art et essai. A cultiver une suprême singularité. On doit être trois dans la salle. Ce doit être dans un cinéma de la périphérie. Je suis venu en mobylette. Je suis toujours étonné de me voir, lorsque je rentre tard, surgir dans la vitrine en face de moi, éclairé par le phare avant. AU FIL DU TEMPS. (2) Film de Wim Wenders. Est-il né avec des forceps ce W.W. ? Un auteur de road-movie est -il un être en fuite depuis le départ ? On s’accroche et ensuite on fuse. On fait du surplace, on attrape la bougeotte. Qu’est-ce que c’était que ce film qui décimait les foules et dépeuplait les salles obscures… Qu’est-ce qu’il se passait dans ma petite tête de spectateur ? L’invention d’un parcours. La question du temps et de l’espace. Une errance, une attente. Oublié l’amnios, l’autoroute des solitudes. Deux hommes comme en suspens, qui vivent avec lenteur, au fil des distances, de la beauté des noirs et blancs et des cadrages une forme de voyage initiatique qui n’en est pas un, une sorte d’introspection qui s’en détache aussi. L’association de l’espace américain (son rêve) au temps européen (son poids). Un cinéaste était né. Les adolescents solitaires allaient peu à peu le découvrir. Dans les fauteuils cabossés et vétustes des cinémas non-commerciaux. Les adolescents d’aujourd’hui ressentent moins le besoin, semble-t-il, de se perdre dans une salle obscure, pour mieux s’éprouver. Ils passent leurs soirées devant l’écran de leur ordinateur, leur téléphone clignote des messages monosyllabiques dans la nuit. Ils hurlent de rire devant les bandes annonces des films d’auteur contemporains. Ils ne vont dans des salles de cinéma que pour faire face à des écrans géants et pour s’immerger dans des films de super héros – d’une Amérique qui a remplacé ses road movies par des combats intergalactiques. Avec des héros habillés en costumes d’Halloween, loin des vestes à franges des seventies, et des vêtements sortis des Puces des années 80. Le dernier film de Wim Wenders est un documentaire sur le Pape François. En 2021, combien de bébés en France, a-t-il fallu, dès le départ, guider vers la sortie ? Ne me demandez pas le sens de cet exit…  
  • (1) Charles Baudelaire, Recueillement, Les Fleurs du mal, 1861
  • (2) Wim Wenders, Au fil du temps / Im Lauf der Zeit, 1975

Aventures d’un bibliothécaire (1)

par Henri Hugues Lejeune

Première Partie

Approche

   Je me livre actuellement, de manière bien velléitaire, au rangement de mes livres. Velléitaire ? Car je ne sais guère comment réagir s’il est question de les classer et qui pourrait prétendre « ranger » des livres s’il ne les classe, ce qui revient malheureusement à dire se classer soi-même et où allons-nous dès lors ?

Texte intégral