Arts

Devenir Cézanne?

Par Henri Hugues Lejeune

De l’avis général, Cézanne est et demeure un artiste –sinon l’Artiste– le plus révolutionnaire de son temps…

Eh oui, il a produit environ deux cents portraits, dont plus d’une trentaine représentant celle qui devint, sur le tard, sa femme, et, à peu près autant de fois, la même montagne, Sainte-Victoire, qu’il pouvait voir, tous les jours, à côté de chez lui. Ce qui fera d’eux ses thèmes le plus souvent représentés dans son œuvre, de loin.

Texte intégral

Houellebecq et moi

Par Henri-Hugues Lejeune

Je ne saurais me dire grand lecteur de Michel Houellebecq.

 dire vrai, en lisant Du même auteur en tête de Soumission -Dieu que la liste en est imposante pour qui ne paraît pas publier si régulièrement -, je ne vois rien qu'il me souvienne d'avoir flairé de près, depuis vingt-cinq ans qu'il rôde dans les parages.

Je l'avais côtoyé il y a bien longtemps dans la cohue du cocktail de mi-journée du prix Novembre d'alors, prix dont on parlait pour lui ce jour-là et qu'il n'avait pas obtenu? Il était à peu près isolé et ne ressemblait guère au jeune écrivain tel qu'on le voit rôder dans ce genre d'endroit: plutôt sympathique.

Texte intégral

De la nécessité du collectif

Propos d’Alin Avila

À travers l’expérience de la Revue Area ou du Comme Un, ce qui domine est le collectif. La critique devrait-elle proposer ou entériner ? Propositions ou positions? Alin Avila s’interroge sur l’influence de la critique dans la matérialisation de l’œuvre d’art, et vous invite à en débattre à la galerie Oblik le samedi 28 avril à partir de 18h.

La Peur de Stefan Zweig

Émotion au théâtre Michel

Cette éblouissante adaptation de la nouvelle de Stefan Zweig nous emporte dans un tourbillon émotionnel sans fin. Toute la subtilité du texte est transcendée par l'excellente mise en scène d’Élodie Menant. L’idée de la mobilité des décors, mis en place par les comédiens en personne, ajoute une dimension étrange et très moderne à ce polar d'une tension psychologique rarement éprouvée au théâtre. Les tableaux sont teintés d'une esthétique cinématographique remarquable. Nous sommes plongés dans une atmosphère qui nous ramène avec plaisir au cinéma d’Hitchcock.

Texte intégral

Trois films vus en mars 2018

Par Pascal Aubier

Les Américains, depuis que la Guerre (la deuxième, Mondiale, si vous vous souvenez) et depuis leur occupation de notre territoire par leur troupes, leurs cigarettes et leur SHAPE, ont entrepris de nous faire la misère sur le plan culturel, de nous envahir un peu plus complètement. Les sodas, le chewing-gum, les Burgers et autres Pizza Hutt et Starbucks se sont répandus dans tous le pays et dans tous les pays, il faut bien le dire. Et puis le cinéma. Texte intégral

De l’ombre surgit la lumière

Exposition personnelle Akira Inumaru

L'expérience de l'incandescence dans l'œuvre d'Akira Inumaru donne vie à une branche qui ouvre vers un univers dont l'ombre est désormais absente. Ici, c'est l'œuf de La fécondité qui produit la lumière par la magie de l'allumette. Tout en conservant cette ligne d'énergie obsessionnelle de la lumière du soleil, l'artiste trace une flamme. Sa nouvelle technique de brûlage consiste à dessiner lacaresse d'une ligne d'incandescence, comme cette main qui vient du ciel et qui diffuse la lumière. Aujourd'hui, il oublie volontairement la présence de l'ombre et la main du Saint Esprit n'est sans doute pas très loin, ajoutée au talent incommensurable du jeune plasticien japonais.

Texte intégral

Peaux d’âmes

Exposition d'Anilore Banon

Sublimer la souffrance pour mieux en révéler la lisibilité. Rompre le silence, refuser la lâcheté. Condamner, témoigner...

Dix œuvres majeures, réalisées à l'occasion de la Journée Internationale du Droit des Femme et présentée à la Mairie du neuvième arrondissement de Paris jusqu'au 28 mars 2015.

Femmes crucifiées, martyrisées, atomisées.

Peaux animales comme support à la douleur écartelée.

l'artiste au doudou rose, dénonce l'hallali et met en garde l'humanité.

Silence, on tue!

Anilore Banon par son message nous demande de ne plus nous taire et ainsi nous exhorte à une totale vigilance.

Mylène Vignon

Texte intégral

Karol A. Penson. Les transcriptions jouées par Cyprien Katsaris.

Par Sergiusz Chądzyński

Ce n’est pas par hasard que leurs chemins se sont croisés. Karol Penson, éminent physicien, prix Alexander von Humboldt 1988, amoureux de la musique, connaisseur du piano, rencontra en 1990 le pianiste Cyprien Katsaris, un de plus grands virtuoses concertistes. La curiosité pour l’art de la transcription fit naître entre les deux hommes une amitié qui après des années aboutira à une collaboration étroite et fructueuse. Texte intégral

Justyna Tuha

Monotypes

Nous avons rencontré Justyna Tuha à la Galerie Roi Doré où elle expose ses monotypes jusqu’au 15 avril 2017. Née en Pologne, à Katowice, elle vit et travaille actuellement à Dusseldorf.

Texte intégral

MABRIS Peintre

Poétiser la couleur

MABRIS brosse des envolées lyriques parfaitement maîtrisées, avec une énergie sans cesse renouvelée. Le jeu des formes et de la couleur, envoie une charge émotionnelle intense. L’espace prend vie et s’inscrit dans une partition équilibrée et joyeuse.

Ses nuances chaudes et harmonieusement contrastées, associées à des lignes de forces graphiques, nous convient au banquet de la genèse et du futur.

Par la technique de l’acrylique, plus spontanée que celle de la peinture à l’huile, elle obtient un résultat exceptionnel dans les transparences et les superpositions.

Texte intégral

Marie Curie

Par Pascal Aubier

Quelle chance ! Cette semaine, sort partout en France, un film inclassable et admirable, pas du tout du genre de chez genre de chez Genre, un film fin comme le fil d’un rasoir et doux comme le baiser d’une femme brillante. Les femmes brillantes font peur. Les femmes font peur. Texte intégral

Revoir Paris

Par Camille Bourneuf

A travers l'exposition Revoir Paris, François Schuiten et Benoît Peeters nous dévoilent la « face rêvée » de la Ville Lumière. Le dessinateur et le scénariste, depuis longtemps en collaboration, y font dialoguer leurs dessins et travaux avec des projets avec des projets d'architecture et d'urbanisme réalisés – ou non – des deux derniers siècles. L'exposition est donc articulée autours des planches de l'album Revoir Paris, et on y découvre par étapes l'évolution réelle et imaginée de la ville.

Texte intégral

Les coups de cœur d’Esther Ségal

SÉRA ou l’œuvre survivante

…Voici que de l’enfance, surgit ce corps à peine ébauchée par la vie. Il court ayant pour ciel, les arbres protecteurs, ayant pour terre, la couleur rouge. Sur son passage, il saisit l’image de cet homme qui retouche des photographies, ce temple aux divinités sans bras, cette nature aux couleurs sauvages, l’image de sa famille. Il court… emportant avec lui, l’empreinte filante de ses origines, l’empreinte blessante de cet exil endeuillé et forcé vers un autre territoire…

Texte intégral