Evenements

Kama Sokolnicka

Par Susana Sulic

Troubles du sommeil est le titre de l’exposition de KAMA Sokolnicka à la Progress Gallery à Paris du 24 janvier au 15 mars 2014.

L’artiste propose une réflexion sur la complexité de notre perception et de notre conscience.
La plupart des objets présentés sont marqués par un étonnant mystère. L'artiste plasticienne KAMA Sokolnicka, s'exprime à partir de nuances minimalistes. Sous forme de collages, de dessins et de reproductions - pour la plupart des techniques mixtes, un éventail de mondes intimes s’ouvrent au spectateur dans le bel espace et l’architecture intérieure de la galerie.

Texte intégral

L’ANGE DU BIZARRE

Le Romantisme noir de Goya à Max Ernst

Il fallait avoir laissé de côté le Romantisme pour oublier à quel point il était pervers et n'ignorait rien du mal. Moyennant quoi on pouvait le laisser languir peu à peu, se couvrir de poussière voire se vêtir d'une certaine naïveté.

C'était d'autant plus facile que le sombre cortège qui l'avait escorté tout au long avait été réclamé par ses héritiers, le symbolisme, le fantastique, le surréalisme, toutes les révolutions et les modernités possibles et imaginables, la psychanalyse enfin, qui mettaient l'homme en face de la cruauté qui est la sienne et qui captive notre attention désormais.

Texte intégral

Manhattan Transfer

Son imaginaire exalté par une richesse intérieure lui permet de répondre à d’exigeantes commandes de commissaires d’expositions en Europe (Bruxelles, Madrid, Varsovie …).

Texte intégral

Pixar

Quand l’art croise la technologie

On ignore – ou on oublie – souvent que faire un film d'animation, ce n'est pas seulement travailler sur support numérique. Les démarches traditionnelles font également partie du processus de création et permettent le développement des projets. C'est cette face cachée des productions de Pixar que l'exposition nous dévoile, mettant à notre disposition des peintures, dessins, collages et sculptures exclusifs, réelles œuvres d'art de recherche. On plonge alors dans l'esprit de ces artistes qui ont donné libre cours à leur imagination pour notre plus grand plaisir.

Texte intégral

Le cri des sirénes 1

( l'exposition )

Ben a écrit que l'océan rougit, en noir magma, sur le bleu de nos rêves  empêchés.
Et les seins nus des sirènes de Josette Rispal flottent sur l'inconsistance de la conscience collective.
Les poupées Barbie de Florence Nief-Benhamou, en  grand danger, luttent de toutes leurs forces fragiles contre cette matière létale qui déjà a emporté l'une d'entre elles, dans une vague grise.

Texte intégral

Anouk Grinberg

La sensibilité à fleur de peau

Quelque chose d’indéfinissable interpelle le visiteur, qu’il soit éclairé ou non, dans l’œuvre de cette artiste soutenue par l’excellente expertise du galeriste Gilles Naudin. Un regard, une force qui répond à la sensibilité de la plasticienne en un contraste saisissant. Un peu comme si les yeux de l’âme s’accrochaient à notre peau intérieure pour exprimer une quête…

Texte intégral

Le cri des Sirènes

2ème édition

Tandis que sur le pont et vent debout, HOPARE officiait à sa performance « Le Cri des Sirènes »,  les invités assistaient à l’analyse de Patrice HERNU, Président de France Europe Ecologie Bleue, sur le devenir de notre planète et la répartition de l’eau …

Texte intégral

Axel Junlon

Les couleurs de la rue Royale

C’est dans un très bel écrin que j’ai rencontré ce personnage de conte de fées. Un accueil en couleurs, chaleur et simplicité, qui déjoue les codes de ce quartier huppé de Paris, le huitième arrondissement, entre Madeleine et Concorde. Après avoir félicité Axel pour ses mocassins orange, son costume en tweed british beige très clair, sa lumière et son sourire, je l’écoute.

C’est parce qu’à Paris, tout est gris – les gens dans la rue sont tous habillée de noir et de gris, actuellement, le ciel est souvent gris, la rue s'imprime des couleurs de la morosité ambiante, à savoir grise - alors, j’ai décidé de créer la collection «  La Porte de l’Inde  » aux couleurs de la joie, de la vie, de la fête, afin de restituer aux yeux du monde qui nous regarde, le vrai visage de ce Paris ville lumière, que nous aimons et qui fait tant rêver.

Texte intégral