Evenements

Dans le Freezer, à droite

Nous avons tous notre madeleine de Proust 

John Waters racontait : « Il y a longtemps j’ai eu un petit ami qui faisait partie d’un gang. Un gang qui faisait du trafic de viande. Il n’avait pas d’argent pour me faire des cadeaux, mais une fois, le jour de mon anniversaire, il est arrivé avec un steak de bœuf. Je pense que c’est le cadeau qui m’a le plus ému. Je n’ai pas mangé le steak, je l’ai mis dans le freezer de mon réfrigérateur. Il y a des années que j’ai perdu ce garçon de vue mais j’ai toujours le steak. Aujourd’hui encore, quand j’ai un coup de cafard, j’ouvre la porte du freezer et je reste là un moment à regarder le steak. Ça me fait du bien. » - cité par Grégoire Motte comme une inspiration pour son œuvre Le steak congelé dans le freezer.

Texte intégral

L’ANGE DU BIZARRE

Le Romantisme noir de Goya à Max Ernst

Il fallait avoir laissé de côté le Romantisme pour oublier à quel point il était pervers et n'ignorait rien du mal. Moyennant quoi on pouvait le laisser languir peu à peu, se couvrir de poussière voire se vêtir d'une certaine naïveté.

C'était d'autant plus facile que le sombre cortège qui l'avait escorté tout au long avait été réclamé par ses héritiers, le symbolisme, le fantastique, le surréalisme, toutes les révolutions et les modernités possibles et imaginables, la psychanalyse enfin, qui mettaient l'homme en face de la cruauté qui est la sienne et qui captive notre attention désormais.

Texte intégral

Le cri des sirénes 1

( l'exposition )

Ben a écrit que l'océan rougit, en noir magma, sur le bleu de nos rêves  empêchés.
Et les seins nus des sirènes de Josette Rispal flottent sur l'inconsistance de la conscience collective.
Les poupées Barbie de Florence Nief-Benhamou, en  grand danger, luttent de toutes leurs forces fragiles contre cette matière létale qui déjà a emporté l'une d'entre elles, dans une vague grise.

Texte intégral

Manhattan Transfer

Son imaginaire exalté par une richesse intérieure lui permet de répondre à d’exigeantes commandes de commissaires d’expositions en Europe (Bruxelles, Madrid, Varsovie …).

Texte intégral

L’été danse !

Du 10 au 19 juillet 2013, Les Ballets de Monte-Carlo interpréteront à l’Opéra Garnier de Monte-Carlo un éventail d’oeuvres qui soulignent une fois de plus la polyvalence et l’excellence des cinquante danseurs de la compagnie.

Texte intégral

Festival de Lacoste 2012

12ème Edition

Au cœur du Lubéron, Lacoste, d’une lumineuse beauté accueille cette année encore, le 12ème Festival d’art lyrique et de théâtre. Dans ce lieu unique cher au Marquis de Sade, je vous propose de nous retrouver à partir du lundi 16 juillet 2012, pour l’un des événements culturels majeurs de cet été.

Pierre Cardin

Le cri des Sirènes

2ème édition

Tandis que sur le pont et vent debout, HOPARE officiait à sa performance « Le Cri des Sirènes »,  les invités assistaient à l’analyse de Patrice HERNU, Président de France Europe Ecologie Bleue, sur le devenir de notre planète et la répartition de l’eau …

Texte intégral

Pierre Cardin

FESTIVAL DE LACOSTE

Carrières du château du Marquis de Sade
(au cœur du Lubéron)

du 16 juillet au 1er  août 2012

Créé par Pierre Cardin il y a douze ans dans le lieu insolite, surprenant et inoubliable que sont les carrières du château du  Marquis de Sade, ce festival voué au théâtre et à l’opéra offre au public la découverte de jeunes chanteurs à l’aube d’une carrière prometteuse mais aussi une initiation à l’opéra.

Texte intégral

Axel Junlon

Les couleurs de la rue Royale

C’est dans un très bel écrin que j’ai rencontré ce personnage de conte de fées. Un accueil en couleurs, chaleur et simplicité, qui déjoue les codes de ce quartier huppé de Paris, le huitième arrondissement, entre Madeleine et Concorde. Après avoir félicité Axel pour ses mocassins orange, son costume en tweed british beige très clair, sa lumière et son sourire, je l’écoute.

C’est parce qu’à Paris, tout est gris – les gens dans la rue sont tous habillée de noir et de gris, actuellement, le ciel est souvent gris, la rue s'imprime des couleurs de la morosité ambiante, à savoir grise - alors, j’ai décidé de créer la collection «  La Porte de l’Inde  » aux couleurs de la joie, de la vie, de la fête, afin de restituer aux yeux du monde qui nous regarde, le vrai visage de ce Paris ville lumière, que nous aimons et qui fait tant rêver.

Texte intégral