Evenements

L’Humanité

Installation de Josette Rispal sculpteur

C'est avec une réelle émotion que le public découvre cette œuvre monumentale, tant dans son volume que dans sa dimension spirituelle, dans la fameuse église de la Madeleine de Paris. Josette Rispal, que rien n'arrête, nous développe ci-dessous ses impressions face à la difficulté et au constat du travail réalisé. Portée par la grâce du partage, l'artiste se confie:
Dans l'espace de cette magnifique, magique et difficile église de la Madeleine, j'ai disposé de la manière qui me paraissait la plus heureuse, confiante et ardente, des êtres venus de partout, de toutes origines, de toutes conditions dans leur unité, en un flot d'espérance de vie et de lumière. Si la Miséricorde n'est pas une énigme, elle est à coup sûr, un mystère: celui qui s'efforce de définir l'union des vivants, faibles et inquiets, que sont les hommes à la recherche d'eux-mêmes.

Texte intégral

Seuls au monde

Au Théâtre Popul’air

Quand la femme devient l’enfer de l’homme

par Christina Bejani

Un petit théâtre où des artistes à la veine comique viennent roder leur spectacle.

Attirant par son affiche crépusculaire, où un homme et une femme sont en ombre chinoise, on opte rapidement pour ce voyage en terre inconnue, celui de la fin du monde.

Texte intégral

Saisons de Culture soutient le Salon d’Automne

Grand Palais du 15 au 19 octobre 2015

Le Salon d’Automne a lieu du 15 au 19 octobre 2015 (après-midi presse et professionnels le 14 octobre) de Champs-Elysées à Concorde)
Invité d’honneur : Moebius
Marraine : Françoise Fabian

Depuis 1903, année de sa création en réaction à l’académisme régnant, le Salon d’Automne, association d’artistes, réunissant aujourd’hui plusieurs centaines de sociétaires, reconnue d’utilité publique depuis 1920, poursuit son action en faveur des arts et des artistes, fidèle à son éthique initiale : la Fraternité des Arts.
Que de chemin parcouru depuis les sous-sols du Petit-Palais où quelques amis s’étaient réunis pour exposer dans un local sans lumière, Bonnard, Rouault, Vallotton, Matisse !

Texte intégral

"Les Émigrés" au Théâtre de la Reine Blanche

L'affiche représente deux oiseaux exotiques et nous traversons le quartier populaire de Max Dormoy - La Chapelle pour nous y rendre.

A l'heure dite, on nous indique un escalier supérieur qui nous mène dans un grenier réaménagé pour l'occasion, spectateurs d'une clandestinité scénarisée, nous sommes aux premières loges d'un duo mémorable.

Texte intégral

Magritte au Centre Pompidou

Par Henri-Hugues Lejeune

Quand on va voir une exposition de Magritte, il convient tout d’abord de se souvenir que l’on n’y va pas que pour s’amuser, un mot a été créé pour lui : pince-sans-rire.

Si, en bon surréaliste, il doute de la réalité et met le monde en question et nous avec, il le fait avec un imparable sérieux.

Texte intégral

Encore un Cri des Sirènes sur la Seine

Bateau Concorde Atlantique

Les Sirènes feront à nouveau entendre leurs voix le 7 octobre 2015 à partir de 18h sur le bateau Concorde Atlantique à Paris. Conduit par l’association VIVENT LES FEMMES, présidée par Alice Benhamou-Panetta entourée de ses vice-présidentes, Betty Keller, Mariz Lechesne et Mylène Vignon, cet événement réunira à nouveau les sciences, les arts et la littérature.

Texte intégral

Selfies Of The Inexperienced

Hamid Janipour, galerie l’Aléatoire

Dans son exposition “Selfies Of Inexperienced”, le jeune photographe iranien Hamid Janipour souhaite aborder à la manière d’un ethnologue, le rapport de l’individu à son image, à travers l’écran d’un téléphone portable via le regard d’un photographe, observateur privilégié de la relation intime de l’être « face au miroir », dans la société contemporaine iranienne.

Texte intégral

24ème Festival Biarritz Amérique Latine

Par Katy Sroussy

Cette nouvelle édition aura lieu du 27 septembre au 4 octobre 2015.

Depuis de nombreuses années, les spectateurs et le public passionnés, se précipitent au
Festival Biarritz Amérique Latine et dans son village surplombant l’océan, tant la joie et l’allégresse, l’originalité et la singularité, la qualité et l’exigence en ont bâti les fondations.
Cette année l’Equateur, pays en pleine expansion économique et écologique, est à l’honneur.
On découvrira une belle sélection de films équatoriens, témoins de cette mutation, parmi les films projetés.
Les présidents du jury sont :
Alan Pauls pour la compétition Longs Métrages.
Laure Adler pour la compétition Documentaires.
Aurélie Chesné pour la compétition Courts Métrages.
Jean jacques Bernard pour le syndicat de la Critique de cinéma.
Ramuntcho Matta pour Lizières.

Texte intégral

« Djihad » au Théâtre des Feux de la Rampe.

De quoi cette pièce est-elle le nom ?

Djihad, les lettres apparaissent dans la lumière sur le rideau rouge bientôt laissé dans la pénombre, avant de laisser place à un décor dépouillé, un désert noir.

Désert de la cité, puis de l’aéroport avant d’arriver à celui créé par les bombes, on se demande alors si le néant n’est pas dans le cœur de ces hommes qui se jettent dans la gueule du loup sans broncher ; ces hommes partent faire le djihad comme on irait faire une croisière et ne cessent de se convaincre eux-mêmes de la gravité de leur choix alors que pour nous, spectateurs, il apparaît comme dérisoire.

Texte intégral

Trois souvenirs de ma jeunesse

Un film d’Arnaud Desplechin Par Pascal Aubier

Pourquoi va-t-on au cinéma ? En ce qui me concerne, et cela va faire bien du temps, je vais au cinéma dans l’espoir d’être ébloui, ravi, ému, heureux ou rempli d’effroi. C’est un peu simpliste mais bon.

Dans ces dernières années nous avons eu la chance de quelques uns de ces émerveillements. C’est heureux mais l’impression générale était que les dits moments de plaisir se faisaient plutôt rares. On ne va pas épiloguer sur l’aspect de plus en plus industriel et profitable du cinéma mondial. On va se réjouir qu’il existe encore des films qui ne visent que la connivence délicieuse avec les spectateurs. Et c’est tellement bien !

Texte intégral

Pierre Etaix est mort

Par Pascal Aubier

Pierre Etaix est mort, le jour où j’enterrais ma cousine. Il est mort dans les bras de sa belle, si belle épousée. On l’enterre mercredi. Et il y aura une messe. C’est drôle une messe, pour un clown, diriez-vous? Mais non, les clowns, surtout les plus grands, comme les gitans, sont les enfants de la Sainte Vierge.

Texte intégral