Evenements

Métamorphoses de Christophe Honoré

Par Etienne Ruhaud

Le nom d’Ovide renvoie généralement à des souvenirs scolaires, plus ou moins agréables : contes et légendes racontées en classe, laborieuses versions latines, études de tableaux illustrant telle ou telle histoire… Dépoussiérer l’œuvre, lui donner un tour plus moderne, constitue un fameux défi. Christophe Honoré l’a relevé, choisissant de transposer les Métamorphoses aujourd’hui, tout en restant fidèle au texte.  Le résultat est surprenant, et, pour tout dire, réussi. Conducteur de poids-lourds, Jupiter enlève Europe à la sortie du lycée, quand Narcisse se perd dans la contemplation de lui-même jusqu’à tomber du haut d’un HLM. Jeune chasseur malchanceux, Actéon est abattu par un camarade après avoir été changé en cerf, puni d’avoir surpris un transsexuel pendant sa toilette, figure décalée, moderne, de Diane au bain.

Texte intégral

Le cri des Sirènes

2ème édition

Tandis que sur le pont et vent debout, HOPARE officiait à sa performance « Le Cri des Sirènes »,  les invités assistaient à l’analyse de Patrice HERNU, Président de France Europe Ecologie Bleue, sur le devenir de notre planète et la répartition de l’eau …

Texte intégral

Martine Martine

L’obsession qui confirme la règle

En 2006, Martine Martine a répondu à la demande de Paul Métadier qui souhaitait un modelage du buste de Balzac. C’est après une longue période de réflexion que l’œuvre, in fine a vu le jour en Touraine.

Martine Lévy, alias Martine Martine a grandi dans une famille de collectionneurs. C’est probablement cette proximité - dès son plus jeune âge, avec la représentation d’un buste de Balzac par Rodin - qui a influencé la grande liberté avec laquelle elle traite sa  vision très personnelle de l’auteur de la Comédie Humaine.

Son Balzac à elle, me fait penser à l’écriture manuscrite de l’écrivain exigeant autant qu’hésitant - casse-tête perpétuel de l’éditeur qui s’épuisait à décrypter les ratures, les repentirs, les auto-caviardages et autres fantaisies balzaciennes, au fil des interminables  lignes. Que de mercis nous lui devons d’y être parvenu.

Texte intégral

Axel Junlon

Les couleurs de la rue Royale

C’est dans un très bel écrin que j’ai rencontré ce personnage de conte de fées. Un accueil en couleurs, chaleur et simplicité, qui déjoue les codes de ce quartier huppé de Paris, le huitième arrondissement, entre Madeleine et Concorde. Après avoir félicité Axel pour ses mocassins orange, son costume en tweed british beige très clair, sa lumière et son sourire, je l’écoute.

C’est parce qu’à Paris, tout est gris – les gens dans la rue sont tous habillée de noir et de gris, actuellement, le ciel est souvent gris, la rue s'imprime des couleurs de la morosité ambiante, à savoir grise - alors, j’ai décidé de créer la collection «  La Porte de l’Inde  » aux couleurs de la joie, de la vie, de la fête, afin de restituer aux yeux du monde qui nous regarde, le vrai visage de ce Paris ville lumière, que nous aimons et qui fait tant rêver.

Texte intégral

Trophée du stylographe

Il se trouve que Carole fut ma voisine de table, durant toute cette cérémonie, qui réunissait un parterre de journalistes, artistes et écrivains de renom, chaleureusement accueillis par Jean-Claude ARRATA. Je citerai seulement quelques noms : Claude ALLEGRE, Irène FRAIN, Jacqueline MONSIGNY et Edward MEEKS, (les inséparables), Nelson MONFORT, Philippe LORIN, Jean-Jacques BOURDIN...Une performance du plasticien  KARLS, en hommage à Georges MATHIEU, tissait un lien sensible entre les rives de l’écriture et de la peinture.

Texte intégral