Evenements

Madiba, le Musical au Comedia

Par Stéphanie Reynaud

Il est un phare dans la nuit en plein régime de l'Apartheid, Nelson Rolihlahla Mandela. « Madiba », c'est son nom de clan tribal. Il a dédié sa vie à la lutte pour la liberté du peuple noir et l'abolition des clivages entre noirs et blancs. C'est son histoire extraordinaire que dessine Will, un jeune artiste victime de cette politique de ségrégation raciale et de « développement séparé ». Will croque la naissance du combat, l'arrestation et l'emprisonnement de Mandela, puis les heures sombres du régime de l'Apartheid et, enfin, l'heure de la Libération, dans tous les sens du terme.

Texte intégral

Patrice Kauffmann

Une belle rencontre à la galerie Mecanica

C'est sous une pluie battante que Saisons de Culture a rencontré le sculpteur Patrice Kauffmann à la galerie Mecanica rue de Verneuil à Paris.
Une vraie surprise, ces chats aériens aux carrosseries parfaitement laquées et multicolores  qui côtoient des longues jambes de femmes en forme de compas...
Dans la deuxième galerie, se déploient des sculptures où socles et formes se fondent dans une parfaite harmonie.
Marbre, matière composite ou bronze, la vitesse émane de l'oeuvre puissante et multiple. Formule 1, formule 2, qu'importe le modèle, il faut caresser et a apprécier la douceur du moment.
Un trophée a été remis durant le Mondial, né les mains de cet artiste passionné, qui sait associer la sensualité et la mécanique.
Exposition exceptionnelle à visiter absolument.

Mylène Vignon

Jusqu'au 15 novembre 2014
www.galeriemecanica.com

La problématique du ‘hasard’

L'imprédictibilité du devenir "fini" de l'œuvre abstraite lyrique en cours de réalisation, s'apparente pour moi au zygote, la somite. Chaque tache,  chaque signe, chaque trait laissés sur la toile sont autant de naissances, autant de résurrections, de transformations, de mutations, de destructions successives comme autant de morts ou l'on ne meurt pas. En cela je pense à Saint Grégoire de Nysse  : "ainsi, celui qui monte ne s'arrête jamais d'aller de commencements en commencements par des commencements qui n'ont jamais de fin".

Texte intégral

RENAISSANCE X 5

Par Marie Talon & Emmanuel Pierre

L'Artiste capte l'infini de l'univers, il le couve en lui parfois longtemps avant de faire naitre pour les autres dans la finitude éphémère d'une toile ou de la matière, des coulées de couleurs vibrantes, des enlacements de lignes folâtres et de joviales combinaisons de formes, toutes destinées à raconter tout à la fois le Monde et l'émotion d'y être.

...Pourvu que l'on sache faire silence un instant, le silence est la matrice de toute naissance.
Immeubles, ateliers, boutiques ou cathédrale...
Même jaillissement vertical de pierres croisant l'horizontale du regard humain
Naissance de formes obliques sous la lumière joyeuse de l'astre commun
Multiples lumières d'or, que L'Art active
Il est important de choyer les artistes, ils nous ouvrent des fenêtres enchantées au cœur de la fureur du monde. Ils réchauffent nos profondeurs, de leur sensualité salvatrice

Texte intégral

Under the Skin

Par Pascal Aubier

Tiens, voici encore du cinéma. Je veux dire qu’il ne s’agit pas de dialogues plus ou moins désopilants filmés plus ou moins n’importe comment, mais plutôt du contraire : tout est dit en images avec un minimum de dialogues qui d’ailleurs n’éclairent rien. Texte intégral

Lou – un film produit par Harold Valentin

Enfin un film rafraîchissant

Une énergie à couper le souffle et un vent de poésie ludique tellement nécessaire en ces temps perturbés. Lou nous fait partager une vraie bouffée d’amour dans un esprit délicieusement burlesque et décalé. Le spectateur oublie toute notion de l’espace – temps et du réel.
 En ce lieu où l’autorité parentale se trouve inversée,  les enfants se positionnent en adultes parfois éclairés et lettrés.  L’étude des comportements souligne une psychologie poussée à son paroxysme et les mélanges de genres enchantent.

Texte intégral

Adieu au Langage (2)

Par Pascal Aubier

Je n’ai pas encore vu ce Godard. Je me suis cassé le pied en moto, il faudrait presque me porter. On va me porter d’ailleurs, je ne puis attendre plus longtemps comme dans ce poème sur l’aube de ce bon monsieur Hugo. C’est étrange comme les gens évoquent Godard de nos jours. Comme s’ils avaient peur d’y toucher, peur de dire une connerie, peur de passer près de quelque chose sans la voir, peur de leur incompréhension probable. Et ils ont probablement raison d’avoir peur ; moi même j’ai peut-être peur. Qui sait si cet accident de moto n’est pas tout simplement un acte manqué? Texte intégral

Prix Icart 2016

Artistik Rezo - 8è édition

Une promo d’excellence, cette année 2016 pour le Prix Icart, organisé par Artistik Rezo.

L’Espace Pierre Cardin accueillait l’équipe du Prix Icart, ses artistes et son jury d’exception, le 29 janvier 2016. Nicolas Laugero Lasserre, nouveau directeur d’Icart depuis novembre 2015, remettait à la clôture du vote du public, le trophée à la jeune plasticienne Manon Rougier, dont la démarche artistique se concentre sur les mondes miniatures qui constituent une aire intermédiaire entre la sphère du monde réel et celle de l’imaginaire.

Texte intégral

Eastern Boys

Par Pascal Aubier

Film Français en dépit du titre anglomuche. Mais c’est ainsi que se nomment eux-mêmes ces garçons venus de l’Est, principalement de l’ancienne Union Soviétique, empire délabré et délinquant en quelque sorte. Garçons qui trainent depuis peu aux abords de nos grandes villes. Presque imperceptiblement. Texte intégral

Les Racines du Ciel

Exposition personnelle de Wela

Du 2 Mars au 2 Avril 2016, l'Institut Français de Cracovie présentera l'exposition: Les Racines du ciel, d'Elisabeth Wierzbicka Wela, une artiste internationale, profondément impliquée dans la protection de l'environnement.

L'exposition Les Racines du ciel est un aperçu des dessins et peintures de Wela, qui associe ses toiles récentes à la démarche globale d'une artiste qui ne cesse de relier, d'une pratique à l'autre, ses interrogations sur le monde dans lequel elle est impliquée.

Texte intégral

Welcome to New York

Par Pascal Aubier

C’est un film d’Abel Ferrara, un ami m’a même dit qu’il le tenait pour son meilleur. Quoi ? Meilleur quoi ? Cette anecdote triste à mourir, ressassée, triturée dans tous les magazines puants de la planète ? Il faut vraiment avoir du culot pour en faire un film, du culot et du mauvais goût. Texte intégral